Aller au contenu


Bas astral synonyme d'enfer ??


  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet
27 réponses à ce sujet

#16 kazuki

kazuki

    In Silent Hill

  • Membre
  • 942 messages
  • Lieu:Nîmes

Posté 31 août 2006 - 00:19

La remarque de Tomino me fait penser au système pyramidale.
Mon âme se compose et decompose
comme un puzzle mélancolique...
dont chaque pièce a sa propre tristesse.

#17 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 31 août 2006 - 00:49

Je ne pense pas qu'il faille raisonner en termes de lieux : l'enfer est ici ou là, dans "le bas astral", etc.

En fait l'enfer est tout aussi présent sur cette Terre ! Je pense que c'est plus un état de l'esprit qu'on véhicule avec soi (obsessions, diverses psychopathologies, prisons mentales, etc.). Or comme dans l'astral, les pensées se matérialisent très facilement, toutes les pensées "infernales" créent des mondes, des univers personnels qui s'extériorisent... et peuvent aussi se mêler aux fantasmes et aux dérives d'autres âmes.

Il en va de même pour les paradis (au pluriel) selon les mêmes principes des mondes ou univers-reflets de la conscience.

C'est peut-être plus pratique de dire "l'enfer", "le paradis", sur le plan purement conceptuel. Mais ça revient à dire "le tourment" ou bien "la félicité".

Cette vision se rapproche plus des spiritualités mystiques pour qui le contrôle des humeurs, des passions et des désirs est une nécessité.



La notion du karma est un autre débat. Il ne s'agit pas tant de subir, que d'hériter des effets en retour. Un peu comme un écho. Les pensées étant vivantes, elles créent ces "formes-pensées" qui deviennent des forces directrices ensuite. Donc les pensées intenses tendent à s'hypertrophier. Le karma n'est ni bon, ni mauvais, c'est plutôt la fameuse loi "on récolte ce que l'on sème". Ensuite, il y a le choix de réparer ou de compenser (ou aussi de développer, de poursuivre des acquis) par la compréhension du karma. C'est donc un raccourci de pensée de dire : "je suis ici à cause de mon karma", car c'est à la fois vrai (prise de conscience des effets provoqués par nos actes) et faux (décision de faire des choix différents dans une nouvelle incarnation par exemple).

Bref, aucune fatalité puisque la conscience, si elle peut elle-même s'emprisonner, peut aussi se libérer elle-même.

Cette compréhension évite ainsi les peurs, qui sont génératrices des fléaux qu'on cherche justement à éviter. Si une peur est trop intense dans l'astral, elle va se matérialiser !

Donc "l'enfer du bas astral", n'est que le reflet déployé de sa propre intériorité. C'est un peu le bilan de ce qui domine dans sa vie, ses pensées, ses actions.

La topologie devient très délicate dans les mondes immatériels. Nous ne sommes plus dans le cosmos physique ! Pour nous relier à un univers, on utilise soit des schèmes de pensées, soit on pense à des personnes. En fait, c'est "en-dedans" que l'extérieur se cartographie, se spatialise.

Vouloir localiser est encore un réflexe trop physique. D'ailleurs les corps énergétiques successifs sont de plus en plus informels... Le fini, la finitude, bascule vers l'infini.  :)

#18 Merkaba21

Merkaba21

    Membre éthérique

  • Membre
  • 21 messages

Posté 31 août 2006 - 02:40

Pour la théorie qui dit qu'on matérialise nos pensées dans l'astral et que par conséquent ceux qui ont des pensées négatives les reproduisent et créent leurs enfers... que dire de ceux qui par exemple sont des pédophiles ... ils vont créer des enfants imaginaires et en abusés ? ce serait un enfer pour nous mais pour lui c'est plutôt ce qu'il souhaite....... ou est la justice dans ce cas la ?

