Aller au contenu


Percevoir le passé dans les objets


  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet
15 réponses à ce sujet

#1 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 05 juillet 2006 - 15:10

Raymond Réant (1928-1997) était un parapsychologue, auteur de plusieurs livres sur le sujet, et organisateur de plusieurs stages, chez lui, à Villeparisis, en banlieue parisienne.  :)

Vers la fin de mon adolescence, je lisais ses livres avec fascination, d’autant plus qu’il proposait lui aussi des « sorties astrales».  :10:
C’est donc un homme qui explorait « le paranormal » au sens très large du terme.

A cette époque, j’étais étudiant en psycho et en Egyptologie à Montpellier. Juste avant de déménager pour Palavas-les-Flots, je m’étais exercé à ce que Réant nomme « la psychopathotactie », c’est-à-dire le fait de percevoir par le toucher, le passé d’un objet.

La technique était assez simple : il fallait se détendre totalement (notamment par une respiration lente et calme), créer le vide mental et un écran blanc devant soi. L’objet dans les mains, il suffisait de laisser venir des images surgir sur cet écran (au bout de quelques minutes de total lâcher-prise) mais en respectant scrupuleusement ceci : ne jamais faire d’associations d’idées entre chaque image, aucune interprétation sur le vif. En effet, cette intrusion intellectuelle, ce parasitage, peut faire complètement dévier les scènes visionnées.

C’est le seul exercice des livres de Réant qui a vraiment fonctionné sur moi. Tout d’abord, ça a commencé par des images très brèves, de simples flashs. Je faisais cela sur tous mes amis et toutes mes amies de passage, de simples objets tels que des montres, stylos, pendentifs, etc. Et les résultats étaient toujours corrects, sauf lorsque j’étais fatigué à force de trop en faire.  :P Oui, parce que ça suscite toujours les "- Encore ! Encore ! Et avec ceci ! Et avec cela !"... :D

La confiance aidant, je n’ai plus vu des flashs, mais des scènes entières. Cette fois, les tests étaient aussi plus difficiles. Je me souviens avoir pris dans mes mains la pierre d’une maison chez une famille, et avoir décrit un homme au caractère bien particulier (bourru, râleur, égoïste, solitaire, très âgé)… Cette famille était stupéfaite car il s’agissait de la description de celui qui avait bâtit cette maison ! Donc « la pierre avait bien parlé ».

Toutefois devant tous ces succès, mes parents restaient fortement sceptiques… Ils m’ont alors préparé un test qui à leurs yeux étaient vraiment « Le Test » :huh: … Donc ils me ramènent une pierre, sans me dire d’où elle provient… ce qui est plutôt un atout puisqu’il ne faut faire aucune association d’idée. Eux, pensant que j’avais là un obstacle supplémentaire, je pensais au contraire que c’était une meilleure condition pour faire cette expérience.  :P

Et en quelques secondes, je sens que cette pierre dégage une énorme négativité, pour ne pas dire une noirceur d’âme… J’ai ressenti un château avec un vaste panorama, et un tyran d’une grande cruauté… Je voyais des hommes projetés du haut d’une falaise s’écraser sur le sol (on les forçait à reculer dans le vide avec des lances) : un simple amusement de la part de ce tyran…  :ph34r: L’exercice devenait très pénible car il faut savoir que ces images ne sont pas perçues à l’extérieur de soi comme au cinéma ou à la télévision, mais en soi-même, avec toutes les émotions, les caractères des gens… J’étais donc imbibé du caractère cruel de ce tyran comme si j’étais en lui… J’ai donc demandé si ça suffisait pour « le test » car ça devenait franchement désagréable, à la limite du malaise physique…  :blink:

Et je vois un grand sourire sur le visage de mes parents et en même temps un grand enthousiasme… Mais ils ne disent rien ! Ils vont me chercher une carte postale… Côté photo : le château (situé dans le Vaucluse) que j’avais vu… J’étais déjà soulagé d’observer cette photo qui matérialisait et corroborait ma vision…(bien qu'il s'agissait tout de même d'une ruine, et d'une horrible tragédie).

- Mais c’est pas fini ! Retourne la carte postale et lis !

Et je lis la légende au dos de cette carte postale… Et je découvre, ahuri, que ce tyran avait jeté une partie de sa garnison du haut de la falaise de ce château, sur l’autre partie de la garnison, qui avait installé des pieux, des armes pointues pour les «réceptionner » en bas… Je lisais en toutes lettres ce que je venais de voir en images…

Je ne sais pas qui était le plus surpris de la réussite de ce test… :unsure:  car une telle cruauté semblait à peine croyable… et d’ailleurs, cette vision n’aurait pas été vérifiée que j’aurais moi-même conservé un doute au sujet d’un récit aussi « surréaliste et macabre »…

Mais l’histoire ne s’arrête pas là… Je déménage donc pour mes études… et j’en viens à parler de ces visions du passé à travers les objets. J’apprends cette technique à une étudiante de psycho. Elle fait le test sur ma montre et est déjà capable de me décrire à distance toute ma chambre (qu’elle n’avait jamais visitée), y compris la couleur du vélo de course que j’avais à l’époque… :10:  Très enjouée, elle me dit qu’elle va le faire pour des amis de sa famille et qu’elle me tiendra au courant… (Oui, parce que je lui avais conseillé de choisir des gens qu’elle ne connaissait que très peu, afin d’écarter toute possibilité de puiser dans la mémoire de son propre vécu ;) ).

