Aller au contenu


Végétarianisme et énergie


  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet
73 réponses à ce sujet

#61 Artis

Artis

    Nada en especial

  • Membre
  • 1 875 messages
  • Sexe:Homme

Posté 20 juillet 2007 - 19:02

Alors, au risque se me répéter, je suis acupuncteur mais je édois dire "énergéticien chinois" car suis en France et je ne suis pas médecin. ;)
Le problème avec l'homéopathie c'est lorsqu'on prend de hautes dilutions (à partir de 9ch) quotidiennement voir plusieurs fois par jour.
Soit ça marche, soit, comme 9 fois sur 10, ça fou la pagaille!
Peu de medecins testent les dilutions et peu font référence aux durées d'action des remèdes....mais bon c'est un autre débats, hors sujet ici.

#62 shangrila

shangrila

    Membre astral

  • Membre
  • 120 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:vaucluse

Posté 20 juillet 2007 - 22:14

Voir le messageAnakine, le Jul 20 2007, 02:10 PM, dit :

Je m'excuse de venir sur le sujet, mais du coup il me vient plusieurs questions.
Shangrila, as tu toujours suivi ce type de régime alimentaire?
et est ce que tu travailles sur l'énergétqiue ? Si oui est ce que tu as pu faire la diférence entre la qualité de ton travail énergétique par rapport au changement de ton alimentation ?
En claire est ce que le fait d'être végétarien par exemple influe sur la qualité de notre énérgie ?
Aucun problème Anakine. Concernant mon régime, je me suis orienté vers le végétarisme il y a environ 7 ans et je le suis assez scrupuleusement depuis 4 ans environ. Je n'étais pas végétarien au départ, n'ayant pas reçu une éducation de ce genre. Heureusement, j'ai la chance d'avoir une famille très compréhensive vis à vis de mon point de vue ce qui rend les choses plus facile. :)

Voir le messageAnakine, le Jul 20 2007, 02:10 PM, dit :

et est ce que tu travailles sur l'énergétqiue ? Si oui est ce que tu as pu faire la diférence entre la qualité de ton travail énergétique par rapport au changement de ton alimentation ?
En claire est ce que le fait d'être végétarien par exemple influe sur la qualité de notre énérgie ?

Je ne fais de pas de travail énergétique du type NEW de Bruce donc je ne peux te donner un avis sur l'efficacité d'un régime végétarien combiné avec cette pratique. Depuis un an seulement j'ai des sensations particulières que je pourrais décrire comme étant de type énergétique. J'en ai parlé dans un topic sur les phénomènes énergétiques. Concrètement, j'ai des sensations de chaleur très intenses à des endroits très localisés et que je peux sentir se déplacer lentement.
"On reconnaît la grandeur et la valeur d’une nation à la façon dont celle-ci traite ses animaux" Gandhi

#63 Anakine

Anakine

    Disciple

  • Membre
  • 2 061 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:essone 91

Posté 23 juillet 2007 - 09:22

Merci de ta réponse shangrila.
C'est intéressant car Artis part plutôt du principe qu'il faut laisser le corps "choisir " ce dont il a besoin de manière instinctive (Artis reprends moi si je me trompe ) sans imposer de régime particulier et d'un autre côté il y a le fait que certains régimes alimentaires apporteraient plus de bénéfices tans au niveau de la santé que de l'énergie.
Je pense par exemple au jeûne , il semblerait (mais je n'ai pas testé ) que de jeûner de temps en temps apporte beaucoup à la qualité de notre énergie.
Si certains ont pu expérimenté tout ça , ça serait intéressant que l'on ai leur point de vu.
Compassion et amour sont les maîtres mots !

Mon blog (toutes mes expériences sont ici).
Mon site : Le Temple Reiki.
Mon forum (dédié principalement au Reiki, mais aussi à tout autre sujet que vous souhaiteriez aborder, même les sujets théoriques).
Mon myspace (venez découvrir mes créations musicales).

#64 glingal

glingal

    Membre mental

  • Membre
  • 235 messages

Posté 21 août 2007 - 14:40

A mon sens, la personne dont la diète végétarienne est le résultat d'un choix est généralement déjà dans la démarche d'ouverture de conscience en rapport avec les êtres sensibles. Est-ce à dire que tous ceux qui ne partagent pas ce mode de vie sont dénués de compassion ? Ne marchent pas vers l'éveil ?
Je ne crois pas.

