Aller au contenu


Tenez-vous un journal de rêve ?


  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet
52 réponses à ce sujet

Sondage : Tenez-vous un journal de rêve ?

Tenez-vous régulièrement un journal de rêve (pas un journal d'expériences, mais vraiment un journal pour les rêves, qu'ils soient lucides ou non)

Vous ne pouvez pas voir les résultats du sondage tant que vous n'avez pas voté. Veuillez vous connecter et voter pour voir les résultats.
Vote Les invités ne peuvent pas voter

#31 Tchandra

Tchandra

    apprenti yogi

  • Membre
  • 435 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Val-de-Marne

Posté 15 janvier 2012 - 18:56

Héméra dit :

Concernant le WBTB, ça dépend s'il est naturel ou forcé.
oui, je parlais du WBTB forcé avec un réveil.


Héméra dit :

Je traverse des périodes de fatigue qui peuvent durer assez longtemps et là, soit je dors d'un sommeil comateux (ce qui n'est vraiment pas l'idéal quand on veut expérimenter) soit, je suis prise d'insomnies
Ce genre d'instabilité, en ce qui me concerne, c'est lié à une instabilité dans la vie en générale (stress, peurs, etc) qui provoque une dépense d'énergie excessive, ou alors je mange n'importe comment, ou je me couche trop tard.... Avec le yoga, j'ai vraiment gagné en centrage, stabilité, etc. mais les événements extérieurs peuvent faire que je perds ça, et là, j'ai vraiment décidé de garder du recul en toute circonstance, pour ne pas me laisser affecter par certaines énergies "lourdes". C'est un engagement un peu comme pour le journal de rêve... Je ne sais pas si je vais y arriver, mais bon...
Caramba ! Encore raté !

#32 Invité_michael07_*

Invité_michael07_*
  • Invité

Posté 15 janvier 2012 - 23:32

salut,

moi aussi je tiens un journal de rêve.

En fait, ce que je fais, c'est que au moment de l'endormissement, je fais de l'autosuggestion pour me réveiller à la fin de mon premier rêve et m'en souvenir. Puis quand je me réveille, je me lève et je note tout ce dont je me souviens, dans mon journal.

En me recouchant, je me dis que je vais me réveiller à la fin de mon prochain rêve et m'en souvenir, puis je me lève et là encore, je note tout ce dont je me souviens. Et ainsi de suite jusqu'à ce qu'il se soit écoulées quatre heures et demie depuis mon premier endormissement. Heure où je fais le WBTB qui dure 45 minutes et non plus dix minutes comme les réveils précédents où j'écrivais vite fait mon rêve.

C'est une méthode qui demande beaucoup d'investissement et d'efforts parce qu'il faut se lever plusieurs fois en pleine nuit et beaucoup écrire mais ça en vaut la peine car j'arrive à me souvenir de beaucoup de rêves. Mon record est de 6 rêves en une nuit.

#33 Tchandra

Tchandra

    apprenti yogi

  • Membre
  • 435 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Val-de-Marne

Posté 16 janvier 2012 - 23:39

Bonjour Michael07

Je suis impressionné par ta motivation. Ca ne nuit pas à ton sommeil de te réveiller comme ça plusieurs fois par nuit ?
J'essaye de développer ma mémoire onirique, mais j'avoue qu'un bon sommeil, c'est quand même le plus important pour moi :lol:

Sinon, qu'est-ce que ça t'a apporté de faire ça, si ce n'est pouvoir profiter à 100% de tous tes rêves ? Tu as aussi pu constater que noter tes rêves permettait certaines prises de conscience sur leurs significations ? Tu as pu faire des rêves lucides ? :)
Caramba ! Encore raté !

#34 Invité_michael07_*

Invité_michael07_*
  • Invité

Posté 17 janvier 2012 - 01:20

Bonjour Tchandra,

Merci pour ta réponse.

