Aller au contenu


[Projet AS] Projet sur l'affinement de la conscience


  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet
88 réponses à ce sujet

#16 Yéti

Yéti

    Factory of Faith

  • Modérateur
  • 601 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Himalaya

Posté 19 avril 2010 - 15:55

Concernant ma première question sur la position d'observateur des rêveries, je trouve la métaphore du voyage en train très explicite, Kalonek...
Mais il reste à la mettre concrètement en pratique... Je vais essayer... :boxe:
Si ta vie était un roman, et toi l'auteur, comment voudrais-tu que l'histoire continue?

#17 Seeker

Seeker

    lamed vav

  • Modérateur
  • 2 072 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:92

Posté 19 avril 2010 - 21:30

Citation

Dans l'article, j'utilise cette métaphore pour décrire l'état d'observation à rechercher : on doit les percevoir comme si on était au fond d'un ruisseau, et qu'on voyait l'eau couler en scintillant à la surface. On ne regarde pas les pensées, on reste entièrement passif à ce niveau, c'est d'ailleurs très important, on se place en position d'observateur uniquement. On voit mais on ne regarde pas, si tu veux. Une autre image qui me vient en tête qui correspond assez bien (je l'incluerais peut-être dans l'article, tiens, car c'est peut-être plus clair), est de comparer cela à un trajet en voiture ou en train, quand on pose son regard dehors, mais qu'on regarde dans le vide. On voit le paysage défiler, mais on ne s'attache pas à le regarder, nos yeux ne bougent pas et restent fixes, non concentrés sur les objets qu'ils voient. C'est exactement la même chose dans ce processus.

Le résultat est assez étonnant d'ailleurs, car on libère alors parfois les chaînes du subconscient presque entièrement. L'autre jour, je faisais un exercice à ce niveau, et je suis resté pendant près de 15 minutes dans ce état à observer des scènes oniriques qui s'enchaînaient à une vitesse faramineuse, comme un film en accéléré semblant se déchaîner dans tous les sens. C'était magnifique à un certain niveau d'ailleurs. Mais je ne devais pas essayer de voir ce qui se passait, juste absorber les images sans réaction aucune de ma part pour que le processus continue.

Ok la différence entre observer et regarder est clarifiée maintenant ! D'ailleurs,c 'est une différence qui doit être clarifiée aussi dans ton article. Donc quand je me place dans l'état de conscience initiale comme je l'entends, j'observe automatiquement de toutes façon...

Citation

L'espace est soi aussi, bien entendu, puisqu'il fait partie de notre espace mental. :) Le but étant avant tout de repousser les stimuli divers pour la conscience (les pensées imagées et les ressentis physiologiques), autant s'attaquer à ces points directement au départ à mon sens. Ceci étant dit, fixer une partie de son attention sur sur point de conscience (sans s'y focaliser activement) fait partie de l'exercice en soi, en effet. Cela aide à se placer en position d'observation notamment, et à se détacher de ces stimuli. Donc, fais ce qui marche mieux pour toi ! :yes: Ce que tu décris est de toute façon le résultat à obtenir dans l'affinement.

Voilà, juste se reposer sur ce point de conscience et pas s'y focaliser activement. L'espace mentale s'agrandit naturellement ainsi. C'est marrant, parce qu'en fait la première fois que j'entendais "affinement de conscience", je pensais que c'était une expression, une métaphore pour exprimer quelque chose, alors que non, c'est vraiment au sens figuré ! :lol:

Yéti, j'ai eu des soucis comme toi aussi. Pour me placer en état d'observateur des rêveries, ce que je fais, c'est que j'observe les pensées comme on sait tous le faire, puis après je prends conscience de moi-même, c'est à dire celui qui observe les pensées (pas du corps) et je me repose sur ce point de conscience précisément, qui se situe approximativement à quelques centimètres sous le crâne... A partir de là, je suis en état d'observation des rêveries comme Kalonek l'entend plus haut. Le plus dur, c'est justement de trouver l'équilibre entre la focalisation et le laisser aller vers la torpeur (pour affiner sa conscience). Kalonek te répondra mieux que moi de totues façon :yes: !

Modifié par Jerem, 19 avril 2010 - 21:30.

