Aller au contenu


Ouvrir la fosse des profondeurs du soi


  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet
7 réponses à ce sujet

#1 Papillon empathe

Papillon empathe

    Membre causal

  • Membre
  • 667 messages
  • Sexe:Femme
  • Lieu:Là, car là, tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté

Posté 04 août 2012 - 13:00

Depuis pas mal de temps maintenant, je lâche un maximum de trucs, je diminue le contrôle autour de moi sur les choses et les gens et sur moi-même.

En même temps, je m'efforce de rester présente à moi-même.

Alors maintenant il m'arrive d'ouvrir ... une fosse, un abîme.
Par instants.
Qui pourrait être terrifiant s'il s'ouvrait plus longtemps.

Mais qui peut aussi être merveilleux.
---------------------------

Donc, la technique de base, c'est d'être présente.
D'écouter mon corps.
----------------------------

J'ai affiné en faisant plus :
1- rester présente. C'est-à-dire, surveiller ce que je pense, car on pense quand quelque chose remonte en surface.
Et arrêter de penser, pour laisser le ressenti évoluer tout seul.

Ça remue très profondément.
Alors parfois les larmes coulent toute seules.
Et parfois pas.
------------------------

2- après j'ai encore affiné en me disant exprès : laisse venir les trucs qui veulent venir.
Et ils viennent !
J'ai été étonnée.
Quand je leur donne la permission de venir, ils s'expriment encore mieux.
--------------------

Alors j'ai de brefs instants où je sens qu'il y a en moi
une fosse aux émotions
un truc épouvantable, abominable.

Je sens bien que c'est un truc abominable, et qu'il y a des horreurs là dedans.
Je ne savais pas que j'avais tout ça en moi :D
Ça me fait penser à saint Augustin qui fait son introspection et qui voit des trucs épouvantables.

Et je sais qu'il faut que j'ouvre ce truc :larme:
----------------------

Mais ce n'est as toujours abominable loin de là.
L'autre jour je suis au cinéma avec mes filles,
on regarde l'Age de glace.

A un moment, Manny et Elly sont séparés : le sol se brise,
Manny est emporté sur un iceberg et Elly et Pêche restent sur le continent.
La scène est déchirante.

J'observe et je ressens.
Et je laisse remonter ce qui veut remonter.

Et alors, je suis bouleversée, déchirée par ce malheur infini,
les larmes me viennent et je suis toute retournée jusqu'au plus profond de moi.
Alors que je sais bien que ce n'est qu'une histoire :lol:
Ça m'a vraiment marquée !
-----------------------


Mais j'ai aussi une autre histoire, le côté merveilleux.
Je l'ai vécu quelques fois seulement, de brefs instants.
Qui montrent une puissance incroyable.

Pendant le sexe : des sensations de plaisir infini, inconnu et insoupçonné.
J'ai ouvert une porte qui donne sur des océans de plaisir.
Une caresse ordinaire, qui devrait donner des sensations plaisantes,
mais qui donne des sensations infinies....

J'appelle ça plaisir, mais bonheur serait plus juste.

En même temps, de la même manière que je ne saurais pas supporter d'ouvrir cette fameuse fosse aux horreurs,

je ne saurais pas supporter autant de bonheur - c'est trop :lol:
Je ne saurais pas (encore) résister à autant de bonheur.
Ça me casserait.
Faut que j'y aille progressivement.
-------------------

Voilà voilà.

D'autres ont ouvert cette fosse ?
Ce bonheur ?

Ça mène à quoi ?
C'est dingue, tout ce qu'on peut faire avec son corps !

#2 Tchandra

Tchandra

    apprenti yogi

  • Membre
  • 435 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Val-de-Marne

Posté 04 août 2012 - 17:02

Bonjour Papillon

Pour ma part, je ressens un peu cette idée pour les rêves. J'avais fait des cauchemars il y a quelques temps, ce qui m'arrive très rarement, (mais c'était en parti dû à changement alimentaire je crois...) et j'avais revécu des ambiances (plutôt négatives donc) qui ne me semblaient pas vraiment inconnues, comme si j'avais déjà ressenti ça dans l'enfance. (Mais en moins fort forcément, puisque dans les rêves, le mental est très peu actif, on ne sent pas forcément son corps, par contre les émotions, elles, sont très puissantes, un peu l'inverse de la veille en somme...)

Après le réveil, ces ambiances négatives peuvent durer quelques heures, avant que l'ambiance du quotidien ne vienne supplanter tout ça. Les tibétains disent que pendant le sommeil, la conscience va se placer dans certains chakra et "illumine" des karmas qui reposent là, et les déploie dans un rêve. Ils appellent le "reservoir"  qui contient tout ce karma "kunshi namshé" (yoga tibétain du rêve et du sommeil - Tenzin Wangyal Rimpoché)

Sinon, c'est vrai qu'en commençant le yoga, je me rappelle qu'il y a certaines émotions anciennes qui étaient remontées, mais je n'ai jamais eu la sensation d'avoir un truc énorme en moi à vider par contre... Mais c'est peut-être là quand même...