Alors pour répondre à tes questions:

C'est vrai que c'est assez pénible comme méthode et, oui, on peut dire que d'une certaine façon ça nuit une peu à mon sommeil. Mais si je fais ça, c'est uniquement dans le but de faire des rêves lucides puis des projections astrales à partir de ceux-ci.

Je me couche tous les soirs à 21h15 (sauf le lundi à cause de mes cours de méditation) pour être endormi à 22h00. En me couchant, je met le réveil pour 2h30, soit après 4h30 de sommeil. Sommeil qui est donc entrecoupé de 2 ou 3 réveils naturels de 10 minutes pour noter mes rêves. À 2h30 je fais un WBTB de 45 minutes puis à 3h15, je me recouche. Toute la période avant le WBTB est réservé au souvenir de rêve. Toute la période après le WBTB, donc à partir de 3h15 est réservé à l'autosuggestion pour devenir lucide. Je me dis que la prochaine fois que je rêverai, je me souviendrai que je suis en train de rêver. Puis, et c'est à que le souvenir de rêves est utile, je me visualise de retour dans un des rêves que j'ai fait juste avant. Je m'imagine en train de reconnaître cette fois-ci que c'est un rêve en identifiant quelque chose de bizarre qui montre que c'est rêve. Et je poursuis ma visualisation. Je m'imagine en train de sauter d'un point surélevé sur le ventre pour m'entraîner à la technique de projection. Je fais tout cela jusqu'à ce je m'endorme et voilà.

Si j'essaie de me souvenir d'autant de rêves, c'est pour être sûr que dans au moins l'un d'entre eux, il y aura un indice onirique dont je pourrai me servir pour ma visualisation après le WBTB. Mais c'est aussi pour me familiariser avec les rêves de façon générale et ainsi peut-être devenir lucide naturellement.

Si je me couche si tôt (21h15), c'est pour avoir le plus de chances possibles de faire 1 ou plusieurs rêves lucides avant qu'il ne fasse jour. Et avec toutes mes interruptions de sommeil, je suis bien obligé de me coucher tôt.

En fait, tout ce que je viens d'écrire là, n'est rien d'autre que la méthode WBTB/MILD.

Donc pour répondre à tes autres questions, ce que ça m'a apporté de faire ça, est d'avoir réussi plusieurs fois à faire des rêves lucides puis des projections astrales, qui était quand même mon but principal. J'ai également pu constater comme tu dis, que noter mes rêves permettait certaines prises de consciences sur leurs significations.

Pour terminer, je te conseillerais juste, comme tu essaie de développer ta mémoire onirique, de te coucher plus ou moins tôt car plus ta nuit de sommeil est longue, plus tu as de chances de te souvenir de tes rêves parce que les périodes de rêves deviennent de plus en plus longues au fur et à mesure que progresse la nuit. Et puis, tu peux noter tes rêves dans ton journal le matin en te réveillant si tu n'as pas envie de la faire en pleine nuit. Et bien sûr, faire de l'autosuggestion le soir pour te souvenir de tes rêves quand tu es sur le point de t'endormir.

#35 Tchandra

Tchandra

    apprenti yogi

  • Membre
  • 435 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Val-de-Marne

Posté 17 janvier 2012 - 13:13

Bonjour Michael07

Effectivement, tu es motivé :D
Félicitation pour tes réussites :yes:


michael07 dit :

Pour terminer, je te conseillerais juste, comme tu essaie de développer ta mémoire onirique, de te coucher plus ou moins tôt car plus ta nuit de sommeil est longue, plus tu as de chances de te souvenir de tes rêves parce que les périodes de rêves deviennent de plus en plus longues au fur et à mesure que progresse la nuit
C'est intéressant, je ne savais pas que les périodes de rêves devenaient de plus en plus longues.
Par contre, je pense que c'est plus la clarté mentale et la motivation qui compte que la quantité de rêves qu'on fait dans une nuit. Généralement, je me souviens de ceux que j'ai fait avant de me réveiller, et ça me suffit pour l'instant.

