Aller au contenu


L'affinement de la conscience


  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet
198 réponses à ce sujet

#1 Kalonek

Kalonek

    Kamikaze des plans subtiles

  • Administrateur
  • 10 346 messages
  • Sexe:Homme

Posté 14 novembre 2008 - 08:13

---- Mise à jour Une nouvelle version de l'article est disponible ici.

Suite du topic L'état de conscience à atteindre.

L'affinement de la conscience



Les ouvrages et textes de référence ne sont généralement pas explicites du tout sur la question du stade où l'on peut se projeter. D'après mes expériences, l'état idéal pour faire une projection puissante et suffisamment stable (comprendre, qui ne se transforme pas en projection onirique - ou rêvée - très vite sans maîtrise du mental) se situe à un moment particulier du processus d'endormissement, qu'il faut savoir repérer.

Mon texte précédent sur l'état de conscience à atteindre vise à faire saisir expérimentalement l'équilibre à obtenir entre conscience tournée vers l'intérieur, et conscience tournée vers l'extérieur. Mais cela n'est pas suffisant en général pour effectuer une projection en soi, c'est simplement la première étape qui vise à mettre la conscience dans de bonnes dispositions. Il faut passer du temps pour maîtriser ce stade, et si vous pouvez vous maintenir en état de relaxation ainsi, c'est déjà une très bonne chose, et même une pratique avancée. En situation réelle, on apprend sur le tas à maintenir cet état autant que possible lorsqu'il apparaît, en essayant avant tout de ne pas en sortir, puis ensuite à se détendre dedans, ce qui est le but de l'exercice que j'avais donné.

Cependant, cet état demeure plat si on ne l'approfondit pas. Cela se fait normalement naturellement durant l'exercice que j'avais donné, car le corps se relâche de lui-même, et l'esprit aussi. Mais il me semble intéressant de comprendre ce qui est en jeu.

La seconde étape correspond à ce que je nomme l'affinement de la conscience. J'appelle cela ainsi car c'est exactement ce qui est perçu sur le moment à un certain niveau dans mon cas. Une fois l'état de conscience à atteindre atteint, il s'agit désormais de s'enfoncer progressivement en soi-même, tout en maintenant l'équilibre qui a été trouvé. Il suffit de se laisser aller à la sensation mentale de s'enfoncer vers l'axe central (grossièrement) de notre corps de façon progressive, en quittant la surface corporelle - mais toujours en maintenant l'attention apprise durant l'exercice d'accession à l'état de conscience idéal. Il faut procéder par palliers très légers et lents, afin de demeurer entièrement conscient tout du long, sans aucune précipitation surtout. En effet, et c'est là le "secret" (si l'on peut dire), il faut parvenir à dépasser le stade d'endormissement. Cela peut sembler étrange à première vue, mais le stade d'endormissement n'est pas une fatalité, une barrière limitative au-dessus de laquelle il faut se maintenir. C'est là l'erreur fondamentale de la majorité des débutants en matière de projection ! Il suffit de voir les messages du genre : "j'ai pratiqué la transe pendant 2 heures mais il ne s'est rien passé". C'est normal, car précisément on n'a jamais atteint ce premier pallier qu'il est nécessaire de franchir pour passer à la suite, à savoir la projection.

Il ne faut pas avoir peur du sommeil !

Pour atteindre un état à partir duquel il est possible de se projeter de façon stable, il est impératif de franchir la porte du sommeil de façon consciente, pour aller dans l'état de conscience (de transe) qui se situe au-delà et qui constitue le tremplin pour la projection. Avant cela, je n'ai jamais eu pour ma part que des projections oniriques, des problèmes énergétiques pour me projeter, ou simplement des rêves lucides.

Pour ce faire, il convient donc d'approfondir l'état que l'on a appris à sécuriser en pratiquant l'exercice donné dans le topic précédent. Par approfondir, j'entends qu'il faut se laisser s'enfoncer dans sa propre conscience, accepter de lâcher prise de plus en plus sur son corps et sur l'extérieur, mais aussi sur la visualisation elle-même. Cependant, cela ne doit pas être l'occasion d'un relâchement de l'attention, je le répète !!!
L'intérêt de descendre par étapes très légères consiste justement dans l'apprentissage de la sensibilité à l'affinement de la conscience : on constate d'abord que l'on semble être un peu embué dès les premiers palliers de "descente" ; notre esprit semble ne plus pouvoir s'accrocher aussi bien à la visualisation qu'à la sensation spatiale. L'engourdissement mental semble inévitable, et le sommeil en être la clef. Et la tentation est grande de se laisser aller à la torpeur, puisque c'est ce que nous faisons chaque nuit à ce moment pour nous endormir.