Mon blog sur les états modifiés de conscience (rêve lucide, projection astrale), la spiritualité et l'éveil de la conscience, selon ma propre expérience.

#18 Jolan

Jolan

    Gardien du Feu

  • Administrateur
  • 3 362 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Liège

Posté 20 avril 2010 - 08:50

Voir le messageYeti, le 19 avril 2010 - 10:04, dit :

De temps à autre, des pensées, des rêveries occupent mon esprit. J'essaye de m'en faire observateur, mais je m'y retrouve toujours impliqué, comme un acteur que l'on pousse sur le devant de la scène alors que ce n'était pas à lui de jouer... Mais je me dis que ces rêveries, tant que je ne m'endors pas, me déconnectent de la réalité, et me sont donc bénéfiques, me permettant de m'intérioriser, de ne plus me préoccuper de rien. Est-ce vrai? Mais comment parvenir à rester confortablement observateur de ses pensées... je n'arrive pas à saisir...
Après quelques rêveries successives, je reprends comme toujours les commandes. C'est à ce moment là que je pense avoir atteins l'Etat de conscience initial. Effectivement, mon esprit est plus calme et avec un peu de concentration, je ressens un voile de sensations me recouvrant le corps, le visage.

L'image de l'acteur que l'on pousse sur le devant de la scène est très bien choisie, Yeti. :yes:
Ton entraînement de ces dernières semaines a manifestement porté ses fruits puisque tu parviens déjà, malgré les décrochages successifs, à reprendre conscience plutôt que de sombrer définitivement. Je pense qu'avec l'expérience tu parviendras à capter le moment où ta conscience est proche de décrocher.
Ce processus est décrit plus précisement dans l'article sur l'état de conscience à atteindre.

Je note aussi que tu pratiques essentiellement en début de soirée ou lors de siestes, avec de bons résultats, contrairement à tes tentatives au moment du coucher. C'est une observation qui avait déjà été faite sur le forum et qui est confirmée à nouveau ! :)
Ne vous inquiétez pas ! On va tous mourir.

#19 lachesis

lachesis

    Vieille membre âne

  • Membre
  • 913 messages
  • Lieu:Ne suis plus dans la forêt et parfois ça me manque...

Posté 20 avril 2010 - 10:53

Je fais une petite intervention pour te féliciter Kalonek, tu es un phare lumineux pour les francophones. Cet article est parfaitement écrit et servira longtemps de guide, à travers les décennies je l'espère.
C'est en le lisant que je comprends ce qui reste à faire lorsque je me retrouve en méditation en train de me dire qu'il existe autre chose que le support mental et le support spatial, pour abattre les limites, et je viens de comprendre en lisant ton article de quoi il s'agit.
Bravo encore et bonne chance à cette expédition.

#20 Yéti

Yéti

    Factory of Faith

  • Modérateur
  • 601 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Himalaya

Posté 20 avril 2010 - 12:53

Merci de vos réactions Jerem et Jolan! Effectivement je comprends mieux!
Si je me laisse emporter par les rêveries, c'est que je ne stabilise pas suffisamment ma conscience dans l'état de conscience à atteindre. Je me laisse trop aller, sans appui externe, je suis trop "intérieur" peut être. Il faut conserver cet équilibre entre focalisation et lâcher-prise.
Il faut que je prenne conscience de l'observateur, et comme tu l'a dit Jerem, j'ai aussi trouver que fixer son point de conscience quelques centimètres sous son crâne permettait de conserver un bon équilibre, à condition de rester suffisamment détaché et détendu, pour ne pas se crisper et pour conserver un état de conscience fluide et mobile.
En revoyant ces bonnes bases j'avancerais plus efficacement :excitation:
Si ta vie était un roman, et toi l'auteur, comment voudrais-tu que l'histoire continue?

#21 Kalonek

Kalonek

    Kamikaze des plans subtiles

  • Administrateur
  • 10 346 messages
  • Sexe:Homme

Posté 21 avril 2010 - 05:36

Voir le messageYeti, le 19 avril 2010 - 10:04, dit :

l'état de conscience initial est déjà une intériorisation profonde, et pas seulement un bon positionnement de conscience.