Je disais plus haut à Héméra que la stabilité du sommeil était lié d'après moi à la stabilité "énergétique", émotionnelle, etc dans la journée. En ce moment, je suis vraiment très serein ; j'ai même un peu progressé en méditation et travail énergétique, et pour autant, certaines nuits récentes, je ne me suis souvenu d'aucun rêve, même si je continue à tout noter... donc je suis loin d'avoir cerné le problème.

Quand je rentre d'une nuit de boulôt et que je dors en journée, je dors comme une masse et je ne me souviens d'aucun rêve... Donc, peut-être que tu as raison, se coucher tôt doit favoriser un sommeil plus léger et plus conscient, il faudrait que je teste ça.

Je me demande si ça ne pourrait pas être lié aussi à un déséquilibre de ida et pingala...
Je vais voir sur le forum s'il y a des choses à ce sujet...

Modifié par Tchandra, 17 janvier 2012 - 13:34.

Caramba ! Encore raté !

#36 Héméra

Héméra

    Rockeuse

  • Modérateur
  • 1 506 messages

Posté 17 janvier 2012 - 14:52

Voir le messageTchandra, le 17 janvier 2012 - 13:13, dit :

Je disais plus haut à Héméra que la stabilité du sommeil était lié d'après moi à la stabilité "énergétique", émotionnelle, etc dans la journée. En ce moment, je suis vraiment très serein ; j'ai même un peu progressé en méditation et travail énergétique, et pour autant, certaines nuits récentes, je ne me suis souvenu d'aucun rêve, même si je continue à tout noter... donc je suis loin d'avoir cerné le problème.

Quand je rentre d'une nuit de boulôt et que je dors en journée, je dors comme une masse et je ne me souviens d'aucun rêve... Donc, peut-être que tu as raison, se coucher tôt doit favoriser un sommeil plus léger et plus conscient, il faudrait que je teste ça.

Je me demande si ça ne pourrait pas être lié aussi à un déséquilibre de ida et pingala...
Je vais voir sur le forum s'il y a des choses à ce sujet...
Je me demande si ce n'est tout simplement pas dû à des variations physiologiques (hormonales ou autres) et environnementales (pression atmosphérique, par exemple, lorsqu'il neige, j'ai un très mauvais sommeil, de même lorsqu'il y a du vent). Je pense que ça peut influencer sur notre capacité à nous souvenir de nos rêves, voire même sur la production de nos rêves tout court, indépendamment de facteurs purement psychologiques.

Modifié par Héméra, 17 janvier 2012 - 14:52.

" Ceux qui savent exactement où ils vont dans la vie ne risquent pas de finir ailleurs. "

#37 Invité_michael07_*

Invité_michael07_*
  • Invité

Posté 17 janvier 2012 - 19:49

J'ai lu dans un livre que je possède qu'une des causes principales de l'oubli des rêves est qu'en fait dès qu'on se réveille, on a tendance à penser à différentes choses. Par exemple, on pense à la journée qui nous attend ou au contraire, à ce qu'on a fait la veille, ce qui efface quasiment immédiatement le souvenir de rêves.

Donc pour un souvenir de rêves optimal, le mieux est, au réveil, de ne pas bouger du tout ou alors en tout cas le moins possible pour rester dans la position qu'on avait lors du sommeil, puis de se focaliser sur ce qui se passait dans notre esprit juste avent de se réveiller, par exemple en se demandant: "qu'étais-je en train de rêver". Dès qu'une scène de rêve apparaît dans notre esprit, il faut alors se demander ce qui se passait juste avant et encore avant, ainsi de suite, en revivant le rêve à l'envers et noter bien sûr tout ça dans le journal de rêves.

