Aller au contenu


Le Souffle


  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet
9 réponses à ce sujet

#1 khalem

khalem

    Membre éthérique

  • Membre
  • 48 messages
  • Sexe:Homme

Posté 06 juin 2006 - 21:58

J'ai choisi de poster ici ce message mais il aurait aussi bien pu aller dans le forum Energie.

Le souffle est un élément très important pour les travaux sur l'énergie et/ou sur la conscience. La clé essentielle est tout d'abord d'apprendre à aimer son souffle. Cette expression peut paraître un peu étonnante mais elle représente pourtant quelque chose de bien tangible ; l'amour dont il est question n'est pas un principe abstrait mais quelque chose qui engage concrètement notre Attention dans un sens précis : apprendre à aimer son souffle signifie apprendre à porter une attention profonde et inconditionnelle sur sa respiration en ressentant intimement tous les bienfaits qu'elle nous apporte, la Vie qu'elle véhicule à travers tout notre être ---> c'est une attitude attentive et remplie de gratitude, qui à elle seule décuple les nombreux bienfaits que le souffle peut nous apporter. C'est la base de toute pratique sur la respiration.
La gratitude dont je parle est quelque chose de très simple, inutile d'y penser beaucoup, au contraire : il s'agit surtout de la vivre intérieurement de façon naturelle en portant une attention aimante et reconnaissante sur sa respiration. C'est souvent les choses les plus simples qu'on ne voit pas et qu'on néglige : on est tellement habitué à respirer qu'on n'en a presque plus conscience, on a banalisé quelque chose qui est véritablement essentiel et il s'agit de redonner son sens sacré à notre souffle. C'est le même principe que ce que disait elminster au sujet des plantes chamaniques qui doivent être approchées avec une attitude respectueuse et aimante si on veut bénéficier de leurs enseignements. Comme il l'a très justement dit, ce sens du sacré manque souvent aux occidentaux et ceci est la cause de nombreuses déconvenues. Ici c'est la même chose, lorsque la gratitude dont je parle est présente, la respiration est vécue naturellement comme le souffle de Vie qui s'exprime à travers soi.

Il est donc très important d'apprendre concrètement à aimer sa respiration, à la connaître et à travailler librement avec elle : elle doit devenir une partenaire d'évolution qui est toujours là, unie à vous, elle vous enseigne directement de nombreuses choses, vous entretenez avec elle une relation intime et totalement libre.

Je vais maintenant vous partager quelques techniques très simples que chacun pourra utiliser et adapter naturellement à sa propre structure : comme pour tout, et particulièrement avec le souffle, il ne faut pas forcer ni chercher à suivre des règles trop précises qui contraindraient inévitablement le pratiquant au lieu de lui apporter plus de liberté. D'une manière générale on respirera avec le nez, excepté lors de l'expiration de la respiration complète qui peut se faire aussi avec la bouche. J'ai donné des noms à ces techniques pour en faciliter le partage :


Le souffle naturel

C'est la technique de base, elle est essentielle. Je l'ai déjà évoquée dans ce message :

http://forum.astrals...indpost&p=29994

Je ne rajouterai pas grand chose : ici le maître mot est l'attention passive, on s'unit à sa respiration sans chercher à l'amener dans une direction ou une autre. On se laisse entièrement porter par elle. Il s'agit "d'accrocher" son souffle, l'attention est fixée fermement sur lui : je trouve le terme "accrocher" très parlant car l'Attention "accroche" les choses lorsqu'on apprend à s'en servir correctement, elle les "attrappe" et peut se fixer sur elles. C'est donc ce qu'on doit faire ici, se fixer simplement sur le rythme de son souffle sans intervenir dans son mouvement, simplement être le témoin ravi de toutes les sensations que l'on ressent lors de l'inspiration et de l'expiration. Cette technique est réellement très simple dans son principe tout en étant très puissante : elle est non seulement très efficace pour l'entrée en transe et en méditation, mais elle représente au-delà de ça une habitude bénéfique que l'on peut étendre progressivement à chaque instant de sa vie, comme une seconde nature qui s'installe peu à peu et apporte une immense paix ainsi que de nombreux enseignements sur soi-même ---> votre respiration vous parle et vous apprend beaucoup sur vous-mêmes et les situations que vous vivez.


Le souffle guérisseur

Ici les choses sont toujours très simples, vous avez une douleur et vous allez la traiter avec votre souffle. Le principe est le suivant : vous portez toute votre Attention sur votre souffle et en même temps sur l'endroit que vous voulez soigner. Il n'y a justement rien d'autre à faire, ce qui doit être fait se fera naturellement. En utilisant votre attention ainsi vous allez naturellement diriger toute l'énergie apportée par le souffle vers l'endroit à guérir. De même que précédemment ne cherchez pas à influer sur le rythme de votre respiration, laissez faire les choses : il va se régler naturellement en fonction de la souffrance que vous ressentez, au fur et à mesure que votre Attention "accrochera" en même temps votre souffle et le point de douleur.
Cette technique peut bien-sûr être utilisée sans avoir de souffrance particulière, elle permet simplement d'envoyer de l'énergie à un endroit précis, que ce soit en soi ou à l'extérieur de soi. Pour pouvoir l'utiliser efficacement il faut simplement savoir pratiquer le souffle naturel : quand on est familiarisé avec cette technique, on apprend naturellement à pratiquer le souffle guérisseur en soi-même. On peut par la suite l'utiliser pour projeter de l'énergie à l'extérieur de soi en se concentrant simplement sur le point cible en même temps que sur son souffle.