Elle a donc fait cette expérience sur un objet et leur a décrit dans un luxe de détails tout un environnement (une villa blanche, un superbe décor de rêve)… Elle me téléphone et m’apprend que hélas… ça n’a pas marché, ils n’ont pas identifié ce dont elle a parlé… Elle ne comprend pas ce qui s'est passé car tous les détails lui venaient très facilement… Puis 2 jours passent… Et elle me rappelle tout excitée : cette famille s’est soudainement rappelée d’un lieu de vacances (lors d'une location saisonnière) qui ressemble en tout point à sa description ! Ils avaient même des photos pour l’attester… Pour elle aussi, « la psychopathotactie » avait été un succès.  :)

Je rajouterai juste ceci : à force de pratiquer, je me suis rendu compte que l’objet n’était qu’un support car certaines images que je percevais n’étaient pas des scènes en rapport direct avec l’objet en question. Pourtant « ce film » pouvait être revisionné comme s’il était archivé dans l’objet. J’en étais donc arrivé à la conclusion que tout peut s’imprimer dans l’objet, y compris des souvenirs personnels marquants. Mais l'objet permet aussi de faire lien avec diverses personnes et l'esprit qui le sonde, se connecte ensuite à elles. Il est donc véritablement support... Les associations d'idées concernant l'objet sont donc totalement inutiles et même dangereuses car elles peuvent nous induire en erreur (imagination, fantasme, etc.).

Il est tout de même clair que les objets possèdent la propriété de « retenir » des scènes du temps…

Depuis des années, je ne pratique plus la « psychopathotactie » car, à dire vrai, je n’en vois plus trop l’intérêt si l’on n’a pas des preuves historiques pour confirmer ses visions. Ceci dit, j’ai gardé une sensibilité très nette… Car j’ai visité, encore il y a un peu, un château… et j’ai été stupéfait de voir, d’assister à des massacres… aux habits de ces hommes, je devinais tout de suite qu’il s’agissait de cette chasse aux cathares… Et j’ai rencontré l’adjoint au maire du village de ce château… effectivement un lieu du catharisme… Or ce n'était pas évident à deviner car ce château avait été restauré d'une façon moderne et seule une aile persistait de cette époque... Rénovation pour les concerts d'été, notamment... Donc ce lieu n'avait rien de lugubre en soi... Par ailleurs, ces scènes que je voyais étaient en mouvement et ne concernaient pas seulement le château mais le proche environnement. Et ça fait toujours un drôle de choc de se sentir entre 2 époques, l'une plutôt horrible... et l'autre, actuelle, où c'est le silence de la nature qui a repris le dessus... Un silence parfois lourd de secrets, d'histoires et d'Histoire... :(

Cette même sensibilité fait que je n’ai d’ailleurs pas pu rester plus d’une minute dans les prisons de Venise (près du « Pont des soupirs », l’itinéraire « touristique » qui s’ensuit) car j’entendais des hurlements et assistais à des tortures insoutenables… :angry:  j’étais tout blême, l’endroit m’était absolument inaccessible, à la limite des vomissements… Les cellules étaient situées les unes à côté des autres avec un couloir très étroit qui mène à une petite cour à ciel ouvert, heureusement… Le présent m’engloutissait directement dans les scènes du passé… :ph34r:  Ce qui était très facile à percevoir, si ce n'est à ressentir : les chaînes pendantes aux murs, comme si c'était hier…

Je crois aussi que la raison pour laquelle je n’aime plus pratiquer cela, c’est que ces "images sensibles" imbibent fortement l’esprit puisqu’elles ont un impact émotionnel fort (les sentiments, les émotions sont aussi vivement ressentis et vécus que les images perçues car tout se déploie en même temps). Or, très souvent, visionner le passé, c’est assister à des tragédies… et on en a déjà tellement autour de soi dans le monde, que je crois bon de tourner la page pour tenter de construire un monde meilleur, ne serait-ce déjà, en commençant par son cœur et ses pensées… Entre la spiritualité et la parapsychologie, j’ai préféré choisir le premier itinéraire, plus "lumineux", sans pour autant renier mes explorations du passé…  :)

Modifié par le scribe, 05 juillet 2006 - 15:30.


#2 Kalonek

Kalonek

    Kamikaze des plans subtiles

  • Administrateur
  • 10 346 messages
  • Sexe:Homme

Posté 05 juillet 2006 - 15:29

Fascinant tout ça le scribe ! Ça me rappelle une émission que j'avais vu où on testait une telle faculté chez un individu, parfois les yeux bandés, et il décrivait tout avec des détails impressionants (le lieux d'un crime dans un parking alors qu'il l'ignorait etc.)
Quelle est la méthode que tu emploies pour faire cela volontairement ? Tu fermes les yeux et te concentre sur l'objet en laissant les images venir à toi ? Tu essaies de te relier à l'objet énergétiquement ?

En tout cas ça confirme la tradition populaire qui veut que l'on ne porte pas les bijoux des aieuls car ils sont imprégnés de leurs problèmes entre autre.
Nous trouverons un chemin, ou nous le tracerons. - Hannibal

#3 Eryhwëst

Eryhwëst

    Membre astral

  • Membre
  • 111 messages
  • Sexe:Homme

Posté 05 juillet 2006 - 16:01

Voir le messagele scribe, le Jul 5 2006, 04:10 PM, dit :

Il est tout de même clair que les objets possèdent la propriété de « retenir » des scènes du temps…
C'est prouvé maintenant ; les murs ont des yeux et des oreilles ! Diantre, nous sommes surveillés !  :ph34r:  :D

Absolument passionnant Le Scribe, et comme Kalonek, j'aimerais bien que tu nous décrives un peu plus précisément la façon dont tu peux ainsi te connecter au passé d'un objet ?