#38 Tchandra

Tchandra

    apprenti yogi

  • Membre
  • 435 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Val-de-Marne

Posté 18 janvier 2012 - 15:19

Héméra dit :

Je me demande si ce n'est tout simplement pas dû à des variations physiologiques (hormonales ou autres) et environnementales (pression atmosphérique, par exemple, lorsqu'il neige, j'ai un très mauvais sommeil, de même lorsqu'il y a du vent). Je pense que ça peut influencer sur notre capacité à nous souvenir de nos rêves, voire même sur la production de nos rêves tout court, indépendamment de facteurs purement psychologiques.

On dit qu'il y a plein de choses qui peuvent influer sur notre état énergétique, les lieux, les gens qu'on côtoie, la nourriture, ce qui rentre par nos sens (agréable, désagréable), les "nouvelles", notre activité (sédentaire ou pas), la météo, les astres (lune, soleil, ...), etc, et pourquoi pas les entités en tout genre...
Dans le yoga, on dit qu'en temps normal, un individu est joué par toutes ses influences énergétiques, mais que grâce au travail énergétique (yoga, etc...), nous pouvons au contraire faire en sorte que ça soit nos propres énergies qui modifient notre vie et notre environnement :) A mon petit niveau, je vois déjà clairement la différence !

Pour la mémoire onirique, s'il y a des influences extérieures faciles à changer, il ne faut pas s'en priver, c'est sûr, mais j'aime bien l'idée de chercher aussi en soi plutôt que dans des causes extérieurs :). Pour les conditions atmosphériques, c'est vrai que j'ai des souvenirs de nuits agitées dans ce cas, mais ça remonte à longtemps.


michael07 dit :

J'ai lu dans un livre que je possède qu'une des causes principales de l'oubli des rêves est qu'en fait dès qu'on se réveille, on a tendance à penser à différentes choses
oui en effet, j'avais constaté cela aussi, d'où l'importance de l'auto-suggestion que tu as l'air de bien maîtriser. Mais encore faut-il avoir des moments de conscience pendant la nuit, ou au moins au lever, sinon, l'auto-suggestion n'est peut-être pas suffisante, à moins d'être hyper impliqué dans la démarche comme toi. Dans le yoga, on parle des états sattvique, rajasique et tamasique. Tamas est associé à un sommeil lourd, raja, agité, et sattva, c'est au contraire un sommeil léger avec de nombreuses prises de conscience, donc, il y a bien une question énergétique derrière tout ça à mon avis...
Caramba ! Encore raté !

#39 Héméra

Héméra

    Rockeuse

  • Modérateur
  • 1 506 messages

Posté 18 janvier 2012 - 18:03

Voir le messageTchandra, le 18 janvier 2012 - 15:19, dit :

On dit qu'il y a plein de choses qui peuvent influer sur notre état énergétique, les lieux, les gens qu'on côtoie, la nourriture, ce qui rentre par nos sens (agréable, désagréable), les "nouvelles", notre activité (sédentaire ou pas), la météo, les astres (lune, soleil, ...), etc, et pourquoi pas les entités en tout genre...
Dans le yoga, on dit qu'en temps normal, un individu est joué par toutes ses influences énergétiques, mais que grâce au travail énergétique (yoga, etc...), nous pouvons au contraire faire en sorte que ça soit nos propres énergies qui modifient notre vie et notre environnement :) A mon petit niveau, je vois déjà clairement la différence !

Pour la mémoire onirique, s'il y a des influences extérieures faciles à changer, il ne faut pas s'en priver, c'est sûr, mais j'aime bien l'idée de chercher aussi en soi plutôt que dans des causes extérieurs :). Pour les conditions atmosphériques, c'est vrai que j'ai des souvenirs de nuits agitées dans ce cas, mais ça remonte à longtemps.

En effet, je pense que notre état énergétique est hautement influencé par notre environnement immédiat. C'est en tout cas ce que je constate sur moi-même dans ma vie quotidienne. Et j'avoue que je cherche à me détacher de toutes ces sources d'influence car lorsqu'elles sont "négatives", c'est quand même très énergivore.