En gros l'idée, c'est que si on vit sans être centré, nos expériences vont se loger sous forme de karma dans la structure énergétique, et cela peut ressurgir à tout moment.


Citation

Je ne saurais pas (encore) résister à autant de bonheur.
C'est vrai que c'est par forcément évident à supporter la jouissance d'être :lol:
Moi-même, je découvre des plaisirs cachés. Déjà simplement pouvoir profiter d'un plaisir en étant présent sans culpabiliser en me disant que j'ai du boulot à faire, etc (on est pas mal comme ça dans ma famille, toujours à penser à ce qu'on va faire après...). Généralement, quand on essaye d'être présent, on croit qu'on y arrive, mais dans l'esprit ou le corps, il reste quelque chose qui est programmé pour ce qu'on va faire ensuite, et on s'en rend pas forcément compte.

Mais c'est toujours le même principe qui s'applique, il faut rester centré. C'est un peu le sens de trident de shiva, l'axe central représente le sujet conscient, et les deux autres pics les aspects positifs et négatifs de l'expérience. (ça représente aussi ida pingala et sushumna).

Sinon dans le tantrisme, on parle aussi de bogha et yoga. Dans ce cadre, yoga est la discipline, l'ascèse et bhoga le plaisir, la jouissance de vivre. En fait les deux vont ensemble, et le sujet reste au centre, donc on retrouve l'image du trident. :)




Citation

Ça mène à quoi ?
Peut-être à plus de liberté ?

Modifié par Tchandra, 04 août 2012 - 17:04.

Caramba ! Encore raté !

#3 Papillon empathe

Papillon empathe

    Membre causal

  • Membre
  • 667 messages
  • Sexe:Femme
  • Lieu:Là, car là, tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté

Posté 04 août 2012 - 21:36

Citation

C'est vrai que c'est par forcément évident à supporter la jouissance d'être :lol:
Ah ça, ça me parle !
Je pense que tu as mis le doigt sur ce que je ressens : ce serait être tout simplement ?

car ce n'est pas que des trucs qui remontent.
J'explique :

Pour la part de bonheur, il n'y a rien qui remonte, *c'est*, simplement.
Tout d'un coup, il y a *ça* qui vient, qui est.
Pas de raison d'être là, c'est là, c'est tout.


Pendant le film, j'ai ressenti ce déchirement, mais ce n'était pas quelque chose qui remontait, c'est ce qui se passait et que je vivais intensément, je le vivais, c'était, c'est tout.
Après, ça m'a fait penser à un sentiment d'abandon, mais ce n'était pas là au départ.


Et pour les trucs horribles qui remontent, c'est quand je pense à un vécu désagréable: par exemple un sale coup que quelqu'un m'a fait, je laisse remonter ce vécu et les émotions qui vont avec, je les laisse venir, et alors il y a ces trucs épouvantables qui sont là, en masse, ça grouille. :P

C'est moi, ça ?
Ben oui, c'est bien moi :lol: :lol:


Ces trucs affreux qui grouillent, c'est tout le bien que je veux à ceux qui m'ont fait ces sales coups.
Je viens de le comprendre.
Mince !
Je suis capable de tout ça ? Moi ? Moi qui suis si polie, si civilisée, si convenable que je plairais même à une belle-mère ?
Je m'épate moi-même :lol:
---------------

Alors, ce serait ça aussi, être ?


-----------------
Mais alors, être éveillé ce serait vivre tout ça tout le temps ?
Vivre à la puissance un million exposant des tas de millions ?

----------------
Et je mets bien "vivre" et pas "ressentir".
C'est pas pareil.

Modifié par Papillon empathe, 04 août 2012 - 21:55.

C'est dingue, tout ce qu'on peut faire avec son corps !

#4 Tchandra

Tchandra

    apprenti yogi

  • Membre
  • 435 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Val-de-Marne

Posté 05 août 2012 - 13:17

Papillon empathe dit :

Tchandra dit :

C'est vrai que c'est par forcément évident à supporter la jouissance d'être :lol:
Ah ça, ça me parle !
Je pense que tu as mis le doigt sur ce que je ressens : ce serait être tout simplement ?
Pour la part de bonheur, il n'y a rien qui remonte, *c'est*, simplement.

Euh non, je crois que ce que j'ai écrit était ambigu...
La jouissance dont tu parles vient du corps d'après ce que tu dis... (?) Peut-être que le fait de remettre au travail énergétique a simplement accentué tes ressentis...
Par contre, ce que je voulais dire, c'est que la jouissance (mais aussi la souffrance, ou tout ce qui vient du corps) ramène au moment présent, et si l'on a pas l'habitude d'être vraiment présent, il me semble qu'on profite moins du plaisir en général. Inversement, quand on est très présent et que le travail énergétique a un peu porté ces fruits, le simple fait d'être vivant est un plaisir (ton fameux ver de terre :lol:), et les petits plaisirs de la vie peuvent devenir beaucoup plus forts ; mais du coup, c'est pas forcément facile à accepter, autant de plaisir... on se dit qu'il faut en chier dans la vie pour obtenir quelque chose, etc.