Oui, l'intériorisation est déjà poussée, mais l'affinement va ensuite plus loin encore, évidemment. :)

Citation

je recherche surtout la prise de recul, je cela consiste pour moi à laisser sombrer mon point de perception, pour qu'il ne soit pas fixe et défini, mais neutre et diffus.

C'est exactement ce qu'il faut faire, et c'est très bien dit !

Citation

Mais je me dis que ces rêveries, tant que je ne m'endors pas, me déconnectent de la réalité, et me sont donc bénéfiques, me permettant de m'intérioriser, de ne plus me préoccuper de rien. Est-ce vrai?

Tout à fait. Attention juste à ne pas se laisser emporter, tout simplement. Ce qui ne veut pas dire les combattre non plus, évidemment, ni se tendre intérieurement.

Citation

Je décide donc de procéder à l'agrandissement de l'espace mental. Je me concentre pour simultanément prendre du recul, et simultanément repousser ce voile qui me recouvre. Je tente de ressentir un détachement extrême par rapport aux ressentis, mais cela ne provoque pas d'effets signifiants.

Il ne faut pas forcer la chose, ne te concentre pas, laisse toi plutôt sombrer encore plus comme tu le dis en haut, tout simplement, et note que les pensées et le restent semblent de plus en plus diffus.

Citation

Je sens bien que je ne défini pas clairement l'espace mental... Est-ce bien le ressenti d'un espace se formant intérieurement? Où doit se construire cet espace? "Sous" le visage?

C'est l'espace dans ton esprit, celui qui se situe entre l'observateur des pensées, et les pensées. Il est plus facile de le percevoir au niveau des pensées imagées, car alors on a concrètement un écran face à soi. En temps normal, cet écran semble collé à "l'oeil mental", on ne voit pas d'espace. En pratiquant l'affinement, et en se plaçant en observateur comme je l'explique à Jerem plus haut, on note qu'il y a en fait un très mince espace entre son point d'observation et les pensées. C'est purement subjectif, évidemment, mais c'est ce qui est perceptible. C'est cela qu'il faut chercher à agrandir en se reculant ou en repoussant (sans tension) les pensées, au choix : le résultat est identique, ça dépend juste du point de référence. Dans ton cas, j'opterai pour te reculer encore plus, puisque cela te semble plus aisé.
Dans tous les cas, il faut toujours aller à ce qui est le plus simple pour soi, et crée le moins de tension. C'est très important dans la pratique de l'affinement, car ce sont les tensions mentales, même très faibles, qui rendent difficile un processus sinon relativement simple.

Citation

- Est-ce que se laisser emporter puis reprendre le contrôle permet quand même de s'intérioriser?

Tout à fait. Dans le brouillon de l'article, j'avais inclus une technique que j'appelle "l'affinement fulgurant" qui consiste exactement en cela. C'est en fait très efficace, mais aussi terriblement risqué, surtout en tant que débutant. On ne maîtrise pas du tout la descente en général, et le risque de s'endormir est très grand. Mais ça peut aussi être très rapide. C'est ainsi que je pratique la plupart du temps quand je veux juste atteindre l'état final au plus vite. Cela permet de procéder à des sauts d'affinement plus grands, mais il est impératif de bien maîtriser la reprise de conscience. Si tu y arrives bien par ce biais, procède doucement, par toutes petites étapes, le but de ce projet étant d'arriver à bien maîtriser le processus notamment.

Citation

- Où considérer l'espace mental, et où considérer les ressentis à repousser?

En fait le terme de "repousser" n'est pas forcément bien choisi, je le vois maintenant car cela semble causer de la confusion. Il ne faut rien repousser activement, sous peine de créer des tensions internes contre-productives. Il faut plutôt voir ça comme un maintien passif à distance de sa conscience des ressentis et des pensées, pour se maintenir dans cette torpeur neutre et diffuse que tu as bien identifiée plus haut. C'est avec cela qu'il faut travailler, c'est en son sein que se situe l'affinement. Le "repoussage" ne concerne que le fait de s'enfoncer de plus en plus là-dedans. C'est assez simple en somme. :) Au bout d'un moment, les pensées et ressentis (perçus de façon lointaine) deviennent comme des objets extérieurs à "soi", et c'est en ce sens que je parlais de les "repousser".

