Aller au contenu


Phosphenisme


  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet
38 réponses à ce sujet

#31 aurinko

aurinko

    Fils du soleil

  • Membre
  • 271 messages
  • Sexe:Homme

Posté 01 octobre 2006 - 18:16

Tu commences à la bonne période, c'est idéal pendant l'hiver, à bannir pendant la canicule les tensions statiques !

Sinon il est tres important de ne pas changer l'ordre de contraction des membres une fois que tu as commencé ainsi que le rythme choisi et de pratiquer au moins pendant un mois minimum pour esperer avoir des effets concrets.
« To learn, read. To know, write. To master, teach. »


#32 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 01 octobre 2006 - 20:49

J'ai pratiqué au mois de juillet, le mois qui fut le plus chaud dans le Sud de la France cet été, la pleine canicule ! Je transpirais bien mais ça me faisait le même effet qu'un thé chaud : une sudation qui se transformait ensuite en un profond bien-être pendant plusieurs heures ! Donc c'est même pas évident que ça soit à éviter pendant l'été. Personnellement, je trouve que c'est une pratique intéressante, ne serait-ce que pour expérimenter une détente très profonde et avoir un ressenti d'une autre qualité. Disons que ça change et en ce sens, ça évite la lassitude avec les exercices habituels.

Pour les contractions, paradoxalement, il ne faut pas trop se focaliser sur les muscles mais plutôt sur cette "saturation" qui mène aux tremblements. Au besoin, opérer les tremblements de façon artificielle dès que la tension musculaire est créée puisque le but exigé est d'y parvenir très rapidement...

Pour le dire le plus simplement possible : cet exercice permet de ne pas créer un double "vide", qu'on ne ressentirait pas vraiment, qui ne serait qu'une idée pure. Afin de bien densifier le double énergétique, on teste la densification du corps physique. Et en prime, on améliore aussi sa santé physique ! Car ces isotensions ont aussi des vertus thérapeutiques (meilleure circulation du sang, meilleur coordination neuro-musculaire, meilleure détente, etc.).

Et puis ce sont les premières séances les plus déroutantes. Mais déjà au bout de 3 ou 4, on commence à bien comprendre comment s'y prendre. Quant à la tête, à mon avis, là, c'est plus du domaine de l'imagination mais peu importe puisque c'est l'esprit qui par sa force pure va ensuite densifier le double. Donc je dirai qu'il ne faut pas chercher à trop rationaliser cet exercice, ce n'est qu'un tremplin utile pour donner corps au double astral !  :)

Cette technique existait avant le Docteur Lefébure (technique de projection d'un maître du zoroastrisme) mais il l'a légèrement modifiée pour lui donner encore plus d'efficacité. Donc ça mérite quand même le détour, ne serait-ce que par curiosité...

Si je fais erreur, Aurinko me corrigera !  :D  ;)

#33 tybz

tybz

    Membre éthérique

  • Membre
  • 79 messages

Posté 02 octobre 2006 - 12:55

salut,

Par curiosité, avez vous des références par rapport à cette technique, dans le contexte du zoroastrisme?

#34 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 02 octobre 2006 - 14:35

Tu poses une excellente question et la réponse m'intéresserait aussi... Qui est ce mage qui a initié le Docteur Lefébure ? De quelle école initiatique faisait-il partie ? Et comme tu le dis, quelles étaient ces pratiques dans le détail ?

Je crois que seul un proche qui a connu Lefébure pourrait répondre à cela... Peut-être Aurinko connaît-il de telles personnes ?  :rolleyes:

Sans ces sources intimes de proximité, il sera difficile de te répondre car il n'y a pas beaucoup d'études livresques sur les pratiques ésotériques du zoroastrisme... <_<

#35 aurinko

aurinko

    Fils du soleil

  • Membre
  • 271 messages
  • Sexe:Homme

Posté 02 octobre 2006 - 14:56

extrait du site du phosphenisme :



En juin 1934, il rencontra celui qui fut son maître en un certain sens du terme : Arthème GALIP, diplomate ukrainien, fils du dernier gouverneur de Bucovine, avant son annexion par l'U.R.S.S.. A la suite de cela, GALIP avait dû se réfugier en France. Il avait auparavant séjourné dans un temple zoroastrien. Ce maître avait le pouvoir de communiquer des visions par l'imposition des mains, mais il n'avait aucun enseignement oral digne de ce nom. Il y avait une contradiction entre ce don et les exercices qu'il enseignait, les uns très malfaisants, les autres pure perte de temps.