Modifié par Tchandra, 05 août 2012 - 13:19.

Caramba ! Encore raté !

#5 prana

prana

    humain

  • Membre
  • 108 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Vaucluse

Posté 05 août 2012 - 13:54

Oui, ça m'est déjà arrivé de sentir cette fosse!

L'impression d'être remplis d'émotion négative ultra violente, un putain de chaos intérieur, jusqu'à la limite de la peau!!
La fosse n'est pas resté ouverte longtemps, encore heureux, sinon ma nuit se serait fini en hôpital psy!
C'est trop intense!!

Citation

Ces trucs affreux qui grouillent, c'est tout le bien que je veux à ceux qui m'ont fait ces sales coups.
Je viens de le comprendre.
Mince !
Je suis capable de tout ça ? Moi ? Moi qui suis si polie, si civilisée, si convenable que je plairais même à une belle-mère ?
Je m'épate moi-même :lol:

Tout pareil! Même le fait de plaire à une belle mère!! :lol:

les humains c'est des singes sans poil, en moins cool

#6 Papillon empathe

Papillon empathe

    Membre causal

  • Membre
  • 667 messages
  • Sexe:Femme
  • Lieu:Là, car là, tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté

Posté 05 août 2012 - 18:34

Ouiiiiii Prana, c'est clair, tu la sens aussi !
Tu décris bien ce qui s'y passe :lol:

Y compris l'hôpital psy :P

Citation

et les petits plaisirs de la vie peuvent devenir beaucoup plus forts ; mais du coup, c'est pas forcément facile à accepter, autant de plaisir... on se dit qu'il faut en chier dans la vie pour obtenir quelque chose, etc.
non, c'est différent.
ça ne devient pas beaucoup plus fort, c'est une autre dimension.

Et oui, c'est lié au corps, mais ça va beaucoup plus loin que le corporel.

Ça ne dépend pas du travail énergétique je pense.

Et accepter ça ne dépend pas du mérite, mais de la capacité physique et mentale à encaisser un truc aussi énorme. Plus dans le genre de l'hôpital psy dont parle Prana. :P
C'est un truc qui déferle avec violence, ça ne te demande pas ton avis, ça vient dans des situations habituelles, on s'attend à une réaction habituelle, mais il y a ce truc qui déferle sans crier gare, on l'encaisse.

Et je sens bien que c'est à la limite du supportable.
C'est pour ça que ça ne dure pas longtemps je suppose.
L'impression que si ça dure plus longtemps, je deviens folle.
Et physiquement, je ne pourrais pas supporter ces sensations trop fortes.

Je ne sais pas, moi l'impression que j'exploserais.
Sans doute j'ai tort, mais bon :lol:
Pas trop envie d'essayer non plus.
Je préfère y aller en douceur.
C'est dingue, tout ce qu'on peut faire avec son corps !

#7 prana

prana

    humain

  • Membre
  • 108 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Vaucluse

Posté 05 août 2012 - 23:31

Citation

Ouiiiiii Prana, c'est clair, tu la sens aussi !
Tu décris bien ce qui s'y passe :lol:

Y compris l'hôpital psy :P

^_^

Ça fait des mois que ça ne m'était plus arrivé, au point que c'était complètement sorti de mes préoccupation. ^_^
Pendant des lustres j'ai attendu que cette fosse ce ré ouvre, en vain...
Tu n'as pas cette impression papillon, qu'au fond de la fosse, il y a de grand trésor à découvrir??

Modifié par prana, 05 août 2012 - 23:32.


les humains c'est des singes sans poil, en moins cool

#8 Tchandra

Tchandra

    apprenti yogi

  • Membre
  • 435 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Val-de-Marne

Posté 06 août 2012 - 14:03

Citation

C'est un truc qui déferle avec violence, ça ne te demande pas ton avis, ça vient dans des situations habituelles, on s'attend à une réaction habituelle, mais il y a ce truc qui déferle sans crier gare, on l'encaisse.
Et je sens bien que c'est à la limite du supportable.
Ah effectivement, on ne parle pas de la même chose, je parlais plus d'un bien-être permanent...
Mais je te rejoins pour dire qu'un plaisir un peu fort peut être paradoxalement difficile à soutenir
Je crois que Christophe Allain parlait de trucs comme ça sur son blog, mais je ne sais plus quelle interprétation il en donnait.
Caramba ! Encore raté !





0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

membre(s), invité(s), utilisateur(s) anonyme(s)