Pour ce qui est du fait qu'un être ayant des pensées négatives n'est pas nécessairement dans le bas astral.... j'ai quelques doutes a ce sujet....... je crois que pour acceder a des plans supérieurs il faut être en harmonie, en paix intérieur. Quelqu'un de mal intentioné n'est certainement pas en harmonie avec soi-même... mais encore la quelque chose m'embête un peu ..  J'ai lu dans un livre de William Buhlman que pendant ses projections astrales il demandait a "aller vers l'intérieur" ce qu'il utilisait pour monter a travers des plans de conscience et je crois avoir récemment lu que Kalonek avait pendant une PA je crois avoir été dans des plans plus subtils ou il avait rencontré des êtres qui disait que ses pensées les dérangeaient...

est-ce aussi facile pour une personne décédée d'accéder a ces plans plus subtils ?? simplement de dire : je veux rentrer vers l'intérieur ?? Ou peut-être que la vrai question serait plutôt d'être capable de rester a ces plans supérieurs... je ne sais trop ?

Dernièrement, qu'est qu'un être mal intentioné peut bien foutre dans des plans de conscience plus élevés ? quel serait son intérêt ?? a priori ces êtres veulent semer la peur a défaut de pouvoir vraiment blesser quelqu'un et je ne crois pas qu'un être malintentioné puisse faire peur a une entité vivant dans des plans de conscience élevés ....

A vous de me dire ce que vous en pensez ! ;)

#19 Jsf

Jsf

    Membre bouddhique

  • Membre
  • 892 messages

Posté 31 août 2006 - 04:31

Non Tonino, car ici nous n'avons pas assez de connaissance, nous pouvons être manipulés. Dans la 4eme ou 6eme densité, cela me paraît moins probable.
"Vivre pour autrui : délassement infiniment agréable pour les hommes fortement égoïstes." Nietzsche, V. de puissance II, p.119.

#20 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 31 août 2006 - 10:57

Voir le messageMerkaba21, le Aug 31 2006, 03:40 AM, dit :

Pour la théorie qui dit qu'on matérialise nos pensées dans l'astral et que par conséquent ceux qui ont des pensées négatives les reproduisent et créent leurs enfers... que dire de ceux qui par exemple sont des pédophiles ... ils vont créer des enfants imaginaires et en abusés ? ce serait un enfer pour nous mais pour lui c'est plutôt ce qu'il souhaite....... ou est la justice dans ce cas là ?

Est-ce une théorie ? C'est plutôt un constat empirique, qu'une théorie. Un constat d'après les expériences de mort imminente, la littérature spirite, les projections de conscience, les diverses mystiques traditionnelles. Elles s'accordent. Disons que c'est une théorie pour nous, tant que nous sommes extérieurs à ces plans.

Je crois qu'en effet, il faut être plus précis sur les matérialisations des formes-pensées... Ce qu'on oublie, c'est que des formes-pensées négatives deviennent vivantes et autonomes, comme des créatures : les égrégores, autrefois on parlait "des golems"... Ce qui signifie que dans le cas du pédophile, ses formes-pensées se retournent contre lui. Comme il n'est plus dans le plan physique, il les voit et les subit. Donc c'est tout de même différent avec un rêve éveillé où l'inconscient met en scène ses propres fantasmes ! C'est aussi le thème de Frankenstein : l'inventeur créé un créature et une fois en vie, elle se rebelle contre lui. D'ailleurs, dans le cas de la créature de Montauk (vrai ou faux, peu importe, à la limite), c'est aussi ce que disent ces témoignages : elle a voulu tout détruire du site où elle avait vu le jour. Même si on le prend sous l'angle du mythe, on a cet effet "retour de bâton". Ce qui rejoint un peu les dogmes des religions, à savoir que nous récolterons les fruits de nos actes ("récompenses, châtiments"). Cette loi est d'ailleurs visible dans la vie quotidienne sur le plan terrestre : des actes bénéfiques ont souvent une portée positive dans notre existence, des actes malsains provoquent souvent déjà des effets négatifs dans nos vies...