GALIP disparut en Amérique du Sud, de telle sorte que, tout en continuant ses études de médecine, le Docteur LEFEBURE se retrouva seul pour essayer de démêler les effets opposés de l'imposition des mains de son maître, des exercices qu'il lui avait enseignés. Pour ce faire, il passa d'abord sa thèse de médecine, en 1942, à Alger, sur les exercices respiratoires du Yoga : "Respiration rythmique et concentration mentale". Il avait, en effet, été mobilisé en 1939 comme médecin auxiliaire, puis médecin lieutenant.


//

En 1959, sa rencontre avec le mage indonésien Pak SUBUH fut décisive car il voulut comparer les exercices de ce dernier avec ceux de son premier maître. Comme on ne pouvait utiliser l'électro-encéphalogramme, qui exige le repos musculaire, il eut l'idée de chercher l'action de ces variantes d'un même exercice sur un phosphène. C'est ainsi qu'il découvrit le premier phénomène phosphénique qui n'avait jamais été signalé avant lui : l'entraînement du phosphène par le mouvement de tête de deux secondes, mais sa fixité pour le mouvement de tête rapide ou, à moindre degré, lent.
« To learn, read. To know, write. To master, teach. »


#36 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 02 octobre 2006 - 15:44

Voir le messageaurinko, le Oct 2 2006, 03:56 PM, dit :

En juin 1934, il rencontra celui qui fut son maître en un certain sens du terme : Arthème GALIP, diplomate ukrainien, fils du dernier gouverneur de Bucovine, avant son annexion par l'U.R.S.S.. A la suite de cela, GALIP avait dû se réfugier en France. Il avait auparavant séjourné dans un temple zoroastrien. Ce maître avait le pouvoir de communiquer des visions par l'imposition des mains, mais il n'avait aucun enseignement oral digne de ce nom. Il y avait une contradiction entre ce don et les exercices qu'il enseignait, les uns très malfaisants, les autres pure perte de temps.

Y aurait-il moyen d'en savoir un peu plus ? Qui juge que c'était malfaisant ? Sur quelle base ? Et en quoi était-ce malfaisant ? La contradiction peut être dans la perception extérieure aux choses ou réellement dans les actes. Or avec si peu, nous sommes laissés dans le flou total...  :unsure:

Lefébure en tout cas affirme qu'il tient cette technique de condensation du corps astral de ce "maître" zoroastrien. On sait donc qu'il maîtrisait les projections astrales et qu'il avait des visions. C'est bien maigre comme informations surtout pour quelqu'un dont Lefébure se dit être le dépositaire d'un enseignement.

Celui qui a rédigé ce texte sur le site du phosphénisme, en sait peut-être un peu plus long... ?  <_<

#37 aurinko

aurinko

    Fils du soleil

  • Membre
  • 271 messages
  • Sexe:Homme

Posté 02 octobre 2006 - 17:00

Lefebure n'a pas a proprement parler reçu de formation complète de ce personnage, il a eu une imposition des mains qui a provoqué en lui des phénomènes de visions assez spectaculaires - via une transmission de rythmes, ce que découvrira plus tard Lefebure (cf. le livre expérience initiatique tome 1).

Galip lui a transmis quelques exercices et c'est tout ! et débrouille toi avec...

L'exercice de la convergence oculaire lui a été mal expliqué ce qui fait qu'il a pratiqué de façon erronée cet exercice pendant des années ce qui lui a fait perdre un temps énorme dans sa quete.