Ton récit m'a rappelé ce reportage : http://www.dailymoti...2B/video/261085.  Il est scindé en trois parties, mais la seconde est la plus en rapport avec cette "psychopathotactie". ;)

A bientôt !

Modifié par Eryhwëst, 05 juillet 2006 - 16:06.

Rien ne te met en mouvement, tu es toi-même la roue qui roule d'elle-même, et n'a de cesse. — A. Silesius

#4 Ginko

Ginko

    Membre astral

  • Membre
  • 187 messages
  • Sexe:Homme

Posté 05 juillet 2006 - 16:22

Génial  :10:

Tu nous en caches des choses scribounet  :lol:

J'ai essayé avec un de mes stylos j'ai rien vu du tout lol  :D

#5 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 05 juillet 2006 - 16:42

Voir le messageKalonek, le Jul 5 2006, 04:29 PM, dit :

En tout cas ça confirme la tradition populaire qui veut que l'on ne porte pas les bijoux des aieuls car ils sont imprégnés de leurs problèmes entre autre.

Ah oui, ça les objets, on peut sentir assez facilement (mais je sais que tout le monde n'est pas toujours réceptif), ne serait-ce qu'en posant la main juste au-dessus (disons 10 cm), les doigts bien écartés si "ça tire" ou si "ça émet" de l'énergie (ressentis dans la paume de la main qui sont facilités les doigts écartés). Quand "ça tire", ça fait une impression très désagréable à la base des os des doigts. Et dans ce cas, l'objet pompe de l'énergie... Quand "ça émet", l'objet rayonne positivement : c'est tout bon !  :lol:

Curieusement l'hypothèse "émettre de mauvaises énergies" n'existe pas ! (Sur des années de pratique, je n'ai jamais vu cela). Ou ça pompe, ça tiraille, ou bien ça émet en bénéfique... Bien sûr, ça peut aussi être neutre, quand les objets ne sont pas chargés. (Je passe outre les cristaux qui à l'état naturel vibrent énormément - c'est un autre sujet... et un autre topic d'ailleurs... :D )

La plupart des montres qui fonctionnent à pile produisent d'ailleurs le même phénomène de pompage d'énergie. Mais il existe des alternatives : des montres à base d'énergie solaire, d'autres à mouvements mécaniques (elles se rechargent quand on fait des mouvements), etc. Lorsque je faisais de la musculation, j'ai même subi le test d'un ami avec mon bras portant la montre à pile : c'est incroyable mais j'avais une perte de force musculaire sur ce bras quand la montre y était... Bon, ceci dit, on ne tombe pas malade pour autant... mais ces interactions (certains lieux aussi comme les grandes surfaces alimentaires chargées de néons, de circuits électriques, etc.), vident vraiment l'énergie...

Voir le messageKalonek, le Jul 5 2006, 04:29 PM, dit :

Quelle est la méthode que tu emploies pour faire cela volontairement ? Tu fermes les yeux et te concentre sur l'objet en laissant les images venir à toi ? Tu essaies de te relier à l'objet énergétiquement ?

LA METHODE :

Je prends l'objet en main et je laisse quelques secondes se passer, je reste très détendu, très décontracté, soupèse l'objet, (je peux même faire une petite plaisanterie histoire de rester très relax), je laisse du temps pour que son énergie fasse vraiment corps avec moi, tout doucement, tranquillement. A la limite, je peux même parler encore un peu aux gens, regarder autour de moi, dans cette première "prise de contact".

Puis je respire très profondément et très longuement et en effet, je ferme les yeux à cet instant jusqu'à la fin de l'exercice : le but est alors de faire le vide mental en même temps que la détente physique. Dans cette détente musculaire, je ne pense même plus à l'objet... bien qu'au fond de moi, je sais que je vais puiser dedans... Puisque je tiens cet objet en main, je sais que je vais puiser dedans, ainsi ma pensée peut s'abstraire de vraiment tout... La respiration concentrée consciemment permet le vide mental...

(Je précise hélas que si le vide mental est inaccessible, cet exercice ne peut pas réellement fonctionner... Mais heureusement, dans la plupart des exercices liés à la spiritualité (méditations, etc.) ou liés à la parapsychologie (télépathie, etc.), le vide mental est un état assez basique pour le pratiquant...)


Etape suivante : l'écran blanc comme dans une belle et grande salle de cinéma. Il faut que l'écran blanc soit nettement imaginé, visualisé, perçu. Ici, c'est très clairement une création mentale...

Quand l'écran blanc est "posé dans l'esprit", cette fois, il faut faire comme un spectateur... qui ne sait pas quel film il va voir... qui attend la première image... Il faut attendre très, très patiemment... la première image peut mettre 10 minutes à venir, elle peut-être floue... mais ça peut être aussi un mot, un nom, un bruit, une odeur, n'importe quelle "donnée sensible"...

Puis dans ce cas là, je décris l'image que je vois comme pour m'en débarrasser l'esprit (puisqu'il ne faut surtout pas faire d'associations d'idées, ce serait une façon de dévier vers de l'imagination pure, du style inductif ou déductif). Ayant décrit l'image, celle-ci peut alors s'effacer... ensuite, soit c'est encore un peu de temps à attendre avant la suivante, soit c'est carrément une scène qui surgit. Généralement une petite scène se déclenche au bout de quelques flashs...

En effet, à partir de là, il n'y a plus de règles... On peut avoir la sensation que les images tombent péniblement au goutte à goutte comme issues d'une clepsydre (sablier), donc avec du temps, c'est-à-dire "le blanc de l'écran" entre chacune... Mais ça peut aussi varier avec d'autres données sensibles (le son s'adjoint à l'image, une odeur, etc.). Ou encore c'est une scène qui se met en place. On assite généralement à des séries de petites scènes.