Or, ce que nous constatons n'est que notre faible sensibilité à la conscience, à la nôtre en l'occurrence ! Nous avons encore à ce stade la faculté d'être parfaitement conscient et lucide, mais d'une façon différente. C'est ce que beaucoup de débutants ne voient pas, et, pensant trop partir, ils remontent respirer à la surface dans un état de conscience plus habituel, sans voir de changements. Précisément, pour qu'il y ait changement, il faut s'enfoncer dans ces contrées pleine de torpeur, avec une conscience aussi acérée que le tranchant de la lame d'un scalpel, et aussi fluide que la fumée. Ces deux qualités réunies constituent l'affinement recherché.

Dans cette torpeur et ce "décrochage" perçus lors de ces premières étapes d'enfoncement en soi-même, il convient ainsi de chercher à percevoir notre centre conscient. J'entends par là le noyau dur de notre conscience, celui qui perçoit et nous permet d'appréhender l'existence au niveau fondamental. Etonnamment, on constate que celui-ci est parfaitement intact, n'est nullement pris par la torpeur qui semble nous envahir l'esprit, et demeure impassible et indentique à lui-même. Mais il nous semble subjectivement que cette conscience est beaucoup plus "petite", plus "fine", justement. Il est difficile d'expliquer comment se "bloquer" sur cette partie de notre conscience, car c'est essentiellement une matière d'expérience, mais en cherchant l'affinement et la stabilité, vous verrez que c'est en fait assez simple dès qu'on parvient à l'accrocher une première fois. Cela sera beaucoup plus aisé les fois suivante, donc n'hésitez pas à passer du temps la première fois pour bien se stabiliser dans cet état, sans faire de va-et-vient avec l'état de conscience habituel : si vous ressentez la torpeur et le sommeil vous envahir même un peu au niveau de la conscience, vous n'y êtes pas ! Le centre conscient est impassible et vous offre une coque de sécurité contre l'endormissement, d'où l'importance de bien s'y placer entièrement, en délaissant tout ce qui n'est pas nécessaire. D'où le terme d'affinement, car ce délestage augmente au fur et à mesure que l'on s'enfonce. Le centre conscient que l'on sentait déjà très fin et étroit, le devient encore plus, encore plus tranchant et minuscule, et il devient plus dur de nous y maintenir accroché. Il faut continuer à affiner notre conscience encore plus pour ne pas décrocher en route.

Tant que l'on reste centré sur ce noyau qu'est le centre conscient, tout va bien, on demeure lucide et stable. Mais il faut accepter d'avoir une conscience beaucoup plus fine et discrète, quasiment imperceptible au final, sans se laisser happer par les pensées environnantes.

On constate alors que lorsque l'on se laisse aller au sommeil, c'est simplement que l'on se "balade" autour de ce centre conscient, sans s'y poser. On suit les pensées qui surgissent, on les alimente, on saute de l'une à l'autre, on fait surgir des images, puis des rêves, et enfin on dort profondément en vivant mille aventures. Or, nous avons pourtant le potentiel de nous replacer dans le centre conscient si nous le souhaitons à n'importe quel moment durant ce processus, pour nous retrouver sans effort hors du processus d'endormissement.

Mais plus l'on s'enfonce, et plus on se rapproche de la barrière du sommeil. À ce niveau, tout déplacement même infime en dehors du centre conscient devient l'occasion d'une tornade de pensées qui semble nous tirer inexorablement vers le sommeil de façon très puissante. Il faut bien entendu résister à toute tentation de jeter un oeil à ce qui se passe dans notre esprit à ce moment-là, et demeurer fixé entièrement sur le centre conscient tout du long, sous peine de s'endormir en quelques secondes autrement arrivé à un certain stade d'approfondissement.

