Aller au contenu


La méditation comme facteur de la lucidité onirique


  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet
22 réponses à ce sujet

#16 Vinc3

Vinc3

    Visiteur

  • Membre
  • 9 messages
  • Sexe:Homme

Posté 24 septembre 2012 - 13:45

Voir le messageHéméra, le 24 septembre 2012 - 09:48, dit :

Waouh, ça ne me donnerait pas vraiment envie un temps aussi long de pratique. :P Les périodes où je médite, c'est genre 20 minutes par jour, des fois 40 (20 matin/20 soir). Et sur une base de 15 minutes par jour, je constate déjà des effets sur les rl et pa.

En fait ça demanderait de créer un sujet sur la méditation car il y aurait tellement à dire, ou il doit y en avoir déjà j'ai pas encore exploré tout le forum, mais j'ai l'impression que plus ça dure longtemps, plus tu vas profondément. Même si c'est pas une généralité et que ça doit beaucoup dépendre de l'état où tu te trouves quand tu commences. Il m'est arrivé juste une fois, en méditation, d'avoir vraiment une impression de perte d'identité, de ressentir mon corps comme un objet extérieur à moi et de ne pas pouvoir discerner mes pieds de ma tête, comme si il était "dissous". C'est très difficile à décrire surtout que ça a duré je pense que quelques secondes. Mais tout ça pour dire que c'est arrivé après être resté immobile en méditation pendant environ 2h, et je crois que c'est la fois où j'ai médité le plus longtemps. Mais c'est dur au début de rester sans bouger aussi longtemps, à cause des douleurs dans les jambes les genoux le dos qui augmentent plus tu restes immobile. C'est à la retraite de Vipassana que j'ai compris qu'en fait ces douleurs étaient entretenues par le mental, qui pense tellement avoir mal que tu as de plus en plus mal jusqu'à ce que ce soit intenable. En fait tu vois que tu as mal, tu te dis "j'ai très mal", donc tu ressens encore plus la douleur et tu te dis "j'ai encore plus mal", jusqu'à ce que ce soit intenable. Et justement au Vipassana on te dit 3 fois par jour de rester absolument immobile pendant 1h, et de regarder objectivement ta douleur, en tant qu'observateur neutre. Du coup t'as pas le choix, tu regardes ta douleur atroce au genou, tu arrêtes de penser "j'ai mal", tu regardes, tu "rentres dedans", et tu te rends compte qu'en fait c'est pas une douleur, c'est une sensation assez forte, et plus tu regardes objectivement, en arrêtant de l'alimenter par tes pensées, plus la sensation se dissous, jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien. Quand j'ai réalisé ça ça a été la grosse révélation j'étais complètement sur le cul il restait absolument plus rien de la douleur qui me faisait tant souffrir à chaque fois, et elle est jamais revenue. Après il y en a eu d'autres, mais elle peuvent se dissoudre de la même façon.

Voir le messageHéméra, le 24 septembre 2012 - 09:48, dit :

Ce n'est pas forcément agréable mais au moins, tu es forcé à voir ce qui se passe en toi. Sur le long terme, je trouve que ça aide vraiment à changer les comportements négatifs.

Oui je suis d'accord c'est clair que sur le long terme j'ai l'impression d'être mille fois plus conscient de toutes les réactions qui avant étaient totalement inconscientes, comme si lorsqu'il y en avait une qui arrivait, l'observateur sortait de sa bulle et disait "ah là attention!" et du coup tu as quand même la possibilité de choisir, même si c'est pas toujours évident.

Voir le messageHéméra, le 24 septembre 2012 - 09:48, dit :

soit je me retrouve à flotter dans l'espace noir qui me fait plus penser à un état de conscience indépendant du rêve

Je pense que c'est la même chose dont je parle quand je parle d'écran noir, mais ça vient de me rappeler un truc, quand j'étais tout petit, peut-être 5 ou 6 ans, je faisais un cauchemar qui ressemblait étrangement à ça, tout était absolument noir, aucune image aucun son et ça me faisait terriblement angoisser, je ressentais comme si j'étais dans un espace infini rempli de vide, absolument rien quoi, et je me réveillais ultra mal, je me demande si c'est pas la même chose dont on parle mais qui me faisait peur en tant qu'enfant.