Personnellement je ne porte aucun jugement sur les us de mes semblables. Le grand coupable c'est le consumérisme sous toutes ses formes; en même temps si on rejette la faute sur la société, alors il convient de ne pas oublier que la société c'est nous et le "nous" inclus aussi le "moi", à titre très très personnel.

Conscience individuelle....
Energie.....
Rapport avec le vivant.....

Qu'est-ce que je lis ?

Ella (selon ta signature):

Citation

le végétarisme élève la personne, sa sensibilité et sa sollicitude est concrète, vécue, et parfaite pour l'élévation vibratoire...
N'ayant plus droit de citer, j'imagine que tu ne pourras pas répondre.
Je ne suis pas trop dans les "ismes", mais dans ta logique il y a une affirmation qui demande à être vérifiée. D'abord qu'une diète spécifique, comme le végétarisme, élèverait la personne, la rendrait plus sensible. Tu parles aussi en terme de conséquence d'élévation vibratoire. Mais est-ce que l'on peut ça vraiment le mesurer ?
Si certaines personnes peuvent parler d'expérience personnelle, je n'y vois rien à redire. Ca se respecte. Mais dans cette démarche personnelle, dans ce choix de s'abstenir de tout alimentation carnée, n'y avait-il pas déjà avant un travail de conscience, une réflexion sur le rapport intime aux êtres sensibles ? Cette sensibilité n'a-t-elle pas précédée le choix ? N'en est-elle pas l'origine même ?
Pour moi c'est un point qui mérite d'être exploré en profondeur afin de discerner l'origine de l'effet.


Le sujet retient toute mon attention; parce qu'il a pour axiome notre rapport au vivant, au vibrant.
Jamais rien dans mon parcours n'éveillera plus de curiosité que ces liens subtils que nous entretenons ou nions avec tout ce qui est sensible et vivant. Non pour juger mes semblables mais pour écouter la façon toute personnelle que chacun le vit au quotidien.

Dalhia, tu cites un passage de la Génèse assez intéressant.
Mais comme tout texte religieux, il est sujet à interprétation.

Et selon l'histoire de la génèse mentionnée dans la bible, l'homme, était placé par son créateur dans un jardin à l'est d'Eden. La terre produisait naturellement du fruit sans besoin d'être travaillée par la main de l'homme. Mais selon les écritures, les choses ont changé par la suite par le péché de l'homme.
Péché ne signifie pas désobéissance, mais séparation. A en croire les écritures, l'homme s'est éloigné du coeur de Dieu, et par conséquent de son propre coeur. Il n'avait nullement besoin de lois à l'origine pour dicter sa conduite.
En terme de conséquence c'est cette séparation qui a rendu la terre infertile.

Si on doit se référer à des textes religieux, alors il faut prendre soin de ne pas l'isoler de son contexte.
D'autres passages plus avant, parlent de loi mosaïque, avec des prescriptions très précises en rapport avec l'alimentation. Et l'alimentation carnée n'y est pas proscrite.

Kalonek:

Citation

Jésus et les apôtres mangeaient aussi des graines et des fruits pour toute nourriture apparemment. Et ils avaient de très bonnes fréquentations lol donc je pense comme toi Dalhia que c'est un point à prendre en compte quelle que soit notre croyance.



Et probablement de la viande aussi. Plusieurs textes de l'evangile précisent qu'il célébrait la Pâques avec les apôtres. La Pâques, fête commémorative de la sortie du peuple juif de l'Egypte se célèbre par du pain sans levain et l'agneau pascal, c'était une obligation religieuse. Et aucun texte que Jésus se soit dégagé de cette obligation.

D'ailleurs en parlant de bonnes fréquentations, il était reproché à Jésus de festoyer, de se joindre à des banquets en compagnie de gens de "mauvaise vie":

Citation

Matthieu 11/19 « Le Fils de l’homme est venu, mangeant et buvant, et ils disent: C’est un mangeur et un buveur, un ami des publicains et des gens de mauvaise vie. Mais la sagesse a été justifiée par ses oeuvres. »
Je ne suis pas encore à côté du sujet hein ?
Oeuvre est aussi une façon de parler d'énergie et d'élévation vibratoire.

Pour continuer dans cette veine, et puisque guérir est quand même en rapport avec les énergies, après avoir choisi encore 70 disciples, Jésus exhortera:

Citation

Dans quelque ville que vous entriez, et où l'on vous recevra, mangez ce qui vous sera présenté,
guérissez les malades qui s'y trouveront, et dites-leur : Le royaume de Dieu s'est approché de vous.