Il ne faut jamais brusquer la personne qui fait cela car "quelque chose se déroule" et si on "casse le fil", on peut le perdre entièrement... Mais on a toujours la possibilité de tout reprendre depuis le début comme un véritable film... (ou de reprendre le début d'une des scènes).

Avec la pratique, les flashs tendent à être moins fréquents et les scènes plus nombreuses, comme si l'esprit devenait plus agile pour percevoir des durées...

Avec encore plus de pratique, on peut même prendre le contrôle du processus... J'en étais arrivé, comme sur un CD-Rom interactif à choisir des directions, donc choisir de développer une vision (en attendant la suite), ou plutôt d'aller vers une autre vision : telle personne ressentie (et d'attendre aussi). C'est un peu comme une arborescence : chaque scène peut permettre une exploration dans une autre "sous-branche".

On peut aussi "demander" quelque chose mais ça ne marche pas toujours... En fait "ça n'a pas l'air vivant", on dirait vraiment qu'on fouille dans des archives mais de façon interactive. Sauf que ces archives comportent des sentiments, des émotions, en plus des images. On ne décide pas de ce que l'on va voir... L'objet peut être totalement muet sur certains aspects... C'est pourquoi je parlais d'interactivité : on explore librement au sein d'un archivage préétabli... (ou alors, on bascule dans la mediumnie, mais là c'est encore un autre sujet... :P )

On réalise aussi des "subtilités" qui deviennent difficiles à décrire. On "sent" des choses qu'on ne voit pas en direct... comme une préscience en quelque sorte... Enfin bien des choses sont possibles car, comme l'indique le titre de ce topic, nous sommes vraiment dans un état modifié de conscience, "un état second"... Ce qui fait d'ailleurs "tout drôle" ensuite, quand on ouvre les yeux... :huh:

Quand on a encore plus de pratique, on peut même reposer l'objet, ne plus le tenir dans sa main, et ça marche tout aussi bien... Mais le danger avec un excès de confiance, c'est de "perdre le lien"... de dériver... Paradoxalement l'agilité mentale peut "faire perdre les pédales"... Donc parfois je gardais l'objet en main, quand je manquais de confiance, mais quand j'étais vraiment profondément immergé, il ne m'était plus utile.

Bien entendu, il y a souvent des parasitages (un téléphone qui sonne, je ne sais quoi encore...). Dans ce cas là, il faut tout reprendre à zéro... C'est ingrat, mais c'est la seule solution pour que ça reste fiable... :rolleyes:

Il se peut aussi que "l'objet ne parle pas"... ça peut arriver, peut-être que l'inconscient se rebiffe ou quelque chose ne passe pas avec la personne, un malaise quelconque... Dans ce cas là, on peut toujours tenter de prendre un autre objet... Il y a parfois une grande différence entre un objet et un autre pour la même personne qui le propose... Je ne sais pas pourquoi mais c'est ainsi...

* * * * * * *


Il faut aussi veiller à quelques sécurités : les objets trop anciens ne permettent plus de vérifications... il faut donc choisir un objet dont on sait à l'avance que la personne pourra corroborer la vision perçue... Dans le cas d'un bijou qui remonte sur N générations, les visions ne peuvent plus être corroborées et tout le monde s'en trouve frustré...

Un objet tout neuf qui vient juste d'être acquis n'est pas bon non plus... car il n'a pas encore eu le temps de bien s'imprégner d'un large vécu... Donc les ressentis seront très pauvres...

Autre cas de figure : on porte un objet qui a été racheté... et là non plus, ça ne va pas car on peut tomber sur des scènes qui précèdent le moment de sa nouvelle acquisition...

Avant de faire cet exercice (si on le fait pour des ami(e)s), il est donc préférable de demander au moins si l'objet a une histoire avant son détenteur ou pas... On peut très bien expliquer pourquoi on pose ces questions, c'est d'ailleurs ce que je faisais. L'idéal étant un objet qui reste dans la limite du champ expérientiel d'un individu, alors le test a une chance d'être vérifié et validé !

(Evidemment, je parle dans un contexte entre "amis" car Réant pouvait le faire avec des archéologues, donc ça change tout... :P )

Est-il nécessaire de dire qu'il faut le faire en silence, que les gens autour respectent ce temps de préparation ? Non : ça tombe sous le sens... Ceci dit, parfois, ils ne sont pas très patients, toussent, font "hum... hum...", d'autres se mettent à rire... enfin, on a des réactions étonnantes parfois de son entourage... Dans ce cas là, il faut se concentrer sur ses images et "les rappeler à soi", c'est cela aussi qui donne "une sécurité", de l'aisance. On peut toujours rappeler une image pour reprendre le fil... en restant dans cet état là... Car si on a quitté cet état second, le rappel de l'image ne sert plus à rien... il "n'aimante plus" la chaîne des images suivantes...

Mais le danger est encore et toujours de faire des associations d'idées... Il faut vraiment s'habituer à "hacher" ses visions (si elles sont déliées bien entendu :P ) sans chercher de liens entre elles...

Pourquoi ?

Supposons qu'on ait capté une image parasite (ou télépathique), si on fait des associations-libres personnelles, l'exercice est vraiment un échec...

Mais si on ne fait que dire ce que l'on perçoit : même si une image parasite se greffe, la suivante est correcte... et finalement, à la fin de l'exercice, on comprend la cohérence de l'ensemble...