Voir le messageHéméra, le 24 septembre 2012 - 09:48, dit :

je me retrouve à flotter dans ma chambre en pa

Par contre j'ai encore jamais fait de PA, et c'est pas faute d'avoir demandé :innocent: , ou en tout cas j'en ai pas gardé de souvenir conscient. Je me rappelle une fois l'avoir demandé dans un rêve lucide, et avoir eu une sentation comme si j'étais attiré en arrière vers le haut à des millions de kilomètres, très très rapidement, puis gros black out, et après la sensation de "revenir" en faisant 3rêves lucides imbriqués les uns dans les autres, le premier rêve super perché ou j'étais ultra léger et vibrant, je parlais à des animaux et tout, et depuis se rêve là je me suis étouffé en buvant de l'eau, j'ai cru que ça m'avait réveillé mais en fait j'étais dans un autre rêve ou je gardais la sensation d'étouffement à travers de la gorge et je pouvais pas parler, puis je me suis encore reveillé dans un autre rêve, comme si dans chaque rêve je devenais de plus en plus lourd, avant de me réveiller pour de bon dans un état assez bizarre.

PS: J'adore ta signature ! ^^

Modifié par Vinc3, 24 septembre 2012 - 13:54.

La méditation, c'est cette pénétration, cette sensation de se mouvoir sans aucun passé.

#17 Mitsugi

Mitsugi

    Membre éthérique

  • Membre
  • 21 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:France

Posté 24 septembre 2012 - 18:00

Voir le messageVinc3, le 24 septembre 2012 - 09:13, dit :

Salut!

Aucune idée, ça dépend des gens j'imagine, j'avoue que personnellement je préfère n'avoir rien d'extérieur à moi pour méditer, car pas envie de dépendre de quelque chose d'extérieur que je devrais avoir pour pouvoir méditer, de créer une dépendance inutile à un objet une musique, une croyance qui limite, j'en ai déjà assez comme ça :P
Si je médite sur quelque chose d'extérieur je choisis un bruit déjà présent autour de moi en général, c'est un bon exercice quand un bruit extérieur t'énerve ou t'empêche de dormir de te mettre à méditer dessus. Mais la plupart du temps, je prends juste le contact du souffle sur l'entrée de la narine le temps de calmer les pensées, puis les sensations du corps.

Par contre je pense que tu devrais créer un nouveau topic pour ça ou voir si il en existe pas déjà un car on s'éloigne du sujet.
Hmm je pense que tu as raisons il vrai que "dépendre" de quelque chose pour méditer n'est pas forcement avantageux mais toutefois je peux essayer
de commencer avec et m'en detacher petit à petit voilà donc merci pour ton point de vue quand même :)
Image IPB

#18 Viviane

Viviane

    Membre mental

  • Membre
  • 310 messages
  • Sexe:Femme

Posté 25 septembre 2012 - 12:47

Voir le messageMitsugi, le 23 septembre 2012 - 17:44, dit :

Salut à tous en ce moment j'essaye de méditer avec la musique binaurale
est-ce une bonne idée?
Mitsugi

Toi seul peut y répondre. Si cela t'apporte quelque chose dans ta pratique, oui.
C'est à dire que cela va te faire avancer et créer pour toi des nouvelles expériences et connections neuronales.

Par contre, il est important de ne pas utiliser n'importe quoi, en sons binauraux. Non qu'il y en ait des bons et des mauvais. Disons plutôt qu'on ne peut pas exposer ses oreilles et son cerveau à n'importe quoi.

Dans tous les cas, ne pas oublier  que ce sont des outils. Un peu comme une calculette. Cela accélère le processus d’apprentissage.