D'aucune de ses exhortations, Jésus ne s'est lui même soustrait. D'après les écrits, il était en accord avec les enseignements qu'il donnait. Rien ne témoigne jusqu'à preuve du contraire qu'il ait versé dans un "faites ce que je dis, pas ce que je fais !"

Par contre, ce qui est réellement triste, pathétique, c'est que par ignorance ou malhonnêteté intellectuelle des fanatiques (religieux en première ligne) ait détourné ses propos pour les instrumentaliser à des fins peu louables.

Jésus est un exemple pour les chrétiens, un avatar, un modèle de référence. Pourquoi pas !
Mais selon moi, imiter les faits et gestes d'une personne sans connaitre son coeur peut conduire à la confusion. Jésus se foutait pas mal des préceptes humains, même quand ceux-ci étaient pris au pied de la lettre de la loi mosaïque. Il disait bien d'ailleurs que le sabbat était au service de l'homme et non l'inverse. En bref les lois et prescriptions avaient pour fonction de connaitre le coeur de Dieu et de réconcilier l'homme avec Lui, pas d'en faire l'esclave.

Ceci dit, je me fous pas mal que Jésus ait mangé de la viande ou non. Au moins tout autant du fait que Hitler à une époque de sa vie ait suivi une diète végétarienne. Visiblement ce n'est pas ça qui a eu le pouvoir de le rendre plus humain envers ses semblables.
Mais je m'en fous à vrai dire !
Ce qui retient mon attention c'est ce qui amène à penser certains que le végétarisme rend plus sensible et élève la fréquence vibratoire (surtout en terme de conséquence).

Oui Yog, le cri de la carotte. Pas de système nerveux donc pas de souffrance possible...... oui et re-oui..... pas de souffrance telle que nous la connaissons, pas de sensibilité telle que nous faisons l'expérience. Comme si le gémissement ou le cri était une preuve en soi de la sensibilité et la capacité de souffrir !

Pour toi manger un animal quelque soit sa mort c'est presque du cannibalisme. Et là ou je comprends ta capacité à t'identifier à l'animal, je discerne aussi les limites dans ta sensibilité aux êtres sensibles. Les végétaux le sont sensibles, je le crois, parce qu'ils communiquent même si ça n'écorche les oreilles de personne.

http://www.cyberpres..._adsublabel=rss


Oui le corps scientifique est divisé..... on s'en fout.
Vivre en accord avec sa propre conscience est plus édifiant, probablement.

Quand on prend la vie, d'une carotte ou bien d'un oiseau pour se nourrir, je me demande s'il est plus important d'apprendre à dire pardon qu'à dire merci. La vie ne s'excuse pas pour se maintenir quelque soit sa nature, sa voie de manifestation: animale, végétale, minérale. Je n'ai pas oublié les humains, comme faisant parti d'une classe à part entière. Nous sommes une espèce faisant partie du règne animal. La conscience existe pour moi quelque soit le règne, même si son expression est différente.

C'est bien je trouve, quand l'homme peut dire qu'il a le choix. Ce n'est hélas pas le soucis majeur d'une grande portion de la population qui se demande elle non pas qu'est-ce qu'elle va manger, mais si elle va manger.
..........


J'ai passé tous les étés de mon enfance à la ferme. J'y ai appris que l'oeuf que l'on consomme n'est pas le petit de la poule non né. Pas plus que le lait n'est le produit d'une vache en gestation constante. Il suffit de placer un veau sous une vache, même qui n'est pas sa mère, pour que la lactation soit réactivée.
Ce n'est pas quelque chose de spécifique à la vache d'ailleurs. On a vu des nourrissons qui, placé sur le sein d'une grand-mère pouvait s'en nourrir dans certaines conditions.

Mais pour en revenir aux relations interspécifiques, je comprends qu'il soit plus aisé d'éprouver de la compassion pour une vache que pour une carotte. Ceci dit, j'aimerais quand même savoir ce qu'en pensent les Inuits. Quelqu'un a djà réussi à faire pousser une carotte sur la banquise ?
Eux qui sont grands consommateurs de protéines et de graisses d'origine animal, ont-ils la fréquence vibratoire de bruts épaisses ? Sont-ils dénués de compassion.

Si on considère qu'absolument tout est notre semblable, notre prochain ou notre mère, est-ce qu'on doit se résoudre à mourir de faim ? Ou bien se replacer dans  le rapport que nous avons avec le vivant et en user avec conscience, modération, sagesse et gratitude.