La démarche de recherche scientifique de Lefebure a commencé à ce moment la car il a voulu comprendre les mécanismes de l'initiation et surtout comprendre ce qui se passait en lui.

C'est pour ça qu'il à appelé sa méthode, "initiation zoroastrienne scientifiquement perfectionné", les phosphenes lui ont permis de comprendre l'effet des differents exercices sur le cerveau et donc de les ameliorer.

Cet évènement s'étant passé en 1934 je crains que l'on ne trouve plus grand monde pour confirmer ceci, il nous reste juste les ouvrages de Lefebure.

Modifié par aurinko, 02 octobre 2006 - 17:01.

« To learn, read. To know, write. To master, teach. »


#38 aurinko

aurinko

    Fils du soleil

  • Membre
  • 271 messages
  • Sexe:Homme

Posté 02 octobre 2006 - 18:44

En feuilletant un libre de Lefebure j'ai retrouvé des éléments sur Galip :

Je fus présenté à Galip par un médecin, le docteur Couillaud, qui s'intéressait à l'occultisme et connaissait mon désir de rencontrer un maître. Il m'avait fait savoir que Galip avait séjourné dans des temples asiatiques, et il avait ajouté : "cultivez-le".
Lorsque je lui fus présenté je compris intuitivement que c'était mon maître, bien que je me fusse préparé à cette rencontre avec beaucoup de circonspection, ayant déjà connu beaucoup de pseudo maîtres. Mais des que je vis Artheme Galip, j'eus le sentiment que j'étais en face de celui que j'attendais depuis plusieurs années.
Galip était de taille moyenne ; il avait le tient un peu basané, les yeux marrons, les cheveux noirs, le geste sobre, la parole brève et un peu hâtive.L'austérité de son modeste complet noir contrastait avec la lumière spirituelle qu'on pressentait autour de lui.
Il appartenait réellement à l'ordre des Martinistes ukrainiens, comme nous l'a confirmé monsieur Serge Marcotoune qui a bien voulu nous montrer sa signature au bas d'un document martiniste. Mr Marcotoune nous a également précisé que Galip avait reçu une initiation d'un persan que nous n'avons pas réussi a identifier. Mais Galip mettait cette initiation persane au dessus de toutes les autres. Galip m'ayant précisé que l'initiation qu'il tentait de me conférer provenait d'un temple de Zarathoustra, nul doute que les exercices que j'ai divulgués proviennent de cette dernière source, ainsi que la prodigieuse puissance magnétique de mon maître.
Il a confié à une personne proche de son coeur qu'il pensait être la réincarnation de Zarathoustra. Certes il y eut une lignée de Zarathoustra, comme il y eut une lignée de Ramses et une de Louis. Galip fut-il dans un lointain passé, le prophète Zarathoustra lui même ? Quand on a connu de près son étonnante puissance magique on est tenté de dire "pourquoi pas ?"
je le rencontrai un petit nombre de fois. Il m'expliqua les exercices qui permettent d'accéder par la magie zoroastrienne à la connaissance des mondes supra normaux. Mais l'exactitude scientifique veut que je précise un malentendu qui a faussé beaucoup de choses. Lorsqu'il tenta de m'expliquer l'exercice oculaire, il se mit les mains devant les yeux, les doigts fermés comme il convient, et me précisa qu'aucune lumière physique ne devait filtrer. La perception de la lumière physique et celle de la lumière spirituelle sont antagonistes.
Puis il ajouta "regardez un point entre les deux yeux"
Or le sens de cette phrase m'échappa complètement ainsi que sa mise en pratique. Six ans après seulement je compris qu'il avait voulu parler du retournement des globes oculaires vers un point au milieu du front.
.....
Joignant a son enseignement un élan fluidique de nature particulière, Galip m'imposa trois fois les mains , a quelques jours d'intervalle, chaque imposition ne durant que quelques secondes. Il me posa la main droite sur la tête, la gauche à la nuque, ferma les yeux et se concentra. La première et la deuxième fois je ne sentis rien. D'ailleurs, ignorant ce qu'il voulait, je n'attendais rien spécialement.
Mais la troisième fois ce fut une surprise. J'eus une perception entièrement nouvelle, celle de 3 de mes chakras ou centres spirituelles.
Ce furent les 3 centres abdominaux que je sentis s'éveiller successivement, comme 3 lampes que l'on allume l'une après l'autre à 2 ou 3 secondes d'intervalle.
Le premier était situé au niveau du creux de l'estomac, le 2eme au nombril, le 3eme au dessus du pubis.
J'ai perçu ces centres à la surface du corps ; il semblait que j'en prenais conscience lorsque la force, descendant de la main placée sur ma tete et traversant mon corps à mon insu, émergeait à la peau. Le courant fluidique mettait environ deux secondes pour descendre de la tête au premier centre (abdominal supérieur), ensuite une demi seconde pour passer à chacun des deux centres suivants. Ce fait est très important car il prouve le caractère semi-materiel de l'influx spirituel et élimine des analogies sommaires, comme celles qu'on pourrait supposer avec un courant électrique ou même avec l'influx nerveux, qui sont beaucoup plus rapide.
Quand à définir exactement ce qu'était cette sensation ce serait extrêmement difficile : une sorte de volupté subtile, affectant un territoire circulaire nettement défini et accompagné d'une sensation de cavitation.
En terminant cette transmission de l'enseignement et cette tentative de transmission de pouvoirs, Galip me dit "dans un mois vous serez transformé"