Voir le messageVinc3, le 24 septembre 2012 - 09:13, dit :

pas envie de dépendre de quelque chose d'extérieur que je devrais avoir pour pouvoir méditer, de créer une dépendance inutile à un objet une musique, une croyance qui limite, j'en ai déjà assez comme ça

Toute dépendance ou addiction aussi bien à des substances que des "outils" est dommageable à soi même.
Mais nul n'est obligé d'être dépendant.  Pour certaines personnes, ce n'est pas de la dépendance mais autre chose.

Pour en revenir à la méditation, c'est une expérience de soi qui repousse certaines frontières.
Si le méditant veut faire des ou plus de Rl, je pense que cela aide effectivement.

Mais tout le monde n'est pas intéressé par la lucidité en rêve.

#19 Mitsugi

Mitsugi

    Membre éthérique

  • Membre
  • 21 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:France

Posté 25 septembre 2012 - 18:34

Voir le messageViviane, le 25 septembre 2012 - 12:47, dit :

Voir le messageMitsugi, le 23 septembre 2012 - 17:44, dit :

Salut à tous en ce moment j'essaye de méditer avec la musique binaurale
est-ce une bonne idée?
Mitsugi

Toi seul peut y répondre. Si cela t'apporte quelque chose dans ta pratique, oui.
C'est à dire que cela va te faire avancer et créer pour toi des nouvelles expériences et connections neuronales.

Par contre, il est important de ne pas utiliser n'importe quoi, en sons binauraux. Non qu'il y en ait des bons et des mauvais. Disons plutôt qu'on ne peut pas exposer ses oreilles et son cerveau à n'importe quoi.

Dans tous les cas, ne pas oublier  que ce sont des outils. Un peu comme une calculette. Cela accélère le processus d’apprentissage.

Voir le messageVinc3, le 24 septembre 2012 - 09:13, dit :

pas envie de dépendre de quelque chose d'extérieur que je devrais avoir pour pouvoir méditer, de créer une dépendance inutile à un objet une musique, une croyance qui limite, j'en ai déjà assez comme ça

Toute dépendance ou addiction aussi bien à des substances que des "outils" est dommageable à soi même.
Mais nul n'est obligé d'être dépendant.  Pour certaines personnes, ce n'est pas de la dépendance mais autre chose.

Pour en revenir à la méditation, c'est une expérience de soi qui repousse certaines frontières.
Si le méditant veut faire des ou plus de Rl, je pense que cela aide effectivement.

Mais tout le monde n'est pas intéressé par la lucidité en rêve.
Merci pour ton point de vue Viviane j'approuve totalement mais l'addiction dépend de la personne en effet.
Image IPB

#20 Héméra

Héméra

    Rockeuse

  • Modérateur
  • 1 506 messages

Posté 26 septembre 2012 - 18:10

Voir le messageVinc3, le 24 septembre 2012 - 13:45, dit :

C'est à la retraite de Vipassana que j'ai compris qu'en fait ces douleurs étaient entretenues par le mental, qui pense tellement avoir mal que tu as de plus en plus mal jusqu'à ce que ce soit intenable. En fait tu vois que tu as mal, tu te dis "j'ai très mal", donc tu ressens encore plus la douleur et tu te dis "j'ai encore plus mal", jusqu'à ce que ce soit intenable. Et justement au Vipassana on te dit 3 fois par jour de rester absolument immobile pendant 1h, et de regarder objectivement ta douleur, en tant qu'observateur neutre. Du coup t'as pas le choix, tu regardes ta douleur atroce au genou, tu arrêtes de penser "j'ai mal", tu regardes, tu "rentres dedans", et tu te rends compte qu'en fait c'est pas une douleur, c'est une sensation assez forte, et plus tu regardes objectivement, en arrêtant de l'alimenter par tes pensées, plus la sensation se dissous, jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien. Quand j'ai réalisé ça ça a été la grosse révélation j'étais complètement sur le cul il restait absolument plus rien de la douleur qui me faisait tant souffrir à chaque fois, et elle est jamais revenue. Après il y en a eu d'autres, mais elle peuvent se dissoudre de la même façon.
C'est très intéressant ce que tu expliques là. Ca confirme les affirmations selon lesquelles la méditation permettrait d'aider à la gestion de la douleur physique (et émotionnelle).