Jerem dit :

je pensais que c'était une expression, une métaphore pour exprimer quelque chose, alors que non, c'est vraiment au sens figuré !

Au sens propre tu veux dire ? :D Oui tout à fait, c'est très concret comme ressenti/perception pour le coup.

lachesis => Je suis heureux si l'article t'a été utile, c'est rassurant et encourageant ! Mais il y a pas mal de choses à améliorer, et je compte sur ce projet pour arriver à quelque chose de meilleur à ce niveau. Merci pour ton gentil commentaire (même s'il aurait mieux valu l'écrire dans le topic de l'article plutôt qu'ici, comme demandé en début de topic, hein... :innocent: :P).
Nous trouverons un chemin, ou nous le tracerons. - Hannibal

#22 Lorenzo

Lorenzo

    TOTORO TOTO...

  • Administrateur
  • 385 messages
  • Sexe:Homme

Posté 21 avril 2010 - 10:20

bon moi je pense que je vais être de bonne humeur aujourd'hui au taff, je n'ai pas fermé l'oeil de la nuit.

hier j'étais dans un état assez amusant. Je vais vous passer les détails qui ont induit cet état de conscience (HS - pratique énergie) pour en venir aux résultats.

Je ressentais bizarrement mon corps, comme un voile "mobile" sur mes membres, la perception de mon corps était flou. J'avais comme un "espace mental" qui s'était crée dans ma vision intérieure tendance couleur jaune. Pour compléter le tout, j'avais la sensation d'être aspiré par cet "espace mental". J'ai voulu forcer la sensation mais au bout de quelques secondes je suis sorti de cet état. Sniff !

Je me demande si c'est une simple transe légère mais je n'ai jamais connu de tels ressentis à ce niveau.

#23 Kalonek

Kalonek

    Kamikaze des plans subtiles

  • Administrateur
  • 10 346 messages
  • Sexe:Homme

Posté 21 avril 2010 - 17:59

Lorenzo, la première règle est : il est interdit de parler du Fight Cl... Ah non. :P La première règle est : ne jamais forcer ! Je ne dis pas que ça ne fonctionne pas en forçant, car ça peut marcher, mais dans 80% des cas, ça ne conduit à pas grand chose, car la tension mentale est notre ennemi dans la pratique de la projection. Plus on est calme et détendu intérieurement (mais juste suffisamment ferme tout de même, ce qui ne crée pas de tension), plus nos chances augmentent.
Nous trouverons un chemin, ou nous le tracerons. - Hannibal

#24 Lorenzo

Lorenzo

    TOTORO TOTO...

  • Administrateur
  • 385 messages
  • Sexe:Homme

Posté 21 avril 2010 - 19:31

Ah ah pas mal )

On verra ce soir je réitère, en espérant cette fois ci pouvoir dormir après ...

Modifié par Lorenzo, 21 avril 2010 - 19:32.


#25 Seeker

Seeker

    lamed vav

  • Modérateur
  • 2 072 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:92

Posté 22 avril 2010 - 09:15

Le soir du lundi 19 avril 2010:

Je commence à me détendre mais j'ai du du mal à atteindre les rêveries, ils mettent vraiment du temps pour arriver. Pour accélérer le processus, j'ai décidé de me relaxer d'une autre manière: je me détends dans une autre position, c'est à dire les bras en arrière, prés de la tête. Mon niveau de fatigue s'élève sévèrement ainsi, et j'attends 8 baillements (en 5-10min à peu près) avant de commencer l'affinement.
Après avoir essuyé mes larmes de fatigues (ça pique quand même) et remis les bras normalement, je commence enfin à observer les pensées et prends délicatement conscience de moi-même (ou me fixe sur le point de conscience). J'intériorise progressivement mon point de conscience tout en continuant à se détendre. Au bout d'un moment, des fortes sensations viennent au bout d'un moment car ma conscience s'est affinée d'un coup: tournis puissant, impression d'entrer dans un monde inconnu, plus vaste, ma conscience qui semble plus petite et mon corps qui me semble plutôt étranger, le coeur qui bat la chamade... Je suis perturbé par tout ça, je sens que j'ai déjà tout gâché et arrête la tentative.