L'affinement de la conscience consiste à cet exercice de maintien de l'attention entière et indivisée dans le centre conscient, en percevant à travers lui, alors que l'on s'enfonce progressivement et lentement en nous-mêmes. Notre conscience nous apparaît différente, beaucoup plus fine et fluide, beaucoup plus réactive aussi, d'où l'intérêt de maîtriser un minimum l'exercice proposé auparavant.

Au bout d'un certain temps, on semble être arrivé à un pallier : plus rien ne se passe, on est stabilisé dans un état de tranquillité et comme dans un vaste espace à l'intérieur de nous-mêmes, sans besoin ressenti de s'affiner encore plus. Comme si on était parvenu à la dernière couche d'un oignon de conscience. Arrivé là, on a dépassé le stade de l'endormissement. On est au-delà du sommeil, parfaitement conscient, avec moins de risque de s'endormir brutalement. On ressent vaguement notre corps physique de façon lointaine : en concentrant légèrement notre attention, on peut en ressentir des bouts très nettement, mais aussitôt qu'on lâche l'attention, ils semblent disparaître à nouveau. Etrangement, notre conscience ne semble plus figée, mais au contraire peut se balader très aisément dans notre tête, voire notre corps, comme si elle était dans un fluide. On se sent minuscule en nous-mêmes, tel un insecte de conscience.

On est arrivé à l'état propice pour se projeter. Arrivé là, un simple désaxage de la conscience provoque une projection très rapidement, en l'espace de quelques secondes à peine. Le tout sans avoir perdu conscience un seul instant.
Nous trouverons un chemin, ou nous le tracerons. - Hannibal

#2 Jolan

Jolan

    Gardien du Feu

  • Administrateur
  • 3 362 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Liège

Posté 14 novembre 2008 - 15:27

Sacré article ! J'aime beaucoup ce passage : :)

Voir le messageKalonek, le Nov 14 2008, 08:13 AM, dit :

Précisément, pour qu'il y ait changement, il faut s'enfoncer dans ces contrées pleine de torpeur, avec une conscience aussi acérée que le tranchant de la lame d'un scalpel, et aussi fluide que la fumée. Ces deux qualités réunies constituent l'affinement recherché.

Du coup j'ai quelques questions ! Dans ton exposé, tu expliques comment ne pas décrocher et rester conscient tout au long du processus "d'endormissement".
Au final, peut-on encore parler d'endormissement puisque la conscience reste alerte, même si réduite à la lame d'un scalpel ?
J'ai l'impression que ta description correspond plutôt à un maintien du conscient dans un processus "d'endormissement" du corps, autrement dit apprendre à maintenir sa conscience éveillée alors que notre schéma corporel se modifie complètement. Il ne nous reste alors que notre conscience et nos pensées, sans aucun support sensoriel physique.

Penses-tu qu'il est nécessaire d'atteindre cet état nécessairement depuis l'état de veille ?
Je me suis retrouvé quelques fois subitement conscient en transe avancée, alors que j'avais décroché auparavant.
Penses-tu que le décrochement préalable du conscient influe sur la qualité de la projection qui peut suivre ?

Autre question. La projection en elle-même n'est-elle pas comparable à une entrée consciente en rêve ?
En effet, après être resté longuement dans un état libéré de toute influence parasite de la pensée, le fait de se désaxer et de s'imaginer dans sa chambre n'est-il pas justement un "abandon" vers une pensée déterminée, qui permet alors à notre inconscient de nous recréer un corps et des perceptions sensorielles non-physiques ?

Modifié par Jolan, 14 novembre 2008 - 15:30.

Ne vous inquiétez pas ! On va tous mourir.

#3 Kalonek

Kalonek

    Kamikaze des plans subtiles

  • Administrateur
  • 10 346 messages
  • Sexe:Homme

Posté 14 novembre 2008 - 18:01

Voir le messageJolan, le Nov 14 2008, 07:27 AM, dit :

J'ai l'impression que ta description correspond plutôt à un maintien du conscient dans un processus "d'endormissement" du corps, autrement dit apprendre à maintenir sa conscience éveillée alors que notre schéma corporel se modifie complètement. Il ne nous reste alors que notre conscience et nos pensées, sans aucun support sensoriel physique.