Je préfère également chercher en moi qu'à l'extérieur, mais des fois, je pense que ça ne fait pas de mal de prendre conscience de ces diverses sources d'influence. ;)

Voir le messageTchandra, le 18 janvier 2012 - 15:19, dit :

Dans le yoga, on parle des états sattvique, rajasique et tamasique. Tamas est associé à un sommeil lourd, raja, agité, et sattva, c'est au contraire un sommeil léger avec de nombreuses prises de conscience, donc, il y a bien une question énergétique derrière tout ça à mon avis...
J'ai connu sattva cette nuit... Ou en tout cas, un début de sommeil sattvique. :) Et comme par hasard, j'ai eu mon cours de yoga hier en début de soirée. ^_^ Ce n'est pas la première fois que je remarque les effets du yoga sur mon sommeil, voire même sur ma capacité à rester consciente durant une bonne partie du processus de transe que constitue le glissement vers le sommeil. Pour moi, il est évident qu'une pratique ayant un impact direct sur le système énergétique va agir sur la qualité du sommeil et la capacité à prendre conscience durant celui-ci. En tout cas, je suis archi débutante en yoga, mais je vois clairement l'effet que ça a sur mon système énergétique durant et après la pratique. Je me suis d'ailleurs faite la réflexion hier durant un temps de détente pendant le cours, je ressentais mon énergie circuler avec beaucoup de force et je suis presque partie en transe (j'entends par là, ressentis vibratoires et visions hypnagogiques). Je pense que ça a dû jouer sur la vivacité de mes rêves de cette nuit et le fait que je me suis rappelée du dernier avec pas mal de facilité. Pour le moment, j'ai de la peine à pratiquer seule mais sur le long terme, j'aimerais instaurer une pratique plus régulière du yoga, je suis certaine que ça aura un impact sur mes nuits (en plus de tout les autres effets bénéfiques qui vont avec).

Modifié par Héméra, 18 janvier 2012 - 18:05.

" Ceux qui savent exactement où ils vont dans la vie ne risquent pas de finir ailleurs. "

#40 Tchandra

Tchandra

    apprenti yogi

  • Membre
  • 435 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Val-de-Marne

Posté 21 janvier 2012 - 09:55

Citation

Et j'avoue que je cherche à me détacher de toutes ces sources d'influence car lorsqu'elles sont "négatives", c'est quand même très énergivore.
Bah, moi aussi, carrément ! Ca me rappelle à Noël, j'étais quelques jours dans ma famille et, bon, j'ai jamais été sur la même longueur d'onde avec eux, et comme ils vieillissent, ça ne s'arrange pas... bon, au bout de 2-3 jours, je ne me sentais vraiment pas bien et un soir, j'ai fait une séance de yoga, j'en suis ressorti comme sur un nuage, le sourire aux lèvres... Ca m'a permis de voir à quel point les énergies "négatives" peuvent persister sur nous et à quel point il est nécessaire de savoir faire un nettoyage énergétique. Et ça m'a permis de voir aussi que même si je me sens beaucoup mieux depuis que je fais du yoga, je suis loin d'avoir atteind le niveau où je maîtrise mes énergies... donc, en attendant, je fais comme toi :)


Citation

J'ai connu sattva cette nuit...
Sattva n'golo Diabaté ? :lol:

Bon sérieusement, je vois bien l'impact du yoga sur moi parce que si je fais une méditation en fin de séance, l'espace mental me parait plus grand, plus lumineux, que lors d'une méditation sans préparation. Dans ce cas, j'ai l'impression d'être comme dans une phase d'endormissement qui s'éternise, donc plutôt tamasique, avec des images hypnagogiques, etc. Par contre, sattva se dissipe assez vite et je ne vois pas forcément l'impact sur mon sommeil, enfin, disons que ça dépend des jours... mais j'ai fait parfois des rêves très forts après une séance de yoga bien réussie.