J'ai entendu un chasseur un jour, isolé de toute terre habitée, au coeur des Rocheuses. Il disait qu'il ne prélevait que le strict nécessaire, selon ses besoins. Et que sa prédation ne déséquilibrait en rien l'équilibre naturel de son environnement mais qu'au contraire elle stimulait les espèces. De mon point de vu, cet homme a su retrouver sa juste place dans son milieu. Ce qui n'est certes pas le cas des chasseurs qui réduisent à un sport leur activité sur la nature.
La beauté
Soit devant
Tout autour
De moi

Accompli dans la beauté
Oui

#65 Syd

Syd

    Membre astral

  • Membre
  • 122 messages

Posté 21 août 2007 - 15:25

En l'occurence, qu'une plante communique ou pas par mécanisme de défense, elle n'a pas la faculté de penser car n'a pas d'organe prévu pour... donc elle ne peut pas ressentir de traumatisme dû à une possible douleur (à savoir qu'il n'y a pas de système nerveux dans une plante, détrompez-moi si c'est le cas).
Personnellement je crois que cette conscience vis-à-vis de la douleur ne peut concerner que les animaux vertébrés, avec un système nerveux et un cerveau.

Citation

Mais pour en revenir aux relations interspécifiques, je comprends qu'il soit plus aisé d'éprouver de la compassion pour une vache que pour une carotte. Ceci dit, j'aimerais quand même savoir ce qu'en pensent les Inuits. Quelqu'un a djà réussi à faire pousser une carotte sur la banquise ?
Ils chassent pour se nourrir et ne sont pas dans notre cas de figure de société occidentale avec abattoirs et compagnie...
Après pour ce qui est de fréquence vibratoire je n'avance rien car il n'y a pas de preuve.
J'aime bien me référer aux tribus amérindiennes avant que les amériques soient conquis par exemple : le respect et les rites dans lesquels ils chassaient leur proie, chose devenue impossible dans une société de consommation de masse.

Ensuite pour ce qui est d'une démarche d'ouverture de conscience, je crois qu'il s'agit de se trouver soi-même avant tout. Je ne pense pas que ce soit une voie obligatoire, mais que c'est une démarche possible, si on sent que l'on veut être végan... sur ce point je suis d'accord avec toi :)

#66 Lorévert

Lorévert

    Eauverte

  • Membre
  • 1 291 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Sur les chemins

Posté 28 août 2007 - 13:16

Une chose est certaine, si tu manges 300g de pomme de terre en gratin, il ne fait aucun doute que tu auras une baisse de la vigilance dans les heures qui suivent voire même des assoupissements. Je ne sais pas si c'est directement le végétarisme comme mode alimentaire qui a une influence sur l'énergie mais c'est en tout cas le rapport intime que l'on a envers la nourriture et surtout la façon dont on la consomme.
Tout est une question de rapport entre les choses je crois. Après que le mode végétarien soit plus léger et favorise la circulation c'est peut-être une chose si c'est fait avec cette intention, mais l'image du gratin remet bien les choses dans leur contexte.

#67 shangrila

shangrila

    Membre astral

  • Membre
  • 120 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:vaucluse

Posté 07 septembre 2007 - 18:40

Voir le messageglingal, le Aug 21 2007, 03:40 PM, dit :

J'ai passé tous les étés de mon enfance à la ferme. J'y ai appris que l'oeuf que l'on consomme n'est pas le petit de la poule non né. Pas plus que le lait n'est le produit d'une vache en gestation constante. Il suffit de placer un veau sous une vache, même qui n'est pas sa mère, pour que la lactation soit réactivée.
Ce n'est pas quelque chose de spécifique à la vache d'ailleurs. On a vu des nourrissons qui, placé sur le sein d'une grand-mère pouvait s'en nourrir dans certaines conditions.

Mais pour en revenir aux relations interspécifiques, je comprends qu'il soit plus aisé d'éprouver de la compassion pour une vache que pour une carotte. Ceci dit, j'aimerais quand même savoir ce qu'en pensent les Inuits. Quelqu'un a djà réussi à faire pousser une carotte sur la banquise ?
Eux qui sont grands consommateurs de protéines et de graisses d'origine animal, ont-ils la fréquence vibratoire de bruts épaisses ? Sont-ils dénués de compassion.

Si on considère qu'absolument tout est notre semblable, notre prochain ou notre mère, est-ce qu'on doit se résoudre à mourir de faim ? Ou bien se replacer dans  le rapport que nous avons avec le vivant et en user avec conscience, modération, sagesse et gratitude.