Je parle en fait de dépasser le stade d'endormissement, qui nous tiraille tout du long. Arrivé au "fond", cet état se fait moins pressant et on peut reprendre un activité psychique plus normal. En fait, ce n'est pas tout à fait vrai, car la pensée est quelque peu modifiée. Mais on peut penser de façon verbale ou imagée. Mais la tornade de torpeur qui nous envahit dans les étapes de la "descente" n'est plus, on est passé au-delà d'une limite (c'est en tout vraiment ainsi que je le perçois) à un moment précis, où tout se calme, et où on se serait endormi profondément normalement :) D'ailleurs, arrivé proche de cette limite, l'endormissement est quasi instantané à ce que j'ai pu voir si on s'aventure légèrement en dehors du centre conscient : on se sent réellement happer par la pensée hors de lui. C'est ici qu'une autre technique permet d'entrer en WILD. Mais là, on passe au-delà encore. Pour entrer en WILD, il faut d'ailleurs se laisser aller à nouveau voir "remonter", car on est parfaitement conscient et éveillé dans cet état, mais dans un état de conscience totalement différent.

Citation

Penses-tu qu'il est nécessaire d'atteindre cet état nécessairement depuis l'état de veille ?
Je me suis retrouvé quelques fois subitement conscient en transe avancée, alors que j'avais décroché auparavant.
Penses-tu que le décrochement préalable du conscient influe sur la qualité de la projection qui peut suivre ?

Excellente question ! Et ma réponse est : ce n'est absolument pas nécessaire en effet ! :D
Je ne fais qu'expliquer ma méthode en ce qui concerne la projection depuis l'état de veille. Mais il m'arrive très souvent comme toi de reprendre conscience dans le centre conscient après avoir largement décroché auparavant. Généralement, je reprends conscience juste avant la limite d'endormissement, ce qui me permet de passer au-delà de justesse.
Toutefois, d'une part il est assez rare tout de même que ça se fasse seul (seulement une poignée de fois par mois dans mon cas), même si des affirmations au départ peuvent aider pour reprendre conscience au moment fatidique,
et d'autre part, je trouve intéressant d'apprendre l'intégralité du processus, qui permet de saisir d'emblée l'état d'expérience (rendant les choses plus faciles ensuite), et permet de mieux le maîtriser et le stabiliser, notamment pour les raisons dont je vais parler ensuite.

Citation

Autre question. La projection en elle-même n'est-elle pas comparable à une entrée consciente en rêve ?
En effet, après être resté longuement dans un état libéré de toute influence parasite de la pensée, le fait de se désaxer et de s'imaginer dans sa chambre n'est-il pas justement un "abandon" vers une pensée déterminée, qui permet alors à notre inconscient de nous recréer un corps et des perceptions sensorielles non-physiques ?

Excellente question aussi, question centrale même, qui correspondra d'ailleurs à la suite et fin de ma série de 4 articles :P
Le truc est justement que la différence se fait, j'ai l'impression, entre l'abandon à la pensée et la visualisation, qui induit un rêve lucide ou une projection onirique, et une autre forme de mouvement interne qui reste centré sur le centre conscient, et produit un résultat différent. C'est un mouvement qui se fait vers l'extérieur, sans attente ou visualisation au sens strict. Il y a me semble-t-il une différence qui empêche dans un cas un voile de s'interposer sur l'expérience. Je travaille encore dessus, et cela est particulièrement lié aux problèmes de projection onirique. Je te tiendrais au courant ;)
Nous trouverons un chemin, ou nous le tracerons. - Hannibal

#4 kazuki

kazuki

    In Silent Hill

  • Membre
  • 942 messages
  • Lieu:Nîmes

Posté 14 novembre 2008 - 19:13

Très intéressant.


Rien avoir mais cet article (avec son centre conscience) me fait penser visuellement  à un Atome avec son noyau central. (les électrons qui tourne autour seraient les pensées agité)

Modifié par kazuki, 14 novembre 2008 - 19:15.

Mon âme se compose et decompose
comme un puzzle mélancolique...
dont chaque pièce a sa propre tristesse.

#5 Lowfat

Lowfat

    Membre éthérique

  • Membre
  • 22 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Quebec

Posté 14 novembre 2008 - 21:23

Merci Kalonek pour cette aide précieuse que tu nous apporte, en particulier pour moi. Depuis peut-être deux mois,
j'essaye lorsque que je me couche le soir, de me concentrer lors de mon endormissement a atteindre l' état dont tu
parle dans ton texte, mais par manque d'expérience ce n'est pas évident de savoir quoi faire exactement et quel état est le mieux afin de réussir a se projeter. Comme tu le dit si bien, il m'arrive souvent de sombrer dans le sommeil, mais quelque fois j' ai l'impression d' être proche de réussir. Je suis sur que cela m'aidera énormément.