La suite prochainement ....
« To learn, read. To know, write. To master, teach. »


#39 Manupiapia

Manupiapia

    Astralopithèque

  • Membre
  • 159 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:: ueiL

Posté 11 janvier 2007 - 13:33

Voir le messagele scribe, le Oct 2 2006, 03:44 PM, dit :

Voir le messageaurinko, le Oct 2 2006, 03:56 PM, dit :

En juin 1934, il rencontra celui qui fut son maître en un certain sens du terme : Arthème GALIP, diplomate ukrainien, fils du dernier gouverneur de Bucovine, avant son annexion par l'U.R.S.S.. A la suite de cela, GALIP avait dû se réfugier en France. Il avait auparavant séjourné dans un temple zoroastrien. Ce maître avait le pouvoir de communiquer des visions par l'imposition des mains, mais il n'avait aucun enseignement oral digne de ce nom. Il y avait une contradiction entre ce don et les exercices qu'il enseignait, les uns très malfaisants, les autres pure perte de temps.

Y aurait-il moyen d'en savoir un peu plus ? Qui juge que c'était malfaisant ? Sur quelle base ? Et en quoi était-ce malfaisant ? La contradiction peut être dans la perception extérieure aux choses ou réellement dans les actes. Or avec si peu, nous sommes laissés dans le flou total...  :unsure:

Lefébure en tout cas affirme qu'il tient cette technique de condensation du corps astral de ce "maître" zoroastrien. On sait donc qu'il maîtrisait les projections astrales et qu'il avait des visions. C'est bien maigre comme informations surtout pour quelqu'un dont Lefébure se dit être le dépositaire d'un enseignement.

Celui qui a rédigé ce texte sur le site du phosphénisme, en sait peut-être un peu plus long... ?  <_<


Quelques infos supplémentaires tirées du livre "Expériences initiatiques Tome 1" du Dr Lefébure (livre de 1954 que j'ai acheté par hasard il y a quelques années, et que j'avais refermé sans le lire en entier, parce que les exercices me paraissaient dangereux)
(Note : j'ai scanné ce texte et corrigé les erreurs, mais il en reste peut-être quelques-unes)

