Aller au contenu


Contenu de Imani

Il y a 15 élément(s) pour Imani (recherche limitée depuis 23-février 10)


#107597 Le point sur les sensations de rentrée

Posté par Imani sur 04 septembre 2011 - 07:34 dans Projection de conscience

Bonjour !

J'ai fait une recherche dans le forum sur ce sujet, recherche frustrante, alors j'aimerais confirmer mon ressenti en le confrontant au vôtre.

Je pense avoir été consciente lors de la rentrée dans mon corps, mais n'ayant jamais vécu le processus de projection dans son intégralité, je n'en suis pas certaine. Ce qui m'y fait penser, c'est la sensation paradoxale de retomber "en appesanteur" là où est le corps, accompagnée d'une sensation de souffle frais, comme un réveil du corps, pas des picotements, mais une sensation vive et à la fois douce, comme si j'avais fait du NEW sur tout mon corps.

C'est arrivé la première fois alors que je venais de me tourner sur le côté gauche, dans un état de transe (ou bien proche de la transe si celle-ci induit nécessairement la paralysie), ce qui suggère un décalement du corps physique et du corps astral que celui-ci a voulu rattraper. Mais la sensation venait de dessus, pas du côté de mon dos.
Puis plus fort, plus tard dans la nuit, cette-fois ci j'étais sur le dos.
A chaque fois, mon coeur s'est mis à battre plus rapidement, de surprise et d'excitation, mais pas de peur, car il n'y avait rien d'effrayant.

Puis je me suis endormie pour de bon, la suite cette nuit, j'espère !

Quel est votre avis ? Rentrée ou pas ? Comment se passe vos rentrées ?

Merci et à bientôt,

Et bon courage pour ceux qui rentrent de vacances !



#107595 Vrai réveil ? Quel état de conscience ?

Posté par Imani sur 04 septembre 2011 - 06:57 dans États modifiés de conscience

Merci pour tes explications ! La difficulté tient en ce que je ne me rends compte qu'a posteriori que j'était dans cette phase de surdité, dès que j'entends les bruits. Donc il faut que l'idée de faire de la transe et des exercices NEW m'obsède littérlement jour et nuit, pour profiter du moindre état favorable.

Cette fois, ça me l'a refait dans le courant de la nuit, un petit réveil. Mais pas ce matin, peut-être parce que j'ai fait un rêve dont je me souviens bien. Je ne me souviens quasiment jamais de mes rêves ! J'ai aussi eu par deux fois deux sensations vraiment étranges, pas effrayantes mais surprenantes parce que totallement nouvelles. donc je crois que je me rapproche !



#107541 Vrai réveil ? Quel état de conscience ?

Posté par Imani sur 03 septembre 2011 - 07:43 dans États modifiés de conscience

Bonjour ! :)

Voilà, je n'ai pas encore fait de projection ou de rêve lucide dont je me souvienne. Cela dit, je fais les exercices de transe quasiment tous les soirs dans mon lit.

Au réveil, le matin, je remarque un petit détail bizarre. Depuis quelques jours, j'ai emménagé dans un apportement où la ventilation mécanisée est assez forte. Je ne peux ni la régler ni la couper, il a fallu que je l'accepte et que je ne lutte pas contre le bruit les premiers jours afin de pouvoir faire mes exercices habituels et m'endormir.

Et donc voici ce qui se passe le matin :
Instant 1 : je ne dors plus, enfin je crois, puisque j'ai des pensées concernant la journée qui vient, le programme des choses à faire, accompagnées de jugement du genre agréable/désagréable, puis aussi la sensation que le lit est bien douillet et que je n'ai pas envie de me lever. J'ai l'impression que ça dure, mais combien de temps ? Puis,

Instant 2: il y quelque chose qui se passe, peut-être que je bouge ? Ou bien que j'ai la volonté de me lever ? Toujours est-il que je me mets soudainement à entendre le gros souffle de la ventilation (qui fonctionne continuellement!) et c'est là que je m'aperçois que de l'instant 1 à l'instant 2, je n'entendais rien ! Je ne percevais que mes pensées, mes appréciations, et la sensation agréable d'être couchée dans le lit.