Merci encore!

#6 Jolan

Jolan

    Gardien du Feu

  • Administrateur
  • 3 362 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Liège

Posté 15 novembre 2008 - 00:05

Voir le messageKalonek, le Nov 14 2008, 06:01 PM, dit :

D'ailleurs, arrivé proche de cette limite, l'endormissement est quasi instantané à ce que j'ai pu voir si on s'aventure légèrement en dehors du centre conscient : on se sent réellement happer par la pensée hors de lui. C'est ici qu'une autre technique permet d'entrer en WILD. Mais là, on passe au-delà encore. Pour entrer en WILD, il faut d'ailleurs se laisser aller à nouveau voir "remonter", car on est parfaitement conscient et éveillé dans cet état, mais dans un état de conscience totalement différent.

Alors là, je décroche consciemment. :)
Tant que je n'aurai pas expérimenté tout cela par moi-même, je ne vois pas très bien comment je pourrais saisir le sens de tes propos.

Voir le messageKalonek, le Nov 14 2008, 06:01 PM, dit :

d'autre part, je trouve intéressant d'apprendre l'intégralité du processus, qui permet de saisir d'emblée l'état d'expérience (rendant les choses plus faciles ensuite), et permet de mieux le maîtriser et le stabiliser, notamment pour les raisons dont je vais parler ensuite.

Effectivement, se retrouver directement dans l'état de conscience idéal ne permet pas de percevoir l'ensemble du processus.
C'est un peu comme se réveiller d'un coup en hors piste chaussé de skis alors que deux minutes avant on commençait à peine à maîtriser le chasse-neige.
Dans ce cas c'est l'improvisation totale, avec plus ou moins de succès.  :lol:

Voir le messageKalonek, le Nov 14 2008, 06:01 PM, dit :

Le truc est justement que la différence se fait, j'ai l'impression, entre l'abandon à la pensée et la visualisation, qui induit un rêve lucide ou une projection onirique, et une autre forme de mouvement interne qui reste centré sur le centre conscient, et produit un résultat différent. C'est un mouvement qui se fait vers l'extérieur, sans attente ou visualisation au sens strict. Il y a me semble-t-il une différence qui empêche dans un cas un voile de s'interposer sur l'expérience. Je travaille encore dessus, et cela est particulièrement lié aux problèmes de projection onirique. Je te tiendrais au courant ;)

Là je comprends mieux. En effet, lors d'une de mes premières tentatives de "projection", alors que j'étais dans l'état de conscience idéal, à peine ai-je pensé à la maison de mes parents que je m'y suis retrouvé comme si j'y étais physiquement, parfaitement clair d'esprit. C'était donc bien un WILD.

Dans ton cas, j'imagine que tu restes centré sur ta conscience et que tu laisses faire, sans penser à quelque chose en particulier.
Est-ce vraiment le cas, ne penses-tu pas ou ne t'attends-tu pas à voir ta chambre ?
T'arrive-t-il d'être projeté directement dans un lieu connu ou inconnu autre que ta chambre, sans le vouloir ?
T'arrive-t-il de penser à un lieu ou une personne pour t'y projeter ou te projeter auprès d'elle ?
Dans ce cas, puisqu'il y a pensée consciente, n'est-ce pas un WILD ?
Vais-je arrêter de te poser des tas de questions ?  ^_^

Modifié par Jolan, 15 novembre 2008 - 00:07.

Ne vous inquiétez pas ! On va tous mourir.

#7 Kalonek

Kalonek

    Kamikaze des plans subtiles

  • Administrateur
  • 10 346 messages
  • Sexe:Homme

Posté 15 novembre 2008 - 00:21

Voir le messageJolan, le Nov 14 2008, 04:05 PM, dit :

Alors là, je décroche consciemment. :)
Tant que je n'aurai pas expérimenté tout cela par moi-même, je ne vois pas très bien comment je pourrais saisir le sens de tes propos.