L'Astral ne fait qu'amplifier ce phénomène. En quelque sorte le physique fait écran à toutes ces entités créées (égrégores), elles ne sont perçues que par les pensées, et les mediums, les êtres hypersensitifs. Dans l'astral, en revanche, il n'y a plus d'écran physique : c'est la transparence même ! Autrement dit, l'hypocrite qui se créait une bonne conscience dans ses déviations morales, ne peut plus l'être ! Il doit faire face à ce qu'il est, à ce qu'il créé ! Dans ce sens là, c'est un enfer car il faut qu'il se délivre de lui-même pour se délivrer de son univers.


Voir le messageMerkaba21, le Aug 31 2006, 03:40 AM, dit :

Dernièrement, qu'est-ce qu'un être mal intentionné peut bien foutre dans des plans de conscience plus élevés ? Quel serait son intérêt ?? A priori ces êtres veulent semer la peur à défaut de pouvoir vraiment blesser quelqu'un et je ne crois pas qu'un être mal intentionné puisse faire peur à une entité vivant dans des plans de conscience élevés ....

D'après les sources que j'ai mentionnées au début (EMI / EFM / NDE, récits d'outre monde, mystiques tibétaines ou autres), ça ne se passe pas du tout comme ça ! Un être "lourd" par sa psychopathologie ne peut pas accéder aux plans divins. C'est très différent du plan physique et terrestre. Ici nous pouvons aussi bien rencontrer un malade mental, qu'un sage ! Dans ces plans, ça fonctionne par affinité, les âmes se regroupent par niveau d'évolution. Donc on ne peut pas avoir "un loup dans la bergerie". Ces promiscuités antinomiques ne peuvent avoir lieu que dans les plans inférieurs car tout le monde peut descendre. En revanche tout le monde ne peut pas s'élever car ça dépend de la qualité de notre âme. Si on veut, ça fonctionne comme une montgolfière : plus l'amour est altruiste et désintéressé, plus l'âme prend de l'altitude. Plus elle est égocentrée, plus elle s'alourdit vers les plans denses. C'est même assez logique, sur terre, dans des écoles supérieures, on ne verra pas des novices ignorants : ils n'y comprendront rien, se lasseront, partiront. On oublie que sur terre, la plupart des êtres humains qui aiment faire des mauvais coups détestent la morale, l'ordre, les principes de respect d'autrui. Dans l'allégorie de la caverne de Platon, les êtres enchaînés à leurs ombres, détestent la lumière et les porteurs de bonnes nouvelles. Il est insupportable pour une âme viciée de voir de la générosité, de la gentillesse, de l'élan du coeur ! Cela lui procure encore plus de haine, de violence, de souffrance ! "Qui se ressemble, s'assemble" dit le dicton.

Ceci dit, il est évident qu'aucune sphère n'est une prison, qu'il existe des frontières entre les plans. Et cela parce que chaque âme progresse par ses remises en cause, le travail qu'elle fait sur elle-même. Donc il est possible d'accueillir des âmes qui sont encore maladroites sur des détails mais qui s'accordent sur l'essentiel du nouveau plan de conscience.

Il y a toujours ce mélange entre la conscience-qualité du champ environnemental, et notre intériorité propre. Comme ce ne sont plus des mondes physiques indépendants à nos pensées, mais des mondes miroir, il y a toujours cette interaction entre soi et les autres d'une façon beaucoup plus intime que sur terre. Ici bas, nous pouvons penser à n'importe quoi : ce n'est pas pour autant que nos murs vont s'effacer pour produire des univers correspondants. C'est la grande différence.

Chaque être est victime de ses pensées, ici-bas comme là-haut. Sauf qu'ici-bas, l'individu ne s'en rend pas forcément compte, se sent être la victime d'un destin, d'un fatum (ou bien il met tout ceci sur le compte d'autrui). Dans l'astral, c'est plus difficile de se fuir soi-même du fait que l'impermanence est encore plus rapide que sur terre !