Sinon, je sais qu'il existe des techniques de yoga nidra à faire le jour qui permettent d'avoit une nuit avec beaucoup de prise de consciences, mais je ne connais pas ces techniques.


Citation

Pour le moment, j'ai de la peine à pratiquer seule
Moi, je pratique seul la plupart du temps, et c'est vrai que c'est plus difficile, parce que dans un cours on est guidé, on a pas besoin de réfléchir à ce qu'on fait, donc on peut un peu s'abandonner à la pratique. Et puis il y a la force du groupe bien sûr...
Dans le yoga que je fais, il faut pas mal pousser les souffles, éveiller l'énergie, et physiquement, c'est parfois un peu dur, du coup, c'est pas forcémenet évident de trouver sattva, ça m'arrive souvent d'être fatigué à la fin... donc la limite est un peu dur à trouver...
Caramba ! Encore raté !

#41 Héméra

Héméra

    Rockeuse

  • Modérateur
  • 1 506 messages

Posté 21 janvier 2012 - 13:11

Voir le messageTchandra, le 21 janvier 2012 - 09:55, dit :

Bah, moi aussi, carrément ! Ca me rappelle à Noël, j'étais quelques jours dans ma famille et, bon, j'ai jamais été sur la même longueur d'onde avec eux, et comme ils vieillissent, ça ne s'arrange pas... bon, au bout de 2-3 jours, je ne me sentais vraiment pas bien et un soir, j'ai fait une séance de yoga, j'en suis ressorti comme sur un nuage, le sourire aux lèvres... Ca m'a permis de voir à quel point les énergies "négatives" peuvent persister sur nous et à quel point il est nécessaire de savoir faire un nettoyage énergétique. Et ça m'a permis de voir aussi que même si je me sens beaucoup mieux depuis que je fais du yoga, je suis loin d'avoir atteind le niveau où je maîtrise mes énergies... donc, en attendant, je fais comme toi :)
Haha, je vois le genre. J'ai remarqué que les gens dépressifs, les personnes âgées ou les gens malades me pompent de manière hallucinante, je suis toujours raide après un contact avec eux. C'est vraiment embêtant car il m'arrive souvent d'en voir. Et des fois, j'en ressors franchement pas bien. Mais pour le moment, j'en suis pas au point de pouvoir maîtriser suffisamment mes énergies pour pouvoir contrer tout ça. Un peu comme toi, donc. ;) Je tâche de faire avec du coup. :)


Voir le messageTchandra, le 21 janvier 2012 - 09:55, dit :

Sattva n'golo Diabaté ? :lol:

Bon sérieusement, je vois bien l'impact du yoga sur moi parce que si je fais une méditation en fin de séance, l'espace mental me parait plus grand, plus lumineux, que lors d'une méditation sans préparation. Dans ce cas, j'ai l'impression d'être comme dans une phase d'endormissement qui s'éternise, donc plutôt tamasique, avec des images hypnagogiques, etc. Par contre, sattva se dissipe assez vite et je ne vois pas forcément l'impact sur mon sommeil, enfin, disons que ça dépend des jours... mais j'ai fait parfois des rêves très forts après une séance de yoga bien réussie.

Sinon, je sais qu'il existe des techniques de yoga nidra à faire le jour qui permettent d'avoit une nuit avec beaucoup de prise de consciences, mais je ne connais pas ces techniques.
Euh, késaco ? :lol: Il me semble déceler une consonance africaine derrière cette expression ! ^_^
Oui, c'est pareil pour moi, je le vois puisque quand on médite un instant à la fin du cours de yoga, j'ai l'esprit bien plus disponible que quand je tente le coup chez moi en ayant rien fait avant ! Sinon, ça fait très longtemps que je m'intéresse au yoga nidra, il faut d'ailleurs que j'en parle à mon prof, voire s'il peut me renseigner là-dessus. D'après mes recherches sur le sujet, le but du yoga nidra est bien la prise de conscience durant le sommeil, ainsi que les expériences qui vont avec (pa et rl). Je crois savoir que Satyananda n'était justement pas le genre de yogi a rejeter les expériences de projection comme beaucoup de yogis l'ont fait (j'espère ne pas dire de bêtises, je parle d'après mes diverses lectures) qui y voyaient uniquement l'obtention d'un pouvoir psychique, et donc, y voyaient un certain danger sur le chemin spirituel. Son livre sur le sujet est d'ailleurs édité en français, je compte me le procurer dans les prochains mois. André Riehl est un des spécialistes de ce yoga, je sais qu'il donne des stages en Suisse et j'aimerais bien y participer une fois.