Honnêtement, ce n'est pas bien grave, je ne suis pas très clair non plus, mais ce n'est pas quelque chose qui est fondamentalement important et ça demeure mon expérience personnelle ;)

Jolan dit :

Effectivement, se retrouver directement dans l'état de conscience idéal ne permet pas de percevoir l'ensemble du processus.
C'est un peu comme se réveiller d'un coup en hors piste chaussé de skis alors que deux minutes avant on commençait à peine à maîtriser le chasse-neige.
Dans ce cas c'est l'improvisation totale, avec plus ou moins de succès.  :lol:

Il y a de ça en effet :D Et j'ai envie de dire que c'est très bien aussi ! C'est souvent ainsi que l'on fait de bonnes expériences pleines d'enseignements ! Mais après, il est vrai qu'il vaut mieux apprendre tout le processus si on veut s'y mettre sérieusement et régulièrement.

Jolan dit :

Là je comprends mieux. En effet, lors d'une de mes premières tentatives de "projection", alors que j'étais dans l'état de conscience idéal, à peine ai-je pensé à la maison de mes parents que je m'y suis retrouvé comme si j'y étais physiquement, parfaitement clair d'esprit. C'était donc bien un WILD.

Probablement. Mais il y a aussi pas mal de mécanismes qui me sont inconnus, donc je ne m'aventurerais pas à être trop catégorique, même si c'est probable dans ce cas :)

Citation

Dans ton cas, j'imagine que tu restes centré sur ta conscience et que tu laisses faire, sans penser à quelque chose en particulier.
Est-ce vraiment le cas, ne penses-tu pas ou ne t'attends-tu pas à voir ta chambre ?

Précisément, c'est là un point intéressant que tu soulèves : l'attente de voir sa chambre se manifeste généralement par une projection onirique, souvent dans une chambre qui n'est même pas la nôtre d'ailleurs (ancienne chambre, etc.) mais avec peu de conscience de ce fait. J'ai l'impression justement que l'attente, surtout si elle est appuyée (chercher à agripper un objet, un rebord de lit etc.) favorise dans la majorité des cas un glissement de l'expérience.
Pour ma part, j'essaie justement d'essayer d'apprendre à ne rien attendre, à rester centrer sur le centre conscient et le processus lui-même. Cela semble réellement faire une différence. Mais j'y travaille encore :)

Citation

T'arrive-t-il d'être projeté directement dans un lieu connu ou inconnu autre que ta chambre, sans le vouloir ?

Cela ne m'arrive qu'en projection onirique manifestement. Sinon, je suis dans ma chambre telle qu'elle est en général, même s'il peut y avoir des déformations légères. Il est d'ailleurs intéressant, je pense, de noter que ma chambre est parfaite lorsque je ne m'attends pas à me projeter ! Lorsque j'ai le temps de réfléchir à la suite même légèrement, ou que je prends conscience de ce qui devrait suivre dans le processus de finalisation de la projection, il y a souvent des modifications plus ou moins importantes (jusqu'à des changements de lieu complets que je ne remarque pas forcément sur le moment, comme si finalement j'étais à nouveau embué quelque part).

Citation

T'arrive-t-il de penser à un lieu ou une personne pour t'y projeter ou te projeter auprès d'elle ?
Dans ce cas, puisqu'il y a pensée consciente, n'est-ce pas un WILD ?

Ça le serait probablement à partir de cet état. Je ne le fais jamais pour éviter ça, justement. J'essaie ces temps-ci de travailler sur tout ça, en demeurant fixé sur le centre conscient pour éviter de trop influencer l'expérience au départ et dans son déroulement initial. Il y a encore du chemin à faire dans ma cas ;)
Ceci dit, il y a plusieurs niveaux de pensée, c'est seulement dans le cas où on la projette sur notre perception et notre environnement qu'elle est vraiment dérangeante. Sinon, on doit pouvoir avec de l'entraînement éviter tout débordement et pouvoir penser "normalement" j'imagine.

Citation

Vais-je arrêter de te poser des tas de questions ?  ^_^

Quand je donnerai des réponses satisfaisantes temporairement, j'imagine :D
Nous trouverons un chemin, ou nous le tracerons. - Hannibal

#8 Jolan

Jolan

    Gardien du Feu

  • Administrateur
  • 3 362 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Liège

Posté 15 novembre 2008 - 01:53

Voir le messageKalonek, le Nov 15 2008, 12:21 AM, dit :

Quand je donnerai des réponses satisfaisantes temporairement, j'imagine :D

Merci pour toutes ces précisions !
Je suis calmé, là. :P

En te lisant, j'ai l'impression que ce n'est finalement pas le mode de projection qui importe, mais plutôt le maintien autour d'un centre conscient, sans attentes particulières (ça me fait penser au fameux "point d'assemblage" de Castañeda).