C'est donc un exercice de grande confiance (en soi : pour oser le faire) mais aussi dans le processus puisqu'il suppose une "neutralité absolue"... (je parle du jugement porté sur les ressentis, mais évidemment pas du fait d'être touché par les émotions vécues : celles-ci, il faut au contraire les explorer avec attention, minutie et patience... une grande patience...).

Quelqu'un qui n'aurait que très peu d'imagination serait en quelque sorte avantagé pour cette raison là. C'est, je crois, le piège le plus grand car il est très facile de tomber dedans... Cet exercice demande vraiment un "effort sur soi" pour voir sans juger, sans analyser, sans interpréter.

Et puis, comme toujours, l'esprit du "jeu", du ludique, de l'amusement, permet un meilleur état d'esprit (à la condition de ne pas se déconcentrer) : si c'est un échec, ce n'est pas grave. Et si ça marche, c'est parce qu'on a su rester détendu(e)... Donc à tout point de vue, cette détente intérieure est le meilleur dispositif à observer... :)

Modifié par le scribe, 05 juillet 2006 - 17:41.


#6 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 05 juillet 2006 - 17:00

Voir le messageGinko, le Jul 5 2006, 05:22 PM, dit :

J'ai essayé avec un de mes stylos j'ai rien vu du tout lol  :D

C'est pas de l'écriture automatique !  :lol:  :D

Voir le messageGinko, le Jul 5 2006, 05:22 PM, dit :

Tu nous en caches des choses scribounet  :lol:

Je me sens en confiance sur Astral Sight... :lol:  ;)

Modifié par le scribe, 05 juillet 2006 - 17:02.


#7 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 05 juillet 2006 - 18:25

Voir le messageEryhwëst, le Jul 5 2006, 05:01 PM, dit :

Ton récit m'a rappelé ce reportage : http://www.dailymoti...2B/video/261085.  Il est scindé en trois parties, mais la seconde est la plus en rapport avec cette "psychopathotactie". ;)

Bravo Eryhwëst, pour le lien avec l'IMI... :D  ;)

Maud Kristen (qui est voyante) est assez connue, je ne doute absolument pas de son intégrité, son honnêteté. D'ailleurs, parfois elle se trompe. Mais ses succès sont souvent détaillés... On dépasse largement le hasard...

C'est agréable de voir un lien vidéo de qualité : quelle technologie l'internet !  :D

Ceci dit, si c'est bien la seconde partie que j'ai vue, c'est du "remote viewing", de la "vision à distance". C'est assez différent (bien que la base : le "bruit blanc" pour effectuer le vide mental - soit identique).

On pourrait presque dire que ici, c'est une vision dans l'espace... Alors que la psychopathotactie est une vision dans le temps...

De plus, avec cet objet dans la main, j'ai l'impression d'avoir comme "une canne d'aveugle" qui me guide, m'oriente, même si l'esprit peut faire des transitions sur ce qu'il perçoit.

Dans la vision à distance, c'est un exercice beaucoup plus libre, "aérien". Il me semble que c'est un peu plus difficile (bien que tout soit relatif puisque c'est la confiance en soi, inébranlable, qui fait la différence).

Plus difficile à faire, mais plus agréable aussi (car l'esprit est plus libre).

Quand on pratique les deux exercices, on ressent que lors de la vision à distance, "on fouille en soi-même" (même si ça semble très paradoxal de formuler ainsi les choses), dans "l'étendue de son esprit" qui s'avère survoler les lieux, alors que dans la psychopathotactie, on ressent qu'on fouille une donnée qui surgit, comme si on sondait un livre interactif. Ce n'est pas pareil dans la pratique : dans le premier cas, le champ d'exploration est très vaste, dans le second il est très restreint. Un peu comme passer d'une vision macroscopique (une grande étendue, un large survol) à une vision microscopique (approfondir une image, une petite scène du passé).

De même pour deviner les "cartes de Zener" ou des photos dans des enveloppes cachetées, ça peut vite devenir une sorte de torture mentale (bien que ce soit encore un exercice différent).

Enfin, j'ai l'impression que cette vision du passé est déjà une méthode plus douce, plus transitoire, vers des exercices plus difficiles de cette nature...

Maintenant, chacun a des prédispositions naturelles (qui sont latentes tant qu'elles ne sont pas sollicitées) et je ne peux parler avec pertinence que pour moi, pas pour autrui...  :D

Si d'autres membres veulent relater des expériences de ce type, ça serait également intéressant... On pourrait organiser ensuite un festival... :D

Modifié par le scribe, 05 juillet 2006 - 18:45.


#8 manu

manu

    Membre astral

  • Membre
  • 111 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:ille et vilaine

Posté 05 juillet 2006 - 19:21

Merci le scribe pour ce partage d'expérience passionnant et très détaillé, c'est très interressant de voir le passé des objets ou des lieus comme dans le film " le 6e sens " ou le gamin voie des gens pendu dans son école.
Je pense que je vais essayer ta méthode sur des objets, j'avais déjà entendu qu'il était dangereux de porter des bijoux dont on ne connaît pas la provenance.
à plus...  :)

#9 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 05 juillet 2006 - 19:28

Il vaut mieux choisir des objets appartenant à des ami(e)s, c'est plus stimulant. Et de préférence des ami(e)s qu'on ne connaît pas encore beaucoup car les résultats sont alors plus surprenants... Parce que si tu décris des choses que tu vois... mais que tu connais déjà... on pourra toujours te dire : - Ouais, c'est facile Manu !  :D

Il ne faut pas craindre de ne voir que de petits flashs au début... C'est déjà un grand succès, compte tenu que c'est nouveau. Après, ça devient assez grisant à faire...  :lol:

Jusqu'au jour où on se lasse vraiment... dans ces cas là, il y a tellement d'autres exercices à tenter... et à relater sur Astral Sight...  :lol:

Modifié par le scribe, 05 juillet 2006 - 19:29.