Alors quel état de conscience était-ce ?
Mais plus important : y a-t-il quelque chose à faire pendant cette période de surdité qui me permettrait d'approffondir ma pratique de la transe, ou vers d'autres états modifiés de conscience ? Est-on encore loin de la projection ou du rêve lucide ?

Voilà, merci de votre attention et à bientôt ! :)



#104828 Empathe : comment savoir si on l'est ?

Posté par Imani sur 09 juin 2011 - 07:15 dans États modifiés de conscience

Voir le messagenikkfurie, le 08 juin 2011 - 23:25, dit :


Pourquoi je raconte tout cela?

Parceque ces formations mentales automatiques font souffrir, et tu évoques cette souffrance. Nous nous identifions à ces formations et cela va determiner nos réactions, là est la cause de cette souffrance. C'est le corps émotionnel duel dont parle Lorgel qui s'exprime.

Dire que "je suis un empathe" reviens donc à dire "je tombe volontairement dans le panneau de l'empathie, et je m'y complais bien que cela me fasse souffrir". Voila, on plie les gaules et on rentre chez nous, le spectacle est terminé.

Dans cette évocation de l'attachement/identification à l'empathie, une donnée n'a pas été prise en compte, ou plutôt, on passe bien trop vite de "l'automatique" au "volontaire". On n'a pas encore pris la mesure de fait qu'on ne comprenne pas toujours que ce à quoi on s'identifie, ce n'est pas une émotion qui nous est propre, mais une émotion étrangère, celle d'un autre. C'est en cela que l'empathie décrite par Papillon serait une anomalie et non pas "une chute volontaire dans le panneau".
Premièrement, je voudrais rappeler que l'Eveil, au vu de ce que je constate dès que je mets le nez dehors, n'est pas un état partagé par la majorité de nos congénères, ces pauvres idiots de mortels dont je suis qui  tombent "volontairement" dans le panneau de l'identification à des sentiments, des idées, des objets, des personnes. Franchement, quels ânes de "vouloir" tout le temps s'identifier, ils sont trop bêtes ! (Allez, arrêtons là. Un peu d'humilité et de compassion s'il vous plaît.)
Deuxièmement, si l'identification à l'émotion de l'autre est spontanée et que ce phénomène a lieu depuis toujours, je maintiens l'hypothèse que l'empathe connaît des problèmes identitaires. C'est certainement quelqu'un qui ne sait pas qui il est, qui ne se comprend pas, puisque d'un côté on lui apprend que ce que l'on ressent est à nous, et que de l'autre, il ressent des émotions, parfois violentes, qui ne correspondent pas à son état intérieur. Pourquoi par exemple ressent-il soudain de la colère alors qu'il est un être paisible, qu'il n'a aucune idée de guerre ? Je conçois que cela puisse être effrayant. Doit-il s'identifier comme quelqu'un de méchant et de démoniaque ? Non bien sûr, il n'a pas à le faire, l'identification est souffrance, on connaît le refrain. Mais je connais aussi le début de ce refrain qui dit que la souffrance est inévitable. Allez demander à un enfant de 3 ans de ne pas s'identifier à ce qu'il ressent en lui. Bon courage. C'est difficile ? Et bien remontez vos manches, parce que c'est probablement aussi difficile à 3 ans qu'à 40 ans, 80 ans.

Je connais aussi le troisième couplet de cette chanson qui dit qu'il y a un chemin hors de la souffrance. C'est très théorique et c'est tout un programme. Malheureusement, je vois des posts donner des conseils théoriques du genre "Ne t'identifie pas à l'identification empathique" mais je ne vois pas beaucoup d'exemples concrets qui permettrait de sortir de cette identification.
Par ailleurs, je ne vois pas pourquoi il faudrait sortir de cette identification-là, et pas de celle à un scepticisme superstitieux et méprisant, à un cheval ailé sur fond gris bleu, à un pseudonyme swahili, un personnage de comics américain, etc. Il ne me semble pas que le post de Papillon demandât quelque conseil que ce soit. Si je lis bien ses propos, elle a visiblement trouvé une solution aux désagréments que pouvait provoquer le phénomène qu'elle décrit. Je ne comprends donc pas pourquoi des conseils lui sont adressés.