J'ai entendu un chasseur un jour, isolé de toute terre habitée, au coeur des Rocheuses. Il disait qu'il ne prélevait que le strict nécessaire, selon ses besoins. Et que sa prédation ne déséquilibrait en rien l'équilibre naturel de son environnement mais qu'au contraire elle stimulait les espèces. De mon point de vu, cet homme a su retrouver sa juste place dans son milieu. Ce qui n'est certes pas le cas des chasseurs qui réduisent à un sport leur activité sur la nature.

Pour revenir sur le lait, Glingal, sa production est conditionnée la naissance d'un petit car c'est grâce à celui-ci que le petit pourra survivre avant son alimentation adulte. C'est en effet le processus de gestation qui engendre la production du lait pour une durée propre à chaque espèce. Pour avoir du lait, l'animal est forcément tenu dans un processus de mise bas, qui est plus ou moins régulier pour chaque animal selon l'importance que l'agriculteur accorde au bien être de ses animaux, de la production qu'il souhaite avoir et la taille de son élevage. Donc un petit veau peut très bien être alimenté par une vache qui n'est pas sa mère mais qui a eu un petit depuis un certain temps et qui de ce fait peut toujours donner du lait. Les animaux ne produisent pas de lait en dehors de cette période.

Cela dit, je partage ta vue sur des peuples qui ne disposent que de ressources limitées pour survivre. Je ne pense pas qu'il y ait de comparaison qui tienne avec celles des pays industrialisés. Pour certains peuples leur consommation de viande/poisson peut davantage relever de la survie et non d'un "caprice" comme chez nous alors qu'avec tous les aliments dont nous disposons, il nous serait aisément possible de nous en passer sans avoir de carences. Ces peuples ne disposant de notre "savoir-faire" industriel sont souvent ainsi beaucoup plus dépendants de la nature que nous et sont donc forcément plus enclins à la respecter et à ne pas puiser exagérément dans ses ressources afin de préserver un équilibre essentiel à la survie de l'écosystème tout entier...une sagesse inconsciente en quelquesorte, que nous avons malheureusement tendance a perdre avec la croyance en la toute puissance de notre technologie, remède à tous nos problèmes...ce que dément pourtant clairement la situation actuelle!

Donc ce n'est pas l'acte isolé qui compte je dirais mais pris dans son contexte. Tuer un animal pour survivre n'est pas du tout la même chose lorsqu'on peut très bien s'en passer et qu'on en a le choix.
"On reconnaît la grandeur et la valeur d’une nation à la façon dont celle-ci traite ses animaux" Gandhi

#68 glingal

glingal

    Membre mental

  • Membre
  • 235 messages

Posté 07 septembre 2007 - 19:37

(((((Désolée pour le doublon, un tit bug))))

La façon dont ils s'y prenaient pour que les vaches produisent du lait alors qu'elle n'était plus en période d'allaitement étai simple: on placé le veau d'une autre vache sous le pie d'une de ses voisines quand celle-ci était en baisse de lactation. Et ça relançait le processus permettant la traite.


Voilà, ce sont les seules sources dont je dispose. Je ne dis pas que ça se passe ainsi absolument dans toutes les fermes.


Maintenant je puis t'assurer que les mammifères peuvent prolonger l'allaitement plusieurs années après la naissance.
J'ai moi-même allaité mes enfants. Seulement à l'heure actuelle, la médecine conventionnelle avancera qu'il n'est pas utile pour un enfant de l'allaiter plus de dix mois. Du coup plein de gens s'imaginent que le lait se tarit au delà de ce délai. Ce qui est FAUX ! Une femme peut allaiter son enfant trois ans et plus. Mais si elle ne nourrit plus son petit ou ne tire plus son lait, alors il se tarit.
Et il en va ainsi pour quasi tous les mammifères.

Modifié par glingal, 07 septembre 2007 - 19:50.