Le soir du mardi 20 avril 2010:
Je pose mes bras derrière (ça permet de relâcher toute la pression du corps, et donc la fatigue accumulée), attends 8 baillements et repose mes bras normalement. Les rêveries arrivent très rapidement. Je me fixe sur mon point de conscience rapidement (en fait suffit juste de vouloir être conscient) mais la torpeur a eu raison de moi il y a trop de va et vient laisser-aller et concentration. J'ai vraiment envie de me rendormir, j'arrête.

Donc récapitulons... Maintenant c'est très aisé d'entrer en transe rapidement par la technique relaxante très efficace que je fais à chaque fois, donc pour les autres, si vos rêveries tardent à arriver, je vous le conseille vivement ! Ca vous permettra de ne pas traîner trop longtemps pour rien. En effet, tenter d'affiner sa conscience alors que la torpeur n'y est pas, je pense que un peu une perte de temps... Il faut donc simplement reposer ses bras en arrière, se détendre, et attendre que vous bailliez plusieurs fois et vous voilà prêt ! ;) Les sensations peuvent vraiment faire casser le processus, que faire quand elles apparaissent aussi fortemment ? Je peux pas me fixer davantage sur mon point de conscience, ça me crisperait énormément. Sinon, quand je peux me fixer sur mon point de conscience sans pour autant observer les pensées préalablement, c'est un peu inefficace finalement... Peut-être que l'observation des pensées pure et simple est vraiment primordiale avant de se fixer sur son point de conscience ?

Modifié par Jerem, 22 avril 2010 - 09:21.

Mon blog sur les états modifiés de conscience (rêve lucide, projection astrale), la spiritualité et l'éveil de la conscience, selon ma propre expérience.

#26 Yéti

Yéti

    Factory of Faith

  • Modérateur
  • 601 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Himalaya

Posté 22 avril 2010 - 20:10

Bonsoir!!

Tout d'abord, super Jerem! Tu avances bien! Tu entres dans le vif du sujet là! :excitation:

Mardi :
20h.

Je suis parvenu à me faire observateur des premières rêveries. Je peux voir des successions d'images et de mouvements incohérents. Mais je me suis fait emporté lorsque les rêveries étaient plus fortes et plus profondes. Je dois rester plus stable dans le bon positionnement de conscience, mieux me fixer, moins lâcher-prise.
Ensuite, j'ai semble-t-il atteins l'état initial. J'ai tenté d'agrandir mon espace mental. Je dois rechercher d'avantage de détachement, et laisser sombrer mon point de conscience.
J'ai réussi à m'intérioriser d'avantage, il me semblait être un peu plus en dessous de mon visage, avec des stimuli corporels moins forts. En fait j'ai tenté de prendre du recul grâce à la sensation de chute mentale.
Cette technique est-elle compatible avec l'affinement ???

Mercredi :
20h.

Ce soir j'ai travaillé avec plus de finesse le bon positionnement de conscience, l'équilibre entre ressentis internes et externes.
J'ai trouvé précisément cet équilibre je pense.
Je me situe quelques centimètres derrière mon visage, j'ai l'impression de sentir le centre de perception, sous le visage. Je suis détendu, je tente malgré tout de laisser sombrer mon point de perception, je perçois les pensées et mon corps, nettement.
Malheureusement, je n'ai pas maintenu ce positionnement assez fermement, je me suis endormi pour me réveiller 20 min plus tard. Au moins cela prouve que je suis suffisamment détaché de mes sensations, mais il faut désormais l'être un peu moins, rester présent à moi-même, et travailler sur l'origine des pensées et leur matérialisation dans mon esprit. En comprenant comment et d'où les rêveries apparaissent, je pourrais mieux me stabiliser par rapport à celle-ci, pour maintenir le bon positionnement avec stabilité, pour me faire observateur.
Malgré tout, des progrès conceptuels, tout de même, ce soir.