Si la conversation doit aboutir à "faut-il savoir si on est empathe ou pas ? (ou) l'empathie est-il un mode d'identification pertinent? On s'en fiche, de toute manière l'identification c'est nul, ça fait souffrir"  c'est limiter notre champs d'exploration et c'est dommage.
Pour ma part, je me demande, (pauvre mortelle qui s'identifie aux conditions de vie sur terre et notamment à ce qui pourrait les améliorer !), ce que le phénomène décrit par Papillon pourrait nous apporter et ce que pourrait nous apporter les éléments scientifiques que qui ont été posés sur la table.

Notamment, Nikkfurie, je me demande comment tu qualifierais ce que tu énonces ici :

Citation

Par contre il parait evident que nous avons la capacité de reproduire comme une "image" émotionnelle, plus ou moins fidèle de l'etat de l'autre, soumise à notre interpretation (meme inconsciente) et à notre propre palette d'émotions!
au vu des résultats de l'expérience que j'ai résumée plus haut. Je me pose cette question : comment cette interprétation même inconsciente peut-elle influencer les deux sujets de l'expérience, qui ne sont pas informés du but de l'expérience, qui sont physiquement séparés, et dont l'un d'entre eux, le récepteur, est enfermé dans une pièce scellé électro-magnétiquement ?



#104823 Empathe : comment savoir si on l'est ?

Posté par Imani sur 08 juin 2011 - 21:53 dans États modifiés de conscience

 Lorgel, le 08 juin 2011 - 17:31, dit :


Je veux dire que l’émotion que je ressens par empathie, je la ressens même avant de voir la personne par exemple.


Voilà le phénomène que la plupart d'entre nous veulent comprendre. On n'a aucun moyen de déduire ce que peut ressentir l'autre : aucun indice visuel, auditif, conceptuel, on n'est même pas en présence de cette personne. Pourtant, il y a une information de l'autre qui "apparaît" chez l'empathe. Comment ? Par quel chemin ?

Alors, peut-être que la science n'est pas si loin de parvenir à ces questions.

Papillon fait état, dans un autre de ses messages, d'une technique de respiration qui s'appelle la cohérence cardiaque. Je la connais également, elle m'a été démontrée et enseignée lors d'un stage de formation en 2008. Elle permet de réguler les signaux échanger entre le système sympathique (celui qui vous booste) et le système parasympathique (celui qui vous calme) afin d'atteindre un équilibre qui se manifeste par un état de calme vigilant (il ne s'agit pas de relaxation en ce sens qu'on ne "s'endort pas"). C'est une technique très utile quand vous vous trouvez au milieu d'un conflit parce qu'elle vous permet de remplacer les émotions telles que la colère ou la peur, qui inhibent l'activité corticale (la réflexion pondérée notamment), par une sorte de vigilance intellectuelle et empathique (en ce sens que vous êtes mieux à même de comprendre le point de vue de l'autre).

Bien, je parle de cette technique, parce que visiblement certains des scientifiques qui l'ont développée aux USA auraient démontré l'influence de l'intention entre un jeune garçon et son chien, les deux sujets étant séparés et placés dans deux salles éloignées. Comment l'auraient-ils démontrée ? C'est simple, avec un appareil qui mesure la durée entre chaque battements de coeur et donne une vitesse en battement par minute qui s'actualise régulièrement. Mesurée ainsi, la variabilité du rythme cardiaque de cette technique de respiration se manifeste par un tracé en  vagues sinusoïdales. Le garçon, une fois mis en cohérence cardiaque, a envoyé des pensées d'amour à son chien. On a comparé les variabilités du rythme cardiaque de l'enfant et du chien et l'on a constaté qu'elles correspondaient.