=> cette technique est basée sur ces deux principes :

1) la respiration apporte l'énergie vitale.
2) l'Attention permet entre autres de créer des liens énergétiques et de diriger les influx d'énergie.


La respiration abdominale

Elle consiste à respirer "avec le ventre", c'est-à-dire avec la partie basse des poumons. On part du souffle naturel et on le dirige vers le ventre : on ne force pas, on cherche simplement à inspirer et expirer avec le ventre. Lors de l'inspiration, le ventre se gonfle alors que la poitrine et les épaules restent immobiles, et lors de l'expiration le ventre se dégonfle naturellement. Au moment de l'expiration, on ne cherche pas à forcer l'expulsion de l'air, on se laisse simplement aller : il suffit juste de faire en sorte que l'inspiration se fase au niveau du ventre, c'est tout.

C'est quelque chose de très simple et naturel, c'est comme ça que l'on respire spontanément quand on est bien détendu. Aussi on peut utiliser la respiration abdominale quand on cherche à s'apaiser intérieurement, dans des moments  de stress par exemple, ou tout simplement avant de commencer une médiation.

#2 khalem

khalem

    Membre éthérique

  • Membre
  • 48 messages
  • Sexe:Homme

Posté 06 juin 2006 - 22:38

L'énergie et la conscience sont deux aspects très étroitement liés de la même réalité, comme les deux facettes de la même médaille. Elles influent l'une sur l'autre de façon totalement intime : l'énergie est conscience et la conscience est énergie. Les deux techniques qui suivent représentent deux extrêmes, la première étant plus axée sur l'aspect énergie et la seconde sur l'aspect conscience.


La respiration complète

Ici on va remplir le plus possible les poumons du bas vers le haut, puis faire une rétention et finalement expirer au maximum tout l'air afin de vider autant que possible les poumons. On ne cherche pas à suivre un rythme précis du genre 1/4/2, on fait les choses naturellement en accord avec son propre rythme qui va de toutes façons changer au cours de cette pratique : au fur et à mesure l'inspiration et l'expiration se feront de plus en plus amples et profondes, il ne s'agit absolument pas de chercher à réguler leur durée, mais simplement de remplir au maximum les poumons puis de les vider au maximum en suivant spontanément notre rythme interne. La rétention d'air entre les deux doit être aussi gérée intuitivement. Un peu plus en détail :

- L'inspiration : comme pour la respiration abdominale on va commencer par remplir le ventre (poitrine et épaules immobiles). Ensuite on continue à inspirer en remplissant la poitrine, c'est-à-dire la partie médiane des poumons (le ventre est déjà gonflé et maintenant c'est la poitrine qui se gonfle, les épaules restant toujours immobiles). Puis on termine en remplissant le haut des poumons, nos épaules s'élèvent au fur et à mesure que nos poumons finissent de se remplir. Cette inspiration se fait de façon fluide et continue, on remplit simplement le + complètement possible les poumons du bas vers le haut : le ventre se gonfle, puis la poitrine se gonfle et finalement les épaules montent dans un mouvement naturel et sans chercher à suivre un rythme particulier.
Du point de vue énergétique cette phase sert à emmagasiner et accumuler de l'énergie à l'intérieur de soi.

- La rétention : après avoir rempli au maximum ses poumons on retient l'air inspiré. Il ne s'agit pas de chercher à battre le record du monde d'apnée, mais de laisser l'énergie accumulée travailler naturellement à l'intérieur de soi. On ne force pas inutilement, on suit son intuition du moment : cette phase correspond au 1er et au 2nd degré à "suivre spontanément son inspiration". Elle peut durer plusieurs minutes ou simplement quelques secondes peu importe, chacun doit chercher à être en accord avec soi.

- L'expiration : on vide le plus complètement possible ses poumons sans chercher spécialement à commencer par le haut ou le bas. L'important c'est de vider le plus possible tout l'air emmagasiné à son rythme en expirant au choix avec la bouche et/ou le nez.
Il y a essentiellement ici deux phases : au début on expire tranquillement après la rétention puis on va commencer à exercer un effort pour finir de vider les poumons ; cet effort va s'amplifier progressivement jusqu'à ce qu'on ait rentré au maximum son ventre tout en le contractant. En effet, si on ne doit pas chercher spécialement à commencer par vider le haut ou le bas des poumons, invariablement en arrivant sur la fin de l'expiration on en vient à contracter naturellement son ventre afin de vider au maximum tout l'air.
Ici on expulse hors de soi les impuretés énergétiques.