Ce soir, 19h30:
Je pense maitriser le bon positionnement de conscience, je lance l'expérience avec confiance.
Au bout de quelques minutes, j'ai put observer des images défiler, des scènes en mouvement, j'entendais même de la musique. Ce n'est pas vraiment des rêveries, c'est moins profond. C'est comme si j'avais une imagination exacerbée, mais j'accompagne le processus, j'y apporte un peu de volonté, et mon subconscient compile des scènes pour moi... C'est une bonne chose, c'est un premier pas vers l'observation des rêveries, un détachement satisfaisant.
Mais quelques minutes plus tard, les rêveries sont devenus plus intense, m'impliquant d'avantage, plus réalistes et me concernant plus personnellement que les simples scènes d'avant, je n'ai probablement pas maintenu assez fermement mon état de conscience car sans je m'en rendre compte je suis tombé dans le panneau, j'ai suivi les rêveries (vicieuses les rêveries! :fouet: ) et je me suis endormis! Dommage!
Un peu plus de fermeté et de maîtrise et l'intériorisation sera possible je l'espère!

++
Si ta vie était un roman, et toi l'auteur, comment voudrais-tu que l'histoire continue?

#27 Seeker

Seeker

    lamed vav

  • Modérateur
  • 2 072 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:92

Posté 22 avril 2010 - 21:00

Tu avances bien aussi ! :excitation:

Citation

Malheureusement, je n'ai pas maintenu ce positionnement assez fermement, je me suis endormi pour me réveiller 20 min plus tard. Au moins cela prouve que je suis suffisamment détaché de mes sensations, mais il faut désormais l'être un peu moins, rester présent à moi-même, et travailler sur l'origine des pensées et leur matérialisation dans mon esprit. En comprenant comment et d'où les rêveries apparaissent, je pourrais mieux me stabiliser par rapport à celle-ci, pour maintenir le bon positionnement avec stabilité, pour me faire observateur.

C'est exactement ce que j'ai remarqué aussi :yes:. Donc à priori, c'est vraiment important d'observer les pensées avant de passer à la stabilité de l'état initial. Une étape cruciale à ne pas négliger, même si on peut fixer son point de conscience sans passer par là.

Modifié par Jerem, 22 avril 2010 - 21:00.

Mon blog sur les états modifiés de conscience (rêve lucide, projection astrale), la spiritualité et l'éveil de la conscience, selon ma propre expérience.

#28 reiyelle

reiyelle

    Membre astral

  • Membre
  • 101 messages

Posté 23 avril 2010 - 08:00

Depuis mon premier essai, vu que je n'arrivais pas à "m'adapter", j'ai décidé de faire autrement pour le début de l'expérience. Usuellement, il ne me faut que quelques secondes pour entrer en transe hypnotique et voir le prana, donc cela ne me pose aucun problème, cela fait partie de mon quotidien naturel.

Vu qu'il faut expérimenter l'alternance de deux états de conscience pour arriver à un point d'équilibre entre les deux, j'ai donc décidé de mm'adapter la méthode. J'ai bien fait. Ces derniers jours, j'ai essayé la technique des trois cibles pour habituer ma conscience à voyager là où je le désirais, tout en usant de mes sens ; tactile, odorat etc... Hier j'étais malade, fatiguée, je me suis mise au lit à 22H, me disant que je n'allais pas faire mon exercice de visualisation tellement je n'étais pas bien. J'ai quand même essayé.

Bizarrement, cela a été encore plus facile que d'habitude. Il m'a suffi d'être allongée, de fermer les yeux, pour voir en un millième de seconde les volutes violettes habituelles, j'ai donc décidé de m'y plonger, vu que cela me fait du bien d'ordinaire. Dont acte. Des rêveries sont apparues, je me suis dit tiens, finalement, continuons l'expérience, je les laisse aller et venir sans leur donner de poids. Je me suis vue assise à mon bureau, la tête tombant de fatigue sur le dessus d'une loupe, et j'ai regardé à travers. Je me suis sentie aspirée à travers elle, et les vibrations sonores sont arrivées.

J'étais surprise, car cela ne m'est jamais arrivé au coucher, c'est toujours en pleine nuit, alors que je dors. Là j'étais donc consciente, puisque venant de me coucher et pas encore dans les bras de Morphée. Ces vibrations ont duré, duré, s'étendant à tout mon corps qui vibrait, sonnait. Puis j'ai filé à une vitesse encore plus vertigineuse que d'habitude dans le Cosmos, traversant la nuit lactée et scintillante. J'étais contente, car je me disais : "chouette, je vais aller dans un endroit encore plus éloigné". J'allais tellement vite, que pour la première fois aussi, je sentais mes pieds qui bougeaient comme les nageoires d'un poisson, à cause de la vitesse. C'était très amusant, mon corps était rigide jusqu'aux chevilles, fusant dans les galaxies, et les pieds, étaient mous, donc oscillaient à cause de la rapidité.