Je vois vraiment un (très) fort potentiel dans cette méthode. D'autant plus qu'elle semble très progressive et complète, et commence justement par favoriser un bon sommeil ainsi qu'un bon rappel des rêves et autres expériences nocturnes. La base, quoi. :)

Voir le messageTchandra, le 21 janvier 2012 - 09:55, dit :

Moi, je pratique seul la plupart du temps, et c'est vrai que c'est plus difficile, parce que dans un cours on est guidé, on a pas besoin de réfléchir à ce qu'on fait, donc on peut un peu s'abandonner à la pratique. Et puis il y a la force du groupe bien sûr...
Dans le yoga que je fais, il faut pas mal pousser les souffles, éveiller l'énergie, et physiquement, c'est parfois un peu dur, du coup, c'est pas forcémenet évident de trouver sattva, ça m'arrive souvent d'être fatigué à la fin... donc la limite est un peu dur à trouver...
Je vois. Mais au vu de ce que j'ai lu, tu sembles déjà bien plus avancé que moi dans ta pratique, du coup, ça doit quand même t'être plus facile. Je sais qu'à terme, j'arriverai plus facilement à pratiquer seule. Je le fais déjà mais pas très longtemps. Je ne veux pas prendre de mauvaises habitudes dans les postures, du coup, je préfère m'entraîner principalement en groupe pour commencer. Et puis, comme tu le soulignes, la force du groupe est à prendre en compte. Tu fais quel type de yoga exactement ? Le cours que je suis est plutôt un cours d'introduction, je le trouve très harmonieux et reposant, il est pas mal axé relaxation en fait.
" Ceux qui savent exactement où ils vont dans la vie ne risquent pas de finir ailleurs. "

#42 Tchandra

Tchandra

    apprenti yogi

  • Membre
  • 435 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Val-de-Marne

Posté 22 janvier 2012 - 11:11

héméra dit :

Tu fais quel type de yoga exactement

En France, on appelle ça natha yoga. Ca fait référence aux pratiques des sectes natha qui ont développé le hatha yoga au moyen-âge, donc en fait c'est du hatha yoga, mais théoriquement assez proche de la tradition, avec des techniques utilisant des mantras, des yantras, certaines méditations, et disons que c'est plus exigeant physiquement que le yoga-relaxation. Le gars qui transmet ça en France a suivi un enseignement à Bénares, mais je n'en sais pas plus sur la lignée. On dit qu'il y a 12 branches natha, certaines sont vishnouistes, d'autres sivaistes, d'autres musulmanes, et sans doute que chaque école à ses particularités. Apparement, les textes classiques du hatha yoga, comme le hatha yoga pradipika, la ghéranda samhita ou la Siva Samhita sont des textes issus de ces écoles. Les natha existent toujours en Inde. Là j'avais trouvé une vidéo d'un gars qui a fondé une école natha au Brésil, il y a des images de gorakhpur, qui est la ville qui porte le nom de gorakhnath, le fondateur mythique de cette tradition :



Et là l'interview d'un russe qui en parle un peu :



En ce qui concerne le yoga nidra, je ne peux pas t'aider.
Caramba ! Encore raté !