#10 Eryhwëst

Eryhwëst

    Membre astral

  • Membre
  • 111 messages
  • Sexe:Homme

Posté 05 juillet 2006 - 21:05

Voir le messagele scribe, le Jul 5 2006, 07:25 PM, dit :

Bravo Eryhwëst, pour le lien avec l'IMI... :D  ;)
C'est à Jsf que revient le mérite d'avoir déniché ces perles.  :10:

Citation

Maud Kristen (qui est voyante) est assez connue, je ne doute absolument pas de son intégrité, son honnêteté. D'ailleurs, parfois elle se trompe. Mais ses succès sont souvent détaillés... On dépasse largement le hasard...
Merci pour ces précisions. :)

Citation

Ceci dit, si c'est bien la seconde partie que j'ai vue, c'est du "remote viewing", de la "vision à distance". C'est assez différent (bien que la base : le "bruit blanc" pour effectuer le vide mental - soit identique).
Oui, "remote viewing". A un moment seulement, il me semblait que Maud usait un peu de la "psychopathotactie". J'ai rapidement mis à l'écrit la partie intéressante ; il s'agit du passage où Mario se penche sur les croquis de l'interviewée : "[...] les dessins de Maud, avec cette coupole-là, on voit une correspondance avec le Grand Palais. Ce qui est intéressant, c'est que le Grand Palais est très intimement lié au Pont Alexandre III. Ils font partie du même ensemble architectural, construit à la fin du XIXème siècle pour l'expo. universelle." A ce moment, Maud apparaît en médaillon et décrit ses ressentis : "Ce lieu a vu passer de très belles réceptions et vu des robes somptueuses. Je sens dans ce lieu une très grande concentration de matériaux précieux : marbre, bois [...] formes alambiquées à l'intérieur. Aujourd'hui l'endroit n'est pas en très bon état ; il mériterait d'être restauré. Je vois de belles peintures et de beaux panneaux (?!) sur les murs."

Interprétation de Mario : "Je pense que Maud a capté l'essence et l'histoire de cet ensemble architectural, en se branchant plutôt sur le Grand Palais que sur le pont."

Citation

De plus, avec cet objet dans la main, j'ai l'impression d'avoir comme "une canne d'aveugle" qui me guide, m'oriente, même si l'esprit peut faire des transitions sur ce qu'il perçoit.

Dans la vision à distance, c'est un exercice beaucoup plus libre, "aérien". Il me semble que c'est un peu plus difficile (bien que tout soit relatif puisque c'est la confiance en soi, inébranlable, qui fait la différence).

Plus difficile à faire, mais plus agréable aussi (car l'esprit est plus libre).

Quand on pratique les deux exercices, on ressent que lors de la vision à distance, "on fouille en soi-même" (même si ça semble très paradoxal de formuler ainsi les choses), dans "l'étendue de son esprit" qui s'avère survoler les lieux, alors que dans la psychopathotactie, on ressent qu'on fouille une donnée qui surgit, comme si on sondait un livre interactif. Ce n'est pas pareil dans la pratique : dans le premier cas, le champ d'exploration est très vaste, dans le second il est très restreint. Un peu comme passer d'une vision macroscopique (une grande étendue, un large survol) à une vision microscopique (approfondir une image, une petite scène du passé).

De même pour deviner les "cartes de Zener" ou des photos dans des enveloppes cachetées, ça peut vite devenir une sorte de torture mentale (bien que ce soit encore un exercice différent).

Enfin, j'ai l'impression que cette vision du passé est déjà une méthode plus douce, plus transitoire, vers des exercices plus difficiles de cette nature...

Maintenant, chacun a des prédispositions naturelles (qui sont latentes tant qu'elles ne sont pas sollicitées) et je ne peux parler avec pertinence que pour moi, pas pour autrui...  :D
Vraiment captivant !  :10:

Modifié par Eryhwëst, 05 juillet 2006 - 21:13.

Rien ne te met en mouvement, tu es toi-même la roue qui roule d'elle-même, et n'a de cesse. — A. Silesius

#11 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 05 juillet 2006 - 21:20

Eh bien merci à Jsf aussi !  :D

Bon allez, je vais vendre la mèche... je vais vous dire le truc de Maud... :10:

Elle TRICHE !
Elle triche en ouvrant largement son chakra frontal...  :D

Je plaisante, mais c'est bien ça, c'est une voyante authentique, donc le passé, pour elle, fait d'ailleurs partie de son protocole à chaque voyance... (c'est pour cela que je l'aime bien : à cause de son intégrité... :P ). En effet, quand elle voit le passé dans son exactitude, alors elle fait aussi une vision de l'avenir et elle encaisse la séance. En revanche, quand elle échoue sur le passé d'un client, elle ne le fait pas payer... C'est son éthique de voyante... Une femme honnête ! D'ailleurs elle militait pour une charte éthique de la voyance, je ne sais pas où ça en est... (Il y en a peut-être pas beaucoup qui ont envie d'adopter ce protocole : "je vois votre passé et vous passez"... :lol: "Pas de passé ? Pas d'avenir !"  :D )

Bon, on me répondra que j'enfonce une porte ouverte car tous les dons de visions (passé, futur, et à distance dans l'espace) sont plus ou moins reliés à des incidences sur ces chakras supérieurs... Eh bien je répondrai... que c'est vrai !  :lol:

Bref, j'ai tenté de montrer 2 approches, celle de Maud Kristen est, je trouve, plus professionnelle, plus poussée (par exemple dans son cas, une simple photo et elle peut faire cette vision du passé... C'est là qu'on comprend que c'est autre chose que de la "psychopathotactie"... Sa conscience se projette directement dans le lieu dit...). J'ai beaucoup de respect pour elle, son travail, son éthique, son approche... (Ceci dit, Raymond Réant, était, paraît-il, capable de retrouver des personnes disparues d'après photo et pendule... En tout cas, c'était ce qu'il écrivait dans ses livres...)