On recommence ensuite l'inspiration à son propre rythme, au fur et à mesure le souffle devient tranquillement de + en + ample, profond et lent.

Cette technique sert essentiellement à purifier et amplifier son niveau d'énergie, c'est un travail plutôt intensif et radical qui apporte très rapidement de grands bienfaits.


La respiration fantôme

Elle est l'opposée de la technique précédente, puisqu'elle consiste à réduire au maximum l'inspiration et l'expiration jusqu'à quasiment arrêter sa respiration. Elle est la plus difficile mais on peut commencer à se familiariser avec elle après une bonne session de respiration complète grâce au "décapage" qu'elle aura permis d'une part, et d'autre part car après avoir fait un gros travail avec son souffle, on en vient assez naturellement à vouloir le poser et "l'éteindre". Une bonne préparation est donc de faire quelques respirations complètes, puis de pratiquer le souffle naturel quelques temps. Ensuite, au sein du souffle naturel, on va introduire l'intention de calmer tranquillement sa respiration, on va commencer alors à intervenir légèrement et avec une grande douceur sur le souffle naturel afin de réduire peu à peu l'étendue des inspirations/expirations. Il est très important de trouver un juste milieu, il faut apprendre à faire preuve en même temps de contrôle et de lâcher-prise : on exerce un minimum de contrôle au sein d'un lâcher-prise global afin de diriger lentement le souffle vers son "extinction". Si on force en cherchant trop à "étouffer" son souffle, on se sentira en manque d'air et on devra inévitablement reprendre à nouveau un rythme plus ample par la suite. On doit agir tout en douceur.
Il s'agit ici de voir chaque inspiration et expiration comme des mouvements contraires qui s'articulent autour d'un point d'équilibre, il y a un flux et un reflux et entre chacun de ces mouvements il y a une phase neutre, un moment d'arrêt : le principe c'est de se centrer sur ce moment d'arrêt entre chaque inspiration/expiration, de se focaliser tranquillement sur ce point d'équilibre afin de le faire "exister" de + en + et donc de diminuer peu à peu les inspirations et expirations. Imaginez une balançoire qui va continuellement d'avant en arrière : vous cherchez alors à l'immobiliser en vous concentrant sur son point d'équilibre, ce qui va réduire progressivement chacune de ses impulsions vers l'avant et l'arrière.
Encore une fois il ne faut surtout pas forcer, il faut faire les choses naturellement et avec fluidité : après une bonne session de respiration complète et de souffle naturel il est "assez facile" de réduire progressivement son souffle jusqu'à rendre quasiment imperceptibles ses inspirations/expirations. Le souffle s'approche alors de l'extinction pure et simple, par la pratique chacun peut atteindre des états plus ou moins poussés en ce sens.

Cette technique agit principalement sur la conscience qui s'étend hors des limites habituelles et devient excessivement performante : il est par exemple possible dans cet état d'accéder à certains niveaux de la connaissance immédiate et d'obtenir ainsi de façon directe des réponses à de nombreuses questions, ou de dépasser très facilement un blocage ancien par le détachement profond que cette méthode induit. La respiration fantôme permet de façon générale d'ouvrir grandement sa conscience, aussi radicalement que la respiration complète élève le niveau d'énergie.

#3 Kalonek

Kalonek

    Kamikaze des plans subtiles

  • Administrateur
  • 10 346 messages
  • Sexe:Homme

Posté 07 juin 2006 - 08:33

Merci pour cet article khalem ! Je connaissais déjà ces différents types de souffles et leur pratique, mais ça pourra apporter des méthodes intéressantes pour les membres sans aucun doute.
Nous trouverons un chemin, ou nous le tracerons. - Hannibal

#4 kazuki

kazuki

    In Silent Hill

  • Membre
  • 942 messages
  • Lieu:Nîmes

Posté 08 juin 2006 - 03:13

Oui merci, j'avais pratiqué certaines méthodes, d'autre moin, puis j'avais mi de côté...

Tu m'as redonné le gout de reprendre l'exercice, ça permet de se concentrer réellement dessus, et de plus en faire de cette action banale  "quantitif" mais plutôt "qualitatif" (si je peux me permettre)
Mon âme se compose et decompose
comme un puzzle mélancolique...
dont chaque pièce a sa propre tristesse.

#5 Neogloups

Neogloups

    Visiteur

  • Membre
  • 7 messages
  • Sexe:Homme

Posté 08 juin 2006 - 19:22

Je vais essayer d'expérimenter tout ça :D .
En relaxation,je me met naturellement en respiration abdominale,mais au bout d'un moment,je passe aussi automatiquement en respiration fantome,c'est assez étrange,je n'ai plus l'impression d'avoir besoin de respirer.

Modifié par Neogloups, 