Puis les vibrations ont stoppé, moi aussi, j'étais là flottant dans l'Univers, ne comprenant pas pourquoi je ne voyais rien d'un lieu où j'étais censée atterrir. J'ai alors entendu qu'on jouait pour moi, ma musique préférée, celle dont je me sers souvent pour contempler ou méditer, le concerto n°1 pour piano de Tchaikovsky, et simultanément j'ai entendu "c'est pour te remercier", suivi d'une vague d'émotion intense.

Puis je me suis sentie aspirée en sens inverse, même longueur de trajet, même sensations. Généralement, ensuite, je réintègre mon corps et récupère mes sensations terrestres. Là ce fut encore différent. L'état de torpeur, de transe hypnotique légère faisant qu'on se sent flotter, a perduré, à tel point que je me suis dit, tiens c'est peut-être ça la phase de stabilisation, je n'étais ni dans mon lit, ni au-dessus, j'étais bien, ni en moi, ni au dehors de moi, un endroit "spécial", d'apaisement, de non-douleur. En fait l'état dans lequel je suis juste avant de décoller, mais qui ne dure qu'une fraction de seconde. J'étais étonnée, cet état persistait vraiment, alors j'ai essayé de repartir en voyage, mais rien n'y a fait, aucune méthode ne marchait, j'ai fini par me visualiser descendant des marches, et là soudainement, je me suis sentie peser lourd, mais lourd, limite très désagréable, rien à voir avec la lourdeur quand on rentre en hypnose, j'avais l'impression que j'allais encore rentrer dans un autre plan, ou une autre dimension, mais après une minute ou deux, cela a cessé.

J'ai fini par bouger, mettant fin à l'expérience.
Je pense qu'en exerçant le déplacement de ma conscience quotidiennement, j'ai dû approcher cet état de stabilisation dont tu parles Kalonek, non ?
Pour la lourdeur spéciale du corps, je ne sais à quoi m'en tenir.
Pour le message donné, je ne sais à quoi m'en tenir non plus. Merci de quoi, pour qui ? Bon il est vrai que j'ai travaillé à libérer certaines mémoires, certains blocages à droite et à gauche, mais cela ne me paraît pas être méritant. J'ai eu l'impression (pendant que j'écoutais la musique) que ce serait la musique qui m'accueillerait, que l'on me réserverait quand je rejoindrai ma Maison, mais aussi l'impression que ...vous allez me trouver folle...Tchaikovsky me faisait un clin d'oeil, car souvent je le remercie (oups vous allez me trouver deux fois folle) pour le bien-être que me procure sa musique. Deux intuitions qui ont fusé pendant cette écoute céleste, peut-être infondées.

Modifié par reiyelle, 23 avril 2010 - 08:03.


#29 Lorenzo

Lorenzo

    TOTORO TOTO...

  • Administrateur
  • 385 messages
  • Sexe:Homme

Posté 23 avril 2010 - 10:30

Ca fait 2 jours que je m'endors au bout de 10 min ... je voulais essayer de pratiquer en position "sur le côté" la même que j'utilise pour dormir mais j'endors aussitôt. En position allongée j'ai l'impression de ne pas pouvoir lâcher prise suffisamment.

#30 Yéti

Yéti

    Factory of Faith

  • Modérateur
  • 601 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Himalaya

Posté 23 avril 2010 - 17:24

Et bien pourtant j'ai l'impression que tu lâches trop prise, Lorenzo, puisque tu t'endors en 10 min, donc essayer allongé sur le dos pourrait peut-être te permettre d'aller plus loin, de repousser ces limites... Tu peux tenter sur le dos, en te laissant aller pour compenser le fait que cette position suscite moins le sommeil en toi... ^^

++
Si ta vie était un roman, et toi l'auteur, comment voudrais-tu que l'histoire continue?





0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

membre(s), invité(s), utilisateur(s) anonyme(s)