Peut-être avons-nous tort de différencier le rêve de la projection, ou du moins de donner un caractère péjoratif au mot "rêve".
Un rêve n'est peut-être qu'une projection "éloignée du centre conscient".
Il doit être aussi envisageable de se rapprocher du centre conscient depuis le rêve (projection par rêve lucide).

Enfin, ce ne sont que des suppositions. Tu m'as donné envie de reprendre les essais depuis l'état de veille !  :10:

Modifié par Jolan, 15 novembre 2008 - 01:56.

Ne vous inquiétez pas ! On va tous mourir.

#9 Kalonek

Kalonek

    Kamikaze des plans subtiles

  • Administrateur
  • 10 346 messages
  • Sexe:Homme

Posté 15 novembre 2008 - 03:29

Voir le messageJolan, le Nov 14 2008, 05:53 PM, dit :

En te lisant, j'ai l'impression que ce n'est finalement pas le mode de projection qui importe, mais plutôt le maintien autour d'un centre conscient, sans attentes particulières (ça me fait penser au fameux "point d'assemblage" de Castañeda).

C'est fort possible, en effet. Et c'est aussi ce que j'ai essayé de refléter avec la nouvelle version du forum, en essayant de mettre moins de décalage entre les sections sur les EMC, les rêves et la projection. Tout ça n'est qu'un continuum d'un même élément, notre conscience, avec des mécanismes similaires dans tous, mais des variations propres à chacun.

Citation

Peut-être avons-nous tort de différencier le rêve de la projection, ou du moins de donner un caractère péjoratif au mot "rêve".
Un rêve n'est peut-être qu'une projection "éloignée du centre conscient".
Il doit être aussi envisageable de se rapprocher du centre conscient depuis le rêve (projection par rêve lucide).

C'est drôle que tu parles de cela, car après avoir relu récemment L'Art de Rêver de Castaneda, je trouvais que finalement le terme de "Rêver" était parfait pour désigner l'ensemble de ces expériences. Mais je n'ai jamais trouvé que le rêve dans le sens commun avait une valeur réellement péjorative ceci dit :P (mais je comprends ce que tu veux dire, quand on dit "ce n'est qu'un simple rêve" et ce genre d'expressions).
Pour ta dernière proposition, c'est justement ce sur quoi je réfléchis ces derniers mois :) Mais je ne pense pas non plus que le maintien dans ce que j'appelle le centre conscient mène seulement à une projection, mais plutôt à un approfondissement et une stabilisation de l'expérience vécue quelle qu'elle soit, sans voile projeté par dessus.

Cela renverse aussi peut-être certaines perspectives astralistes : la projection dans un environnement physique objectif ne se trouverait plus comme première étape avant d'aller dans "l'astral" plus subtile, mais serait au contraire une faculté supérieure de maintien de l'attention dans le centre conscient, finalement, et serait une forme plus avancée de pratique.
Enfin bref... :P

Citation

Enfin, ce ne sont que des suppositions. Tu m'as donné envie de reprendre les essais depuis l'état de veille !  :10:

En selle ! :lol:
Nous trouverons un chemin, ou nous le tracerons. - Hannibal

#10 Seeker

Seeker

    lamed vav

  • Modérateur
  • 2 072 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:92

Posté 15 novembre 2008 - 13:50

:10: chapeau, très bon article ! :)

J'ai une question: se "balader dans le centre conscient" c'est faire le vide mental ? se concentrer sur soi-même ? être présent au sommeil ?
Mon blog sur les états modifiés de conscience (rêve lucide, projection astrale), la spiritualité et l'éveil de la conscience, selon ma propre expérience.

#11 Aislean

Aislean

    Betterave cosmique

  • Membre
  • 725 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Ariège

Posté 15 novembre 2008 - 17:00

C'est très amusant, ce que tu décris me fait vraiment penser aux Yogas du rêve et du sommeil de Tenzin Wangyal Rinpoché. Tu l'as lu ? Je pense que les notions d'axe central et d'un noyau de conscience très fine mais acérée recoupe les notions bouddhistes tibétaines de canal central et de clarté, ou un truc comme ça.