Merci d'ailleurs pour cette vidéo car elle mérite bien cette publicité ! Surtout que ce métier est difficile car il bénéficie à la fois de l'intérêt de l'Etat (certains membres du gouvernement consultent. Il encaisse aussi les impôts... :lol: ), mais aussi d'un dénigrement systématique dans les médias, les débats scientifiques, etc...

Un métier qui (lorsqu'il est intègre) est tout de même fait pour redonner un peu le moral, confiance aux gens, qui souvent ne savent plus très bien où ils en sont dans leur vie... :)

C'était la séquence Emotion... :D

Modifié par le scribe, 05 juillet 2006 - 21:39.


#12 Jolan

Jolan

    Gardien du Feu

  • Administrateur
  • 3 362 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Liège

Posté 05 juillet 2006 - 22:41

le scribe > fascinant !

De nouveau la fiction rejoint la réalité...

Johnny Smith mène une vie idyllique. Il est enseignant en biologie et fiancé à son amour d'enfance, Sarah. Mais sa vie est brusquement bouleversée suite à un grave accident de voiture qui le plonge pendant six ans dans le coma. A son réveil, il découvre que Sarah est mariée à un autre homme, le shérif du comté, et que l'enfant qu'il a eu avec celle-ci ignore qu'il est son père. Il découvre aussi à son réveil qu'il est doté d'un don exceptionnel, celui de la double vue. Un seul contact suffit pour faire jaillir en lui des visions tant du passé que du présent ou du futur...

C'est le préambule de la série à succès "DEAD ZONE", inspirée d'un roman du même nom de Stephen King.
J'ai vu quelques épisodes de cette série et je ne peux m'empêcher de faire le lien avec tes aventures.
La seule différence, c'est que lui touche... les gens !

http://www.stephenki...p?lng=fr&pg=371
Ne vous inquiétez pas ! On va tous mourir.

#13 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 06 juillet 2006 - 11:34

Excellent ton post Jolan !  :)

Car il fait le lien entre la psychopathotactie et la voyance (au sens large) : en effet, lorsque l'on arrive assez bien à lire dans la mémoire des objets ("mémoire" au sens de support, pas seulement en terme de contenu direct), on peut, sans trop d'appréhension, tenir la main d'une personne et répéter l'exercice : on passe ainsi au même type d'expérience mais il s'enrichit considérablement : soudainement, le passé peut s'élargir (sans parler de la perception des vies antérieures), comme peut s'élargir aussi notre vision en ce qui concerne le présent à distance, et les possibilités futures...

De même que la psychopathotactie, souvent pratiquée, peut faire en sorte qu'à la vue d'un objet (sans être obligé de le toucher), des scènes du passé peuvent surgir à la conscience, de même à la vue d'une personne, des images de son passé peuvent également apparaître...

J'ai moi-même eu de tels flashs (sous certaines conditions : présence prolongée avec la personne dans un sentiment de lâcher-prise).

Alors dira-t-on : - Oui, mais comment savoir que de tels flashs liés au passé ne sont pas fantasmagoriques, le fruit de notre production personnelle ?

Si l'on constate qu'entre le ou les flashs perçus et la personne présente, apparaissent des traits communs caractéristiques, on pourra se dire qu'il y a tout de même des chances pour ce que ce soit plus qu'un simple fantasme... Par ailleurs, cette personne pourrait aussi confier d'elle-même qu'elle aime cette époque (s'il s'agit d'une vie antérieure), ou corroborer certains éléments, si on l'interroge sur son passé, etc. On ne peut parler de "preuves" mais "d'indices de possibilité" qui peuvent éclairer notre compréhension psychologique...

Ceci dit, il faut être très prudent avec de telles hypothèses car il est beaucoup plus fréquent et facile de projeter sur une personne nos fantasmes personnels, que de la ressentir via son passé karmique... En fait, les conseils de prudence de la psychopathotactie doivent être conservés : ne pas chercher à faire des associations d'idées, ne pas juger, juste laisser venir patiemment qu'une image, qu'une donnée sensible surgisse... Postérieurement, on peut ensuite vérifier si cette image n'appartient pas déjà à un "bagage personnel de prédilection", ce qui ne manquerait pas d'être le cas s'il s'agit d'une projection fantasmagorique... En revanche, si le flash entrevu ou la scène perçue n'évoquent rien dans nos domaines de prédilection, on s'oriente peut-être bien vers une authentique vision...

En bref : prise isolément, une vision est difficile à interpréter. Mais reliée à un contexte, elle permet de savoir si l'on projette (si l'on fabrique sa propre fantasmagorie) ou si l'on perçoit avec fiabilité...

C'est la raison pour laquelle Maud Kristen, n'ayant pas de preuves qu'elle perçoit réellement un futur probable d'un client, préfère commencer par lire son passé... Si elle perçoit réellement son passé (donc que son client le lui confirme), elle considère que sa vision étant fiable, elle peut se fier aussi aux flashs, aux scènes du futur qu'elle verra. Maud pare ainsi à l'hypothèse d'une fantasmagorie projetée de sa part sur le futur de ses clients...