D'ailleurs, c'est peut-être aussi ce qui fait l'intérêt des incarnations dans le plan physique : si on regarde bien, toute âme qu'elle soit lumineuse ou sombre peut adopter un corps physique esthétique, vivre dans un monde relativement stable (dans l'espace-temps). Et ça peut l'aider à acquérir un peu de stabilité intérieure par la richesse contrastée des rencontres.

Sur Terre, nous ressentons rarement, derrière un physique attrayant, si l'individu est un monstre d'égoïsme, ou s'il est altruiste, évolué. Nous pouvons être attirés par le meilleur comme par le pire car le physique fait écran ! De ce fait, des gens à l'âme peu reluisante, peuvent évoluer, comprendre certaines choses, petit à petit, et de vie en vie. Les injustices subies en ce monde, peuvent aussi permettre ces remises en cause : comprendre que le mal pensé, produit le mal visible ! Un monde sans morale sera toujours un monde de souffrances et de chaos. Moins il y a d'intérêt pour la spiritualité et l'amour philanthropique sur une planète, et plus les désordres sont visibles ! D'une certaine façon, l'incarnation "douloureuse" (l'enfer en quelque sorte), peut aider à se libérer...

Le Bouddha Siddharta Gautama s'éveille par la souffrance ! Il souffre de devoir perdre les gens qu'il aime, qui vieillissent, qui tombent malade. Il souffre de cet enfer ! Il comprend que tous les désirs d'avidité sont des quêtes infinies et vaines ! Malgré l'immense richesse matérielle de sa condition et de son palais, il se sent pauvre. En vivant comme un ermite, il ne perd rien...

Je crois qu'en étudiant les diverses mystiques du monde entier, on obtient par synthèse, une certaine unité de pensée sur ces lois éternelles qui gouvernent tous les plans de conscience.

Nous sommes des êtes libres : du meilleur comme du pire. Ce sont nos choix et nos efforts qui font toute la différence !

Aucun lieu ne peut nous sauver de nous-mêmes ! Mais une certaine sagesse, mise en pratique, y parvient très bien. :)

Modifié par le scribe, 31 août 2006 - 11:08.


#21 Merkaba21

Merkaba21

    Membre éthérique

  • Membre
  • 21 messages

Posté 01 septembre 2006 - 00:05

Donc pour faire un bref résumé l'enfer serait plutôt un état d'esprit qu'un lieu bien que cet état d'esprit ne peut se manifester en haut lieux sur les plans plus élevés de la conscience...

Donc pour répondre au sujet du topic : Bas astral synonyme d'enfer ??  pas exactement mais c'est l'endroit ou il y a le plus de chance de voir une entité négative car les êtres sur les plans plus élevés sont des êtres bien équilibrés et n'ont pas de troubles psychologiques et les êtres sur des plans moins élévés Le plan physique en l'occurence, peuvent vivre aussi un enfer mais ceux qui méritent de vivre cet enfer le vivront probablement dans le bas astral.....

Tout me semble assez clair ! ;)

#22 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 01 septembre 2006 - 14:52

Joli résumé Merkaba21 !  :D

Un autre aspect, c'est celui des fréquences. Un vrai magnétiseur sent tout de suite quand une personne rayonne de la santé, ou de l'amour (pour ce dernier, pas quand elle le fait sur l'instant, mais comme un bilan dominant de sa vie, ce qui prédomine en elle), et quand une personne pompe de l'énergie soit du fait d'une mauvaise santé, soit du fait d'un mental maladif ou malsain (pensées haineuses, de vengeance, etc.). Les pensées de culpabilités étant un intermédiaire. Donc il sent quand une personne rayonne tel un soleil, ou pompe l'énergie tel un trou noir. Dans ce dernier cas, il ne s'agit pas d'une alimentation naturelle (on pompe tous de l'énergie la nuit pour se recharger), mais d'un pompage qui vide les autres. Quand on est sensible à ces énergies, ce pompage est même "déchirant", assez douloureux et produit un glacement des énergies. On se sent froid et tout vidé en présence d'une telle personne... L'être rayonnant est chaleureux, l'être torturé, rongé de l'intérieur, "jette un froid". Les expressions populaires sont souvent vraies empiriquement !  :D