#12 Kalonek

Kalonek

    Kamikaze des plans subtiles

  • Administrateur
  • 10 346 messages
  • Sexe:Homme

Posté 15 novembre 2008 - 19:46

Jerem => En fait je parle de se balader autour du centre conscient :P Donc précisément de se laisser emporter par les pensées, en quelque sorte. Pour ce qui est du maintien dans le centre conscient lui-même, on pourrait comparer ça à faire le vide mental, mais il ne s'agit pas de chasser les pensées ou autre, mais de se placer à un niveau plus fin de perception qui nous éloigne automatiquement de cela. Ce terme d'éloignement correspond bien au ressenti que l'on a, d'ailleurs. On semble s'éloigner en soi-même, en devenant de plus en plus "fins". Mais même là, il y a différentes "profondeurs" du centre conscient, c'est pour cela que je parle de descendre par niveau. Personnellement j'ai noté pour moi-même 3 niveaux environ de "descente" avant d'arriver dans un état propice à la projection. Il s'agit à chaque fois d'enlever la couche d'un oignon, en quelque sorte, et de se placer dans un niveau de conscience encore plus fin et aiguisé. Plus on va profondément, bien entendu, et plus il est difficile de s'y maintenir, notre conscience semble glissante, et ne pas vouloir/pouvoir s'accrocher de façon stable sur le centre conscient. C'est pour cela que je dis qu'il est important de travailler par étape. Pour s'entraîner, il serait intéressant de travailler sur une méditation de maintien dans le centre conscient à chaque stade, pour apprendre à maîtriser parfaitement ce processus. C'est loin d'être aisé pour la plupart des gens, moi y compris, je pense.
Le matin, après le réveil, notre esprit est moins troublé et plus prompt à se détendre dans un état de conscience plus profond : le maintien de l'attention dans le centre conscient est plus aisé, ce qui est, à mon avis, l'une des principales causes de la facilité à se projeter à ce moment-là.

Aislean => Marrant :) J'ai en effet ce livre, mais l'ai lu dans le désordre. C'est vrai qu'il y a des éléments de ce que je dis qui recoupent le texte dans mon souvenir maintenant que tu le mentionnes. Finalement, en prenant différentes voies, on peut arriver à des conclusions similaires à un certain niveau.
(Content de te revoir, au passage ;))
Nous trouverons un chemin, ou nous le tracerons. - Hannibal

#13 Seeker

Seeker

    lamed vav

  • Modérateur
  • 2 072 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:92

Posté 16 novembre 2008 - 12:58

Je comprends mieux ce que tu veux dire alors ;)

Donc en gros on doit se laisser emporter par les pensées tout en étant vigilant à un certain degré ?
Mon blog sur les états modifiés de conscience (rêve lucide, projection astrale), la spiritualité et l'éveil de la conscience, selon ma propre expérience.

#14 Aislean

Aislean

    Betterave cosmique

  • Membre
  • 725 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Ariège

Posté 16 novembre 2008 - 15:04

Il y a un petit point qui me semble aussi intéressant à comparer, c'est que lorsque j'utilise le pendule, le tarot, l'astrologie, ou que je fais du remote viewing, mon "truc" consiste à me centrer sur un point assez petit qui est situé au niveau du coeur. Je n'ai jamais lu ça en ce qui concerne les possibilités de recherches d'information durant le sommeil conscient, bien qu'il me semble que c'est une des pistes les plus viables (est-ce que j'ai raté quelque chose et que quelqu'un aurait déjà lu une info approchante ?) Or dans ce que tu décris, il me semble qu'on n'est pas loin de la même idée. Est-ce que tu penses que c'est comparable ?

#15 MyRe

MyRe

    Membre mental

  • Membre
  • 481 messages
  • Sexe:Homme

Posté 16 novembre 2008 - 18:09

Très intéressant en effet cette article !

Et ça me fait penser a ce qui ce passe un peu quand je fais la "sieste", je trouve ça marrant, pourvu que je sois sur la bonne voix :)





0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

membre(s), invité(s), utilisateur(s) anonyme(s)