Evidemment, on pourrait dire que l'un (le passé perçu) n'est pas une preuve consécutive de l'autre (le futur perçu)... D'autant plus que la personne avisée peut changer des décisions (puisqu'elle reste libre) dans les chaînes causales...

Le terme de "preuve" au sens des sciences dures, ne peut pas être de mise... Même quand la personne vit exactement le futur annoncé... (eh oui, puisqu'elle est libre, elle peut vouloir donner raison consciemment ou inconsciemment à la vision).

Ceci dit, un des cas les plus frappants qui me soit arrivé : une mère vient me consulter pour connaître l'avenir de son fils... et je l'ai vu trouver du travail "portant une blouse blanche"... Or il a trouvé du travail dans les télécommunications... et portait justement une blouse blanche... (elle est revenue me voir plusieurs mois après, toute heureuse de m'annoncer la nouvelle et la justesse de cette voyance  :) ). Comment aurait-elle pu être influencée au point de donner raison à cette vision quand il s'agit des choix de son fils (qui pour sa part est dans le prolongement de ses études qui restreignent ses choix) ? Je n'avais pas parlé de télécommunication... et j'ignorais même qu'on pouvait porter une blouse blanche dans de tels services... Au pire, on parlera de hasard... Au mieux : que c'était une voyance authentique...  :)


Mais on peut parler d'indices de fiabilité (c'est ainsi que Maud Kristen perçoit d'ailleurs les choses).

Pour ma part, j'ai constaté aussi d'autres indices au niveau de la qualité des images perçues : lorsqu'elles sont diaphanes, c'est une probabilité faible, lorsqu'elles sont floues, quelque chose de très lointain, et lorsqu'elles sont très nettes, très précises et colorées, des visions hautement probables et généralement assez proches dans le temps...

Evidemment, ce système n'est valable qu'avec une bonne pratique car un débutant commencera, très souvent, par des visions floues ou diaphanes... Et puis peut-être bien, ne remarquera-t-il même pas cette subtilité dans la qualité des visions perçues...

Je pense que si on interrogeait d'autres voyants authentiques, on apprendrait des petits trucs de ce genre, "des indices de fiabilité"...

Mais il convient de rester prudent sur "ce que l'on affirme" car la psychanalyse a largement réussi à démontrer que notre inconscient est fantasmagorique et qu'il est capable de construire constamment des allégories sur tout ce qu'il voit... On s'en rend compte dans les rêves dits "classiques" (non orientés par des expériences énergétiques ou astrales comme sur ce forum).

Par ailleurs, puisqu'il faut être honnête jusqu'au bout, il existe un grand nombre de voyants qui ne voient pas grand chose d'authentique mais qui projettent... leurs peurs personnelles, leurs angoisses, leurs fantasmes, leurs rêves inassouvis, etc.

Lorsque j'avais travaillé comme voyant dans un Palais des Congrès, lors des pauses (pour souffler un peu), j'assistais même à des plaisanteries douteuses... Un voyant demandait à un collègue :

- Alors combien tu en as fait pleurer aujourd'hui, toi ?
- (il donnait un chiffre) Et j'ai même donné un mouchoir à la dernière !

Lorsque l'on sait "qu'effrayer" un client, c'est souvent la meilleure garantie pour qu'il revienne afin de contrecarrer le futur annoncé, on peut se demander si ces projections fantasmagoriques du voyant sont toujours inconscientes... <_<

C'est d'ailleurs suite à ces constats (et surtout suite au fait que les gens demandent toujours la même chose aux voyants), que j'ai arrêté cette activité... et puis ça pompe beaucoup d'énergie de faire cela "à la chaîne"...

On peut certes cultiver de grands doutes au sujet de la voyance (dans le passé, l'espace, le futur) mais justement les expériences parapsychologiques auxquelles s'est prêtée Maud Kristen par exemple, démontrent que certains sujets font bien plus que fantasmer, projeter leurs peurs ou leurs créations inconscientes... Lorsque le hasard est dépassé sur les courbes statistiques, on peut être en droit de parler de "phénomènes psi" ou "parapsychologiques"...

Il appartient donc de trier le bon grain de l'ivraie... bien que cette entreprise de discernement ne soit pas toujours très aisée... :)

Modifié par le scribe, 06 juillet 2006 - 12:03.


#14 manu

manu

    Membre astral

  • Membre
  • 111 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:ille et vilaine

Posté 06 juillet 2006 - 12:19

Je pense qu'un bon voyant ne doit pas parler de ce qui est trops négatif, sauf s'il peut sauver la personne parce qu'elle est malade, elle a un cancer par exemple et qu'il est encore temps de le soigner, le but de la voyance est d'aider la personne, pas de la casser, de la désespérer.

#15 Anakine

Anakine

    Disciple

  • Membre
  • 2 061 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:essone 91

Posté 07 juillet 2006 - 07:51

Je n'ai qu'un seul mot à dire "OUWA "!!!!  :10:

Le scribe tu m'étoneras tous les jours.

Grand merci pour ce partage d'expérience !   :10:  

Je vais essayer aussi !
Compassion et amour sont les maîtres mots !

Mon blog (toutes mes expériences sont ici).
Mon site : Le Temple Reiki.
Mon forum (dédié principalement au Reiki, mais aussi à tout autre sujet que vous souhaiteriez aborder, même les sujets théoriques).
Mon myspace (venez découvrir mes créations musicales).





0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

membre(s), invité(s), utilisateur(s) anonyme(s)