Je ne trouve plus la source de cet exemple. Cependant, je pense que les phobiques du langage mysticomagique lui préféreront largement ce résumé d'une thèse de doctorat américaine, qui cherche à analyser ce même phénomène :

Correlated Heart Rate Measures in the Study of Nonlocal Human Connectedness

par Dorothy Marie Mandel
(Ph.D. Dissertation, Graduate Faculty of Philosophy, Saybrook Graduate School and Research Center.)

Je sais que tout le monde ne parle pas anglais. Je traduis le titre : Corrélation des mesures du rythme cardiaque dans l'étude du sens de la connexion humaine à distance.
Résumé du résumé : On sait qu'une connexion entre deux êtres humains peut se manifester par une correspondance des électro-encéphalogramme des deux sujets. On veut savoir s'il y a un lien entre cette activité encéphalique et la variabilité du rythme cardiaque.

Pour cela on forme des paires de sujets que l'on sépare physiquement : un émetteur, un récepteur. On enregistre leurs encéphalogrammes et leurs variabilités cardiaques. L'émetteur est chargé de penser au récepteur et au lien d'amour qui l'unit au récepteur. On trie les paires et on s'intéresse à celles qui montrent une grande correspondance émetteur/récepteur sur les électro-encéphalogrammes. On analyse les tracés de variabilités cardiaques de ces sujets : ils correspondent également. Ce qui suggère qu'il y a bien un lien entre les deux phénomènes analysés : elecro-encéphalogramme et variabilité cardiaque.

Qu'est-ce que cela nous apporte ? Ca pourrait soutenir ce que dit Lorgel, puisqu'apparemment, 1. tout ne se passe pas seulement dans le cerveau, mais aussi dans le coeur, le phénomène n'est donc pas forcément une "mentalisation" comme dit Lorgel (et que je comprends comme le produit du cerveau uniquement). 2. certains sujets sont capable de manifester ce lien, d'autres non. Pourquoi ? Je crois que c'est là la question que se posent ceux qui veulent savoir s'ils sont ou non empathes.



#104805 Empathe : comment savoir si on l'est ?

Posté par Imani sur 08 juin 2011 - 16:03 dans États modifiés de conscience

Bonjour Max Demian,

Je suis ravie de pouvoir discuter avec un footballeur !

;)

La découverte des neurones miroirs ne date pas de l'an dernier. Elle date au moins d'avant 2003, époque à partir de laquelle je me suis beaucoup intéressée à l'autisme. A l'époque, on supposait que l'autisme était dû à un dysfonctionnement voire une absence de ces neurones.

Au demeurant, je ne vois pas pourquoi l'empathie décrite par Papillon ne pourrait pas être l'un de ces focntionnements encore mal connus liés aux neurones mirroirs.

Je suis certainement autant footballeuse que je suis empathe.



#104747 Empathe : comment savoir si on l'est ?

Posté par Imani sur 07 juin 2011 - 08:13 dans États modifiés de conscience

Bonjour tout le monde !

Merci Papillon d'avoir pris le temps de réunir toutes ces remarques et de nous les avoir présentées.

Le débat veut visiblement prendre la forme "empathie ou compétences sociales ?"

On peut observer qu'il est très étrange, voire paradoxal, que quelqu'un qui est renfermé (à cause de ce que Papillon appelle empathie) ait des compétences sociales très poussées.
Ce qui me fait penser que ce que décrit Papillon n'est pas une compétences sociale. On peut aussi imaginer le cas d'un empathe qui arrive à se mettre tout le monde à dos, parce qu'il ne sait pas dire leurs vérités aux gens avec suffisamment de subtilité.
Donc, pour l'instant je ne ferai pas l'équation "phénomène décrit par Papillon = compétences sociales".(Mais il faudrait justement qu'Héméra définisse ce terme pour pouvoir continuer l'analyse.)