#43 Héméra

Héméra

    Rockeuse

  • Modérateur
  • 1 506 messages

Posté 22 janvier 2012 - 20:28

Je connaissais un peu de nom... Ça a l'air intéressant comme programme, quoique je ne sais pas si ça me correspondrait vraiment. Merci pour les vidéos en tout cas, ça donne une idée de la chose. :)
" Ceux qui savent exactement où ils vont dans la vie ne risquent pas de finir ailleurs. "

#44 Hermann

Hermann

    Visiteur

  • Membre
  • 12 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Paris

Posté 23 janvier 2012 - 04:08

J'ai toujours aimé rêver, et ça fait longtemps que j'envisage de noter systématiquement mes rêves, mais jusque là je ne le faisais que de temps en temps, pour les rêves les plus marquants.
J'adore aussi les interpréter, vu que j'aime tout ce qui touche à l'inconscient, à la symbolique, etc.

J'ai commencé à noter systématiquement mes rêves depuis quelques jours.
J'ai fait un long rêve, complexe mais assez clair. Je l'ai noté en détail, et je me suis aperçu que le fait de le noter permettait de m'en souvenir beaucoup plus facilement, qu'il me semblait plus clair et plus riche, et qu'il m'était plus facile de l'interpréter. J'ai donc décidé désormais de tous les noter. Le lendemain j'ai à nouveau fait un long rêve dont je me souvenais bien.
Ce qui est drôle, c'est que juste avant de dormir et de faire ce premier rêve, je parlais avec des amis de rêves, et du fait d'en tenir un journal. Je disais que j'étais un peu frustré car ces derniers temps je rêvais beaucoup, mes rêves me semblaient plus paisibles, mais je ne m'en souvenais que très peu, beaucoup moins qu'avant. Et ces derniers jours, je lisais souvent un dictionnaire des rêves en ligne. Or, dans le rêve en question, sont apparus plein de thèmes que j'avais parcourus dans ce dictionnaire, en me disant parfois "tiens j'ai l'impression de ne jamais rêver de ça".
Comme si mon inconscient avait joué avec moi, m'avait fait des clins d'oeil, ou avait voulu me faire travailler sur des thèmes précis.

Depuis plus d'un an, je note aussi tous les signes et synchronicités que je remarque au quotidien, avec des tentatives d'interprétation. C'est un matériau riche qui peut se prêter encore plus facilement que les rêves à une analyse sérielle, car beaucoup de symboles reviennent. C'est parfois extrêmement révélateur, encore plus que les rêves.
Des enchaînements de signes et synchronicités, sur un court espace de temps, peuvent aussi presque s'apparenter à un rêve éveillé. Tout comme les rêves, notre inconscient nous parle, avec son langage à lui, peuplé de couleurs, de figures géométriques, d'animaux, de végétaux, de minéraux, de mots, de lettres, de chiffres, de nombres, etc.
De plus, j'ai remarqué qu'il y avait parfois des correspondances entre le contenu de mes rêves et le contenu des signes et synchronicités observés en phase d'éveil.

Voici le dictionnaire des rêves en question, qui me semble de loin le plus intéressant de ceux en ligne, même meilleur que ceux qui sont publiés en livres, bien qu'il reste encore un peu incomplet :
http://tristan.moir....ictionnaire.php
Je m'en sers non seulement pour décoder mes rêves, mais aussi, dans une moindre mesure, certains événements survenus dans la journée, puisque notre inconscient ne nous parle pas seulement lors des rêves.

Modifié par Hermann, 23 janvier 2012 - 04:11.


#45 Viviane

Viviane

    Membre mental

  • Membre
  • 310 messages
  • Sexe:Femme

Posté 23 janvier 2012 - 10:58

Oui, ce dico est assez intéressant,n après, c'est comme le reste, il faut savoir faire sa recette...

dégager l'élément de la veille pour ne pas l'interpréter, c'est juste un ancrage temporel, un habillage.
faire très attention aux détails
faire la part de sa propre symbolique ou culture sans négliger pour autant

et hop...





0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

membre(s), invité(s), utilisateur(s) anonyme(s)