J'ai moi-même rencontré quelqu'un comme ça, une personne qui n'a que de la haine dans le coeur et qui est détestée de tout le monde, qui ne pense qu'à faire du mal aux autres et qui le fait ! Son rayonnement est comme une aura, elle aspire même à distance (quelques mètres) l'énergie d'autrui. Vraiment comme un mini trou noir. Cette puissance est telle que vous ressentez une désolation extrême. Même le plus beau paysage à contempler semble désolant en présence d'une telle personne. Dans son tome 1 sur les Formes-Pensées, Anne Givaudan raconte justement sa traversée du bas astral. Ces pensées, ces émotions entraient en elle ! C'est donc bien plus qu'un simple ressenti énergétique qui vide, qui fait mal, c'est aussi une influence psychologique... Une influence qui sera d'autant plus déterminante, efficace, sur les âmes faibles et déjà immorales à la base. Là encore "qui se ressemble, s'assemble".


Le bas astral et "les hautes sphères" se distinguent aussi, comme en plongée sous-marine avec les pressions proportionnelles au niveau de profondeur, par leur qualité énergétique, leur luminosité, leurs fréquences. Le récit de la caverne de Platon est l'allégorie de ceux qui fuient la lumière des vérités universelles, aussi bien sur terre que dans l'astral. Peu importe le lieu, en effet, c'est plus l'état d'esprit qui est mis en cause que la caverne située ici-bas ou là-haut...

Ou pour le dire autrement, tous les lieux déployés par les consciences ont en commun une gamme de fréquences. Et cette gamme de fréquences n'a pas de lieu : elle peut donc aussi bien toucher des gens du bas astral que des gens sur terre qui sont alignés sur ces fréquences. Ainsi, un scénariste de films d'horreur, un écrivain, un artiste, peuvent capter des créations délirantes du bas astral puisqu'ils se sont alignés sur cette gamme de fréquences par leurs désirs, leurs centres d'intérêt. Cela ne les empêchent pas de créer, d'ajouter des choses personnelles sur "cette inspiration" : et ils ajoutent ainsi une charge, une forme-pensée, à ce magma fréquentiel. On peut ainsi expliquer certaines obsessions qui résultent de cette inter-action.

Mais ce qui marche pour le bas astral fonctionne aussi pour les hautes sphères. Les mystiques authentiques sur terre, peu importe leur religion, leur tradition, se connectent à cette gamme de fréquence lumineuse. Eux aussi sont habités par des forces énergétiques qui les transcendent. Ils peuvent donc accéder à des connaissances, guérir des gens, puisqu'ils servent d'intermédiaires. Eux aussi ajoutent leurs touches personnelles à cette plénitude qu'on peut nommer divine (sans référence à un Dieu nommé).

Ce sont donc les mêmes lois (découvertes aussi bien de façon empirique, que dans les secrets des cercles d'initiés) qui gouvernent les hautes-sphères, l'astral, le bas astral et les dimensions physiques. Et c'est ce qui explique bien des coïncidences par la loi d'attraction des semblables ou celle, mentionnée dans la Bible : "Demande et tu recevras".

L'enjeu fondamental est donc le contrôle de ses formes-pensées, c'est-à-dire le contrôle de soi. C'est d'ailleurs la signification mystique du "Connais-toi, toi-même" des sages de Delphes. Celui qui ne contrôle pas ses pensées, ses humeurs, ses pulsions, la finalité de ses actes, ne se connaît pas lui-même car il ignore les répercussions entraînées sur autrui et sur lui-même.