Galip est né en Ukraine, à Voloka. Il fit ses études en
Autriche, de très bonnes études sur lesquelles on possède
une abondante documentation. Il les termina par le doc-
torat en droit à l'Université de Vienne ; puis il fut sous-
secrétaire d'Etat au ministère des affaires étrangères du
Directoire ukrainien, pendant la période où l'Ukraine fut
indépendante.
Il fut un ami de Briand, et l'on possède de lui une cor-
respondance qui le prouve. Briand l'estimait beaucoup. Il
connut également le président Bénès et le président Sa-
lazar, ainsi que Franklin Bouillon.
Il vint en France à la suite de la mission française en
Roumanie et fit partie de la mission diplomatique ukrai-
nienne. En 1935, il partit pour l'Espagne. La dernière
lettre que l'on ait de lui est de Barcelone, elle est anté-
rieure d'un mois à la révolution espagnole. Mais on aurait
eu une fois de ses nouvelles depuis lors, et il serait en
Amérique du Sud.
Le mystère le plus complet entoure sa disparition ; le
mystère règne également total, sur la source où il a puisé
la méthode initiatique qui connaît chaque jour un succes,
grandissant.
On ne nous ôtera jamais de l'esprit que la plus grande
catastrophe de l'époque est peut-être la perte d'une partie
de la tradition dont Galip était porteur et de la filière par
laquelle elle lui était parvenue. Car si elles eussent été
sauvées et divulguées à temps en totalité le sort du monde
eut certainement été tout différent grâce à une plus grande
lumière dans les rapports entre les peuples. De cela Galip
n'était pas pleinement conscient ; surtout il ne sut de-
couvrir les moyens de mettre, à la portée de tous, la Lu-
mière de l'initiation.
D'après Terapiano, le distingué auteur de « La Perse
secrète », Galip fut un Martiniste ukrainien. Mais cela ne
parait pas avoir eu sur sa formation une influence fonda-
mentale. Il est maintenant à peu près certain que c'est d'un
Perse qu'il connut la méthode qui est maintenant la clé
de voûte de notre mouvement. Mais il est probable égale-
ment qu'il y eut un apport personnel de Galip afin d'adap-
ter cette méthode à l'Occident.
Branly a souvent exprimé son étonnement devant les
innombrables conséquences de la découverte qu'il avait
faite avec un petit tube plein de limaille de fer et dont il
n'avait pas saisi la portée, sur le moment, ce qui prouve
que le sort de l'humanité peut dépendre d'un homme
sans qu'il le sache. L'histoire prouvera que le sort du
monde a été, vers 1936, entre les mains d'Arthème Galip ;
mais que celui-ci malheureusement alors n'a pas saisi cela
en temps utile pour faire prendre à la civilisation un tour-
nant décisif. Il faudra beaucoup de sang et de souffrances
pour revenir à ce point crucial. Peut-être est-ce parce qu'il
n'a pas eu, comme Branly, la chance de rencontrer alors
des disciples capables de le comprendre tout de suite.



Il y a d'autres passages consacrés à Galip mais je crois que l'essentiel a été dit dans les posts précédents. J'ajoute quand même cet extrait :

Le malentendu entre Galip et moi, c'est en microcosme, le malentendu actuel entre l'Orient et l'Occident. Galip, dans son illumination intuitive et rayonnante, était un impulsif qui délimitait mal sa pensée par ses paroles.
Autrement dit, Galip n'était pas un bon pédagogue.
A part l'épisode de la convergence oculaire mal compris par Lefébure, ce dernier écrit aussi que Galip enseignait non pas les tensions lentes, mais des tensions brusques et violentes, que Lefébure considéra comme dangereuses :
Une certaine impulsivité, brusquerie, ont empêché Arthème Galip de transmettre intégralement son message à l'Occident. Il n'est pas impossible que cette tendance ait été en relation avec la pratique des tensions brusques à laquelle il s'adonnait et qu'il enseignait.
Il serait intéressant d'autre part de savoir ce qui s'est passé en 1936 : Galip étant diplomate, on peut effectivement imaginer qu'il aurait pu avoir un certain pouvoir pour changer le cours de l'histoire...
Quand j'aurais le don de prophétie, la connaissance de tous les mystères et de toute la science,
Quand j'aurais la foi la plus totale, celle qui transporte les montagnes,
S'il me manque l'amour, je ne suis rien.

Mon Blog Musical





0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

membre(s), invité(s), utilisateur(s) anonyme(s)