Maintenant, la remarque de Draug : "empathe, pas empathe, quelle pertinence ? Ce serait juste une fausse identité."
Je ne sais pas ce qu'est une fausse identité. Ou plutôt, je ne sais pas du tout ce qu'est une vraie identité ! :rofl1:  

(Parenthèse :
L'identité de quelqu'un, ça ne veut pas dire son caractère unique, au contraire. On est toujours identique à quelque chose. On est identifié à quelque chose ou quelqu'un (mais pas à TOUT!). On s'identifie à quelque chose ou quelqu'un (mais pas à TOUT!). Il se peut que vous n'ayez aucun sens du "moi-je-soussigné-Martin-Dupont", votre voisin qui vous voit le matin en rentrant les poubelles vous identifiera. Sauf s'il a vécu une expérience hors-du commun qui lui a effacé le sens du "moi-je-soussigné-Michel-Durand)


Et par rapport à l'identification (la fabrication de l'identité), ce que dit Papillon est problématique. En effet, d'après ce que je lis, l'empathe s'identifie spontanément et profondément à tout ce qui se passe autour de lui, et c'est je crois ce qui lui fait vivre un enfer. On est visiblement très récepteur, on capte toute les fréquences et elles nous envahissent. Par contre, quand on est émetteur, on n'est pas reconnu, on n'est pas identifié par les autres au sentiment ou à l'émotion que l'on ressent, ou bien ils sont carrément à côté de la plaque quand ils nous identifient à un sentiment :

Citation

Il m’a fallu des années pour comprendre pourquoi les autres venaient me parler quand j’avais envie de rester seule. Ou pourquoi ils ne venaient pas près de moi quand j’avais besoin d’être avec quelqu’un. [...] De même, quand on ne sourit pas, parce qu’on est fatigué par exemple, les autres pensent que ça ne va pas.



#104715 Bonjour !

Posté par Imani sur 05 juin 2011 - 20:37 dans Présentations des membres

Bonsoir !

Merci Lorgel et Totem pour vos messages.

Je retiens : "quitter le mental pour pousser plus loin l'amour du monde" (Lorgel) Ce que Totem énonce aussi dans son message, "donner de l'amour".

Oui, c'est dans cette marmite que je viens de tomber, et je cherche des moyens pour canaliser tout ça. Je me suis dit que la projection astrale pourrait être un de ces moyens étant donné qu'il vaut mieux que j'arrête la lecture de livres et de témoignages sur la spiritualité et le mysticisme pour trouver mon chemin dans tout ça. La seule drogue que j'ai, c'est les livres... Drogue pour le mental si on ne prend pas de précaution. On me l'a justement conseillé, d'arrêter de lire, mais à ce moment-là je ne comprenais pas pourquoi. Maintenant je vois :
Ca ne sert à rien de connaître la carte du monde par coeur si on ne marche pas sur un chemin, quel qu'il soit ! Si je ne me mets pas à avancer, ce qu'il y a dans mon coeur n'ira nulle part.



#104683 Bonjour !

Posté par Imani sur 03 juin 2011 - 17:30 dans Présentations des membres

En fait, j'ai un défaut, c'est que je ne m'explique pas clairement, si je ne retravaille pas mes écrits. Je ferai plus attention maintenant. Je viens d'ailleurs de voir qu'il restait plein de fautes d'orthographe dans mes précédents messages.  :closedeyes:  :D



#104681 Bonjour !

Posté par Imani sur 03 juin 2011 - 13:53 dans Présentations des membres

Bonjour et merci pour ton accueil Anduril !

Voir le messageAnduril, le 03 juin 2011 - 12:54, dit :

Depuis, je me rends compte qu'à travers la méditation on s'ouvre consciemment à son âme et qu'en lui faisant aveuglément confiance, les choses dont on a besoin pour évoluer arrive naturellement à la fois dans le monde physique et non-physique.