Nous arrivons à la compréhension que tout est lié, rien n'est séparé. Nos pensées, nos émotions nous relient. Comprendre cela évite de cartographier les enfers et les paradis (c'est ce qui se faisait dans l'Antiquité avec par exemple, pour les grecs, le Tartare, le Styx, etc.) comme s'il fallait fuir des lieux pour en rechercher d'autres. C'est bien en soi-même que se trouvent les abîmes ou que s'obtiennent les élévations spirituelles. Le dehors est à l'image du dedans !  :)

Un petit aphorisme de Nietzsche :

"Celui qui combat des monstres, doit prendre garde de ne pas devenir monstre lui-même. Et si tu regardes longtemps un abîme, l'abîme regarde aussi en toi".

Modifié par le scribe, 01 septembre 2006 - 15:13.


#23 -SimRack-

-SimRack-

    Apprentit rêveur

  • Membre
  • 138 messages
  • Sexe:Homme

Posté 01 septembre 2006 - 17:45

J'ai perdu douze neurones en lisant tes posts, le scribe.  :blink:

Je n'ai pas tout comprit, d'ailleurs, je ne pense pas être assez agé et mature pour y parvenir. Mais j'ai quand même un peu cerné les grandes lignes. Par contre, je n'ai pas d'avis, en fait, personnellement, j'attend de métriser les VA pour pouvoir vérifier par moi même. Il y a tellements de théories qui se forment dans ma tête que je m'y pert, je préfère donc de pouvoir faire des "tests", par moi même.
C'est gentil de lire ma signature!

#24 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 01 septembre 2006 - 18:27

Merci SimRack pour ta franchise et ta spontanéité !  :)

Je peux t'assurer que j'essaye d'expliquer les choses clairement et simplement. Mais certains phénomènes sont tout de même complexes, surtout quand ils concernent la mystique, la métaphysique, les états modifiés de conscience. J'étudie ces domaines depuis l'enfance, j'ai commencé par le paranormal, l'ésotérisme pour finir ensuite par la spiritualité et la philosophie (encore plus complexe). J'ai ensuite tenté de faire une synthèse, comme beaucoup d'auteurs d'ailleurs.

Voici 3 livres (de poche) que je te préconise, si tu veux, en peu de temps, y voir déjà plus clair.

1. Aldous Huxley, La philosophie éternelle - Philosophia perennis, Plon/Seuil, 1977 (ISBN : 2-02-004655-5)
2. Bahram Elahi, La voie de la perfection, Albin Michel, 2002 (ISBN : 2-226-13260-0)
3. Frithjof Schuon, Résumé de métaphysique intégrale, Le courrier du livre, 1985 (ISBN : 2-7029-0164-6)

Je les ai classés du plus accessible au plus complexe.

Le tout premier fait une synthèse en visitant de nombreux penseurs avec beaucoup de citations. Il est très enrichissant . Ses pensées s'effectuent en contrepoint.

Le second corrige les lacunes de la psychanalyse car le préjugé freudien était anti-métaphysique. C'est d'ailleurs Jung qui critiquait la conception de la libido comme étant purement corporelle, associée à la sexualité. C'est encore un ouvrage au style simple et accessible.

Le troisième nécessite quelques petits rudiments de connaissance en philosophie métaphysique et en spiritualité. Mais il reste encore très accessible si l'on est pas allergique à quelques termes techniques aussi bien hindous que d'origine grecque (ex. Purusha, Buddhi, Parabrahma, Atmâ, Mâyâ, Agathon, hypostase).

Ces trois ouvrages sont encore très simples à côté des gros pavés qui approfondissent une mystique historique. Ils n'apporteront pas une connaissance profonde des différents courants traditionnels, ce n'est pas leur but. Mais ils peuvent jalonner, esquisser une voie sprituelle, donner des repères.

L'intérêt de ces ouvrages ? Ils ne sont pas du tout d'origine new age. On est encore dans la spiritualité authentique des traditions, et non pas édulcorée avec les modes actuelles qui comme toutes les modes, sont passagères. Et enfin, il en existe très peu qui tentent d'aller au-delà des différences dogmatiques des traditions. Je dirai qu'ils s'efforcent d'atteindre une synthèse universelle.