Voir le messageVinc3, le 24 septembre 2012 - 13:45, dit :

Je pense que c'est la même chose dont je parle quand je parle d'écran noir, mais ça vient de me rappeler un truc, quand j'étais tout petit, peut-être 5 ou 6 ans, je faisais un cauchemar qui ressemblait étrangement à ça, tout était absolument noir, aucune image aucun son et ça me faisait terriblement angoisser, je ressentais comme si j'étais dans un espace infini rempli de vide, absolument rien quoi, et je me réveillais ultra mal, je me demande si c'est pas la même chose dont on parle mais qui me faisait peur en tant qu'enfant.
Ce n'est pas impossible même c'est difficile à savoir. Ca ressemble à un EMC et pas à un simple cauchemar mais toi seul peux savoir évidemment. :)


Voir le messageVinc3, le 24 septembre 2012 - 13:45, dit :

Par contre j'ai encore jamais fait de PA, et c'est pas faute d'avoir demandé :innocent: , ou en tout cas j'en ai pas gardé de souvenir conscient. Je me rappelle une fois l'avoir demandé dans un rêve lucide, et avoir eu une sentation comme si j'étais attiré en arrière vers le haut à des millions de kilomètres, très très rapidement, puis gros black out, et après la sensation de "revenir" en faisant 3rêves lucides imbriqués les uns dans les autres, le premier rêve super perché ou j'étais ultra léger et vibrant, je parlais à des animaux et tout, et depuis se rêve là je me suis étouffé en buvant de l'eau, j'ai cru que ça m'avait réveillé mais en fait j'étais dans un autre rêve ou je gardais la sensation d'étouffement à travers de la gorge et je pouvais pas parler, puis je me suis encore reveillé dans un autre rêve, comme si dans chaque rêve je devenais de plus en plus lourd, avant de me réveiller pour de bon dans un état assez bizarre.

PS: J'adore ta signature ! ^^
Ton expérience me fait assez penser à une projection imbriquée dans un rêve (la vitesse et la traction notamment), il est souvent difficile de savoir où commence et où se termine un certain type d'expérience. Tu as bien le temps d'expérimenter au niveau des projections alors tranquille, ça va venir si tu persévères.

Merci pour ma signature.^^
" Ceux qui savent exactement où ils vont dans la vie ne risquent pas de finir ailleurs. "

#21 Tchandra

Tchandra

    apprenti yogi

  • Membre
  • 435 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Val-de-Marne

Posté 26 septembre 2012 - 19:05

Vinc3 dit :

Du coup t'as pas le choix, tu regardes ta douleur atroce au genou, tu arrêtes de penser "j'ai mal", tu regardes, tu "rentres dedans", et tu te rends compte qu'en fait c'est pas une douleur, c'est une sensation assez forte, et plus tu regardes objectivement, en arrêtant de l'alimenter par tes pensées, plus la sensation se dissous, jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien
Bonjour Vinc3

il faut faire attention pour les genoux quand même, c'est une zone fragile. Le reste du corps si on tire un peu trop, c'est pas très grave, la douleur disparaît assez vite. Mais les genoux, c'est quand même bien fragile...
Cela dit méditer 10 heures quand on a mal partout, je ne comprends pas... On peut y aller progressivement...
Si on a mal aux genoux, c'est qu'on est pas assez souple pour prendre le lotus, il faut travailler sa souplesse avant, il a des exos pour ça d'ailleurs. D'autant plus que c'est pas les genoux qui doivent s'assouplir, c'est l'ouverture des hanches qui compte.
Caramba ! Encore raté !