La beauté
Soit devant
Tout autour
De moi

Accompli dans la beauté
Oui

#69 shangrila

shangrila

    Membre astral

  • Membre
  • 120 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:vaucluse

Posté 10 septembre 2007 - 00:05

Voir le messageglingal, le Sep 7 2007, 08:37 PM, dit :

Maintenant je puis t'assurer que les mammifères peuvent prolonger l'allaitement plusieurs années après la naissance.
J'ai moi-même allaité mes enfants. Seulement à l'heure actuelle, la médecine conventionnelle avancera qu'il n'est pas utile pour un enfant de l'allaiter plus de dix mois. Du coup plein de gens s'imaginent que le lait se tarit au delà de ce délai. Ce qui est FAUX ! Une femme peut allaiter son enfant trois ans et plus. Mais si elle ne nourrit plus son petit ou ne tire plus son lait, alors il se tarit.
Et il en va ainsi pour quasi tous les mammifères.

hum bon, pas tous quand même!! Certains mammifères ont une durée de lactation plus importante que d'autres, mais pour aller jusqu'à plusieurs années très peu d'animaux en ont la capacité je pense, l'homme certainement, son développement étant l'un des plus long, peut être la vache (pour elle la durée moyenne de lactation est de 10 mois). Mais à coté de ça pour un rendement maximal (la production diminuant dans le temps), beaucoup de vaches laitières sont soumises à un cycle reproductif et de traite si intensifs qu'elles sont usées au bout de quelques années alors qu'elle pourraient vivre plus de 10 ans dans de meilleures conditions.
"On reconnaît la grandeur et la valeur d’une nation à la façon dont celle-ci traite ses animaux" Gandhi

#70 ekko

ekko

    Visiteur

  • Membre
  • 2 messages

Posté 20 novembre 2007 - 03:31

Voir le messageAzargoth, le Mar 14 2007, 09:54 PM, dit :

J'ai arrêté la viande à 100 % du jour au lendemain en juillet 06 et je me porte très bien. J'ai même pris du poids et j'ai commencer la musculation, c'est pour dire :D

J'ai aussi arrêté la viande du jour au lendemain, au printemps 2003, puis les oeufs et produits laitiers au printemps dernier. Et je n'ai aucun problème de santé, bien au contraire. J'ai recommencé la muscu il y a quelques semaines et je n'ai jamais pris de poids aussi rapidement, même quand je mangeais de la viande et des suppléments de protéines à base de lactosérum (i.e. à base de lait). Pour ceux qui aimeraient en savoir plus, je viens de mettre en ligne un blog pour la musculation végétarienne: http://www.musculation.vg

#71 Kalonek

Kalonek

    Kamikaze des plans subtiles

  • Administrateur
  • 10 346 messages
  • Sexe:Homme

Posté 20 novembre 2007 - 11:41

Très intéressant ekko !
Nous trouverons un chemin, ou nous le tracerons. - Hannibal

#72 ekko

ekko

    Visiteur

  • Membre
  • 2 messages

Posté 23 novembre 2007 - 04:28

Voir le messageKalonek, le Nov 20 2007, 11:41 AM, dit :

Très intéressant ekko !

Merci :)  Je vais m'efforcer d'ajouter régulièrement des infos et des trucs sur le site. Et si vous avez des références et informations à partager, elles sont bienvenues, ça pourrait être pertinent de les ajouter au site.

#73 Anakine

Anakine

    Disciple

  • Membre
  • 2 061 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:essone 91

Posté 23 novembre 2007 - 09:16

Voir le messageKalonek, le Nov 20 2007, 11:41 AM, dit :

Très intéressant ekko !

Kal tu te met à la muscu ! hihihi  :lol:

Ok je me retire !

Plus sérieusement, je pose la question :

Ne vaut il pas mieux manger "normalement " fruit, légumes, féculant  au lieu de prendre des substituts sous forme de gélules?
(je ne porte pas de jugement je n'y connaît rien, je pose juste la question hihihi )
Compassion et amour sont les maîtres mots !

Mon blog (toutes mes expériences sont ici).
Mon site : Le Temple Reiki.
Mon forum (dédié principalement au Reiki, mais aussi à tout autre sujet que vous souhaiteriez aborder, même les sujets théoriques).
Mon myspace (venez découvrir mes créations musicales).

#74 Lorévert

Lorévert

    Eauverte

  • Membre
  • 1 291 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Sur les chemins

Posté 23 novembre 2007 - 18:24

Quand on voit la musculature développée, on comprends bien qu'il ne suffit pas de manger raisonnablement, Il faut être en excédant pour récupérer, entretenir et surtout developper de nouvelles fibres musculaires. Autant dire que les suppléments sont obligatoires sinon c'est l'estomac qu'on muscle  :unsure: , mais qui dit supplements ne veut pas dire drogue ou chimie.
Personnellement je suis pas contre, mais pas davantage pour le culturisme, je trouve ça un peu inutile à vrai dire, chacun son truc ;)





0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

membre(s), invité(s), utilisateur(s) anonyme(s)