Or justement ces expériences de mort imminente sont universelles, elles transcendent les dogmes des religions ! Les athées vivent les mêmes expériences d'amour indicible dans la Lumière !  :)

#25 -SimRack-

-SimRack-

    Apprentit rêveur

  • Membre
  • 138 messages
  • Sexe:Homme

Posté 01 septembre 2006 - 19:02

Citation

Je peux t'assurer que j'essaye d'expliquer les choses clairement et simplement.

J'en suis convaincu. Je te remercie de tes efforts. Ce n'est pas à cause de toi que je ne comprend pas trop, vraiment, c'est surtout à cause de la complexité de ce domaine, et aussi de moi.

Merci pour la liste de tes ouvrages, c'est vraiment sympa de ta part. Mais le problème, c'est que j'étudie ce domaine plutôt en secret. Sans le dire à qui que ce soit en fait. Je vis dans un milieu plutôt fermé, ou il n'y a pas trop la place à tous les domaines qui échappent au concret et au sois disant "rationnel". Je n'ai donc pas la possibilité de me procurer ces livres pour l'instant, c'est dommage. La seule source de connaissance que je possède reste internet, nottament et surtout Astal sight, tes posts y compris.  :)  Donc je remercie vraiment votre communauté de partager ce savoir, je vous en suis reconnaisant.  :)

Et encore merci! Et bravo!  :10:
C'est gentil de lire ma signature!

#26 Merkaba21

Merkaba21

    Membre éthérique

  • Membre
  • 21 messages

Posté 01 septembre 2006 - 19:33

Voir le messagele scribe, le Sep 1 2006, 08:52 AM, dit :

Ou pour le dire autrement, tous les lieux déployés par les consciences ont en commun une gamme de fréquences. Et cette gamme de fréquences n'a pas de lieu : elle peut donc aussi bien toucher des gens du bas astral que des gens sur terre qui sont alignés sur ces fréquences.

J'aimerais juste faire une petite analogie a ce que tu dis car pour certains parfois une phrase tournée d'une autre manière peut rendre les choses beaucoup plus clairs a leurs esprits alors mon analogie est qu'on peut comparer ces fréquences aux fréquences radio

Lorsqu'on choisi un poste a la radio on entend tout ce qui se dit a cette fréquence et ce n'est qu'en étant a cette fréquence qu'on peut l'entendre on ne peut changer de fréquences et espérer continuer d'entendre ces memes gens..

En syntonisant une autre fréquence on entend d'autres gens qui discute de divers propos etc

A la différence que ces fréquences dans les mondes supérieurs définissent non seulement ce que l'on entend mais ce que l'on voit, ce que l'on ressent, notre environnement tout quoi..

Fin de l'analogie :P

Modifié par Merkaba21, 01 septembre 2006 - 19:36.


#27 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 02 septembre 2006 - 14:34

C'est une excellente analogie !  ;)

Lorsque j'entre dans la phase hypnagogique et même avant de recevoir cette abondance d'images, j'entends des voix et je suis loin d'être le seul : c'est donc même plus qu'une analogie ! C'est peut-être bien exactement ce qui se produit ! D'ailleurs Sophie Aman (auteur du livre Sophie Aman raconte...) reprend le même exemple de la radio !  :)

#28 Kalonek

Kalonek

    Kamikaze des plans subtiles

  • Administrateur
  • 10 346 messages
  • Sexe:Homme

Posté 02 septembre 2006 - 14:50

L'analogie avec la radio est en effet la meilleure à mon sens, c'est Monroe qui a dû la faire en premier, bossant dans des entreprises d'audio et de télécommunication (formation d'ingénieur). D'où son utilisation du terme "phasing" d'ailleurs qui est emprunté au vocabulaire des radiocommunications lorsqu'il s'agit de se caller sur une fréquence.
Nous trouverons un chemin, ou nous le tracerons. - Hannibal





0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

membre(s), invité(s), utilisateur(s) anonyme(s)