Oui. Dans le même ordre de phénomènes liés à l'affinement de la méditation, il y a le retour de karma qui se fait de plus en plus vite et clairement. C'est marrant ! :D (en fait c'est peut-être le même phénomène que tu décris sous d'autres mots.)



#104680 Bonjour !

Posté par Imani sur 03 juin 2011 - 13:35 dans Présentations des membres

Voir le messageDraug, le 03 juin 2011 - 11:44, dit :

Citation

Dans une gare, un homme en costard qui se met en colère parce qu'une  mendiante lui demande de l'argent, il lui montre carrément son majeur...  

Et ? Faut-il plaindre le mendiant ou l'homme en costard ? Personnellement je plains l'homme en costard qui doit être bien plus malheureux que le mendiant et souffrir bien plus.

Citation

Ou bien l'éducation : certains parents qui veulent le bien de leurs  enfants, qui se stressent pour trouver la bonne recette pour obtenir un  enfant parfait, mais qui sont à côté de la plaque parce que tout  simplement ils n'écoutent pas l'enfant.
Et ? Comme tu l'a signalé, ils veulent le bien de leurs enfants donc leurs actions sont bonnes et justes pour eux. Tu n'as pas eu le vécu et les expériences que ces parents ont eu pour justement en arriver là. Donc toi tu connais la Vérité et la bonne façon d'éduquer un enfants ? Ben au  même titre que ces parents que tu critiques, tu penses toi aussi savoir ce qui est bon ......



La souffrance, à chaque fois, est dans chaque partie de l'opposition : homme au costard - mendiante ; parent - enfant. Mon observation ne va pas plus loin que ça.



#104672 Bonjour !

Posté par Imani sur 03 juin 2011 - 10:26 dans Présentations des membres

Voir le messagePapillon empathe, le 03 juin 2011 - 09:07, dit :


Chaque fois que j'ai envie de donner des conseils comme ça, je me rends compte que je peux me les appliquer parce que ce sont justement les conseils dont j'ai besoin en ce moment même.
Donc, merci Imani, tu m'as donné n bon coup de pouce ! :lol:

C'est marrant que tu aies eu envie de me donner des conseils, car je n'en demandais pas. Alors je n'y suis pour rien si tu as avancé, c'est toi qui as fait tout le boulot ! :D Quant à moi je te remercie de m'avoir livré ton point de vue.



#104665 Bonjour !

Posté par Imani sur 03 juin 2011 - 06:39 dans Présentations des membres

Bonjour !

Merci Draug, Papillon, Seeker et Héméra !

Papillon, ta remarque me permet de préciser mes pensées en ce qui concerne mon existence dans le plan physique. Déjà, je voudrais te rassurer. Je pense que ma vie va être très longue et que c'est bien ainsi. Ensuite, il y a des choses dans le plan physique que j'aime beaucoup. Par exemple, j'adore avoir les mains dans la terre et être avec la verdure et les animaux.

Par contre, ce sont certaines institutions, c'est à dire une partie de l'humain, qui m'exaspèrent. Tout ce qu'on souffre pour de l'argent, par exemple, ça me surprend et j'ai du mal à comprendre. Dans une gare, un homme en costard qui se met en colère parce qu'une mendiante lui demande de l'argent, il lui montre carrément son majeur... Et puis quand j'entends par les hauts-parleurs de la gare : "la mendicité est interdite. Ne l'encouragez pas." C'est la fabrique à mendiants ! Un mendiant qui se fait prendre dans une gare reçoit une amende (60 € environ, d'après mes souvenirs). Question : Comment peut-il la payer ?
Ou bien l'éducation : certains parents qui veulent le bien de leurs enfants, qui se stressent pour trouver la bonne recette pour obtenir un enfant parfait, mais qui sont à côté de la plaque parce que tout simplement ils n'écoutent pas l'enfant.