#22 Vinc3

Vinc3

    Visiteur

  • Membre
  • 9 messages
  • Sexe:Homme

Posté 27 septembre 2012 - 09:16

Voir le messageTchandra, le 26 septembre 2012 - 19:05, dit :

Bonjour Vinc3

il faut faire attention pour les genoux quand même, c'est une zone fragile. Le reste du corps si on tire un peu trop, c'est pas très grave, la douleur disparaît assez vite. Mais les genoux, c'est quand même bien fragile...
Cela dit méditer 10 heures quand on a mal partout, je ne comprends pas... On peut y aller progressivement...
Si on a mal aux genoux, c'est qu'on est pas assez souple pour prendre le lotus, il faut travailler sa souplesse avant, il a des exos pour ça d'ailleurs. D'autant plus que c'est pas les genoux qui doivent s'assouplir, c'est l'ouverture des hanches qui compte.

Coucou!

En fait on a mal partout parce qu'on médite 10h par jour c'est pas l'inverse. Mais c'est pas 10h d'affilée, c'est souvent 1h30 ou 2h puis 15minutes ou tu peux marcher. Et tu as le droit de bouger, c'est juste 3 périodes de 1h dans la journée ou tu as pas le droit de bouger (après ils vont pas te taper si tu bouges, mais je pense que justement ça fait partie du truc, pour passer au dessus de la douleur). Tu es pas forcément en lotus tu prend la position que tu veux, moi je me mettais en sorte de demi lotus mais la jambe droite même pas posée sur l'autre, juste posée devant, avec un coussin sous les fesses pour être bien droit, je sais pas comment ça s'appelle. Certaines personnes qui ont des problèmes de dos, de genou etc, peuvent demander à avoir une chaise. Moi j'avais fait quelques mois avant une tendinite au genoux droit et du coup ça me faisait assez flipper. Je m'étais dit, si la douleur continue demain j'irais demander à avoir une chaise, mais du coup dans la journée, c'est là que la douleur est complètement partie, donc je regrette pas du tout de pas avoir pris de chaise plus tôt car ça m'a fait réalisé un gros truc !

Après le coup d'aller méditer 10h par jour, c'est un choix, c'est présenté clairement et tu t'engages en connaissance de cause. Eux j'imagine qu'ils estiment que c'est un temps minimum pour que tu aies le temps de comprendre bien la pratique et que tu puisse en voir des effets bénéfiques.
La méditation, c'est cette pénétration, cette sensation de se mouvoir sans aucun passé.

#23 Tchandra

Tchandra

    apprenti yogi

  • Membre
  • 435 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Val-de-Marne

Posté 27 septembre 2012 - 13:56

Vinc3 dit :

Mais c'est pas 10h d'affilée, c'est souvent 1h30 ou 2h puis 15minutes ou tu peux marcher
Ah d'accord, je croyais que c'était 10 h non-stop. Personnellement, j'ai commencé à faire de temps en temps des méditations de 1h30 ces temps-ci, et je trouvais assez pénible, notamment au début au niveau du dos. Maintenant, je trouve ça plus facile de tenir longtemps, mais c'est pour ça, je me disais faire 10 h de méditation non-stop sans y aller progressivement, c'est un peu de la torture quand même !

Sinon, par rapport à la question d'origine, ça n'a rien changé pour moi, je dors comme une masse ces temps-ci. Par contre, je fais des rêves plus longs et assez cohérents, mais pas de lucidité. En même temps, je ne le cherche pas en ce moment...


Vinc3 dit :

Moi j'avais fait quelques mois avant une tendinite au genoux droit et du coup ça me faisait assez flipper. Je m'étais dit, si la douleur continue demain j'irais demander à avoir une chaise, mais du coup dans la journée, c'est là que la douleur est complètement partie, donc je regrette pas du tout de pas avoir pris de chaise plus tôt car ça m'a fait réalisé un gros truc !
C'est peut-être justement le fait de te concentrer sur la zone bléssée, on dit que ça permet d'y diriger l'énergie.
Mais c'est vrai qu'on a tendance souvent à fuire la douleur et à prendre des médicaments pour la faire passer, c'est une expérience constructive :)
Caramba ! Encore raté !





0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

membre(s), invité(s), utilisateur(s) anonyme(s)