C'est l'humain que je dois mieux  intégrer. Ca se voit tout de suite, physiquement : je cherche toujours à m'échapper des groupes, à trouver un endroit de solitude. :D Du coup je ne fais pas entendre ma voix, là où pour reprendre les mots de Seeker, la vie matérielle est divorcée de la vie spirituelle, et le chakra de la gorge est bien bloqué ! :)

Et, inversement, comme je le disais dans mon premier post, dès que j'ai les moyens de faire les choses à ma guise, dès que je peux remettre le spirituel dans le physique, il se passe des découvertes humaines merveilleuses. Je pense qu'un moyen pour réintégrer l'humain, c'est l'art. Ou la révolution. :D

Héméra, je t'envoie un mp avec des détails.



#104649 Bonjour !

Posté par Imani sur 02 juin 2011 - 18:19 dans Présentations des membres

Voir le messageSteity, le 02 juin 2011 - 10:31, dit :

Eh bienvenue ! :)


Merci ! :)



#104634 Bonjour !

Posté par Imani sur 02 juin 2011 - 10:11 dans Présentations des membres

Bonjour !

J'ai 27 ans et je viens de finir un cycle sur le plan physique : j'ai poussé mes études au maximum (doctorat), donc à partir de là ça devient le petit train-train quotidien métro-boulo-dodo comme on dit, qui a certes son charme, mais qui ne me captive pas tellement. Cependant, il y a une chose que j'aime beaucoup dans mon travail : le contact humain et les découvertes qui peuvent s'en suivre. J'essaye de déjouer les petits tours de l'ego pour qu'à chaque rencontre quelque chose d'inattendu se passe.

Et donc, je pense que le plan physique a ses limites et qu'il y a d'autres choses à découvrir, sur d'autres plans, dont j'ai entendu parler, mais dont je ne connais absolument rien !
Parallèlement, depuis que j'ai fini mon doctorat, il y a quelque chose en moi qui s'exprime sans que je sache ce que c'est, ni ce que ça dit. Concrètement, ça se passe comme ça : j'ai des mouvements dans le coeur qui me font pleurer. Ouh, c'est pas très précis ! Pas facile à expliquer en fait. Je me mets à pleurer, comme un soulagement, alors qu'au départ, je n'ai pas de tristesse ni de chagrin. Il y a aussi une sensation de beauté, de sublime, de reconnaissance...
Je précise que je n'ai jamais pris de substances de genre drogue, je ne suis pas sous médicaments, rien !

Donc j'ai envie d'en savoir plus. Alors je médite de plus en plus, en saucissonant par tranche de 10 minutes parce qu'avant j'augmentais trop rapidement la durée de mes méditations et finalement je n'avais pas de pratique régulière. Là ça devient plus régulier, je médite tous les jours. Cela dans le but de reconnaître l'ego, pour pouvoir voir quand c'est lui qui parle/agit ou quand c'est autre chose... que je ne saurais pas nommer : maître intérieur, guide, intuition, ... ?

Et, connaissant vaguement le phénomène de projection astrale, je me suis dit que cela pourrait être un bon moyen de partir à la découverte de ce qui n'est pas du plan physique en moi. Je n'ai aucune pratique volontaire ou spontanée à mon actif, donc j'apprends tout depuis le début ! C'est comme si j'était enfant à nouveau. C'est génial !  J'ai à ma disposition New Energy Work de Robert Bruce et Mastering Astral Projection du même auteur. Pour l'instant j'arrive assez facilement à me détendre jusqu'aux hallucinations hypnagogiques, ce qui me donne bon espoir d'arriver un jour à me projeter. (Je n'en suis qu'au jour n° 3 du programme Mastering Astral Projection, donc j'ai le temps !).

Donc voilà à quoi ressemble ma vie maintenant : "expédier" les demandes du plan physique (boulot, surtout), méditer, faire du travail énergétique, et explorer la porte du sommeil.

Je vous remerci pour ce site parce que je découvre toujours plein de petit détails qui m'indiquent une expérience à faire ou qui me donne confiance, et j'apprends beaucoup en lisant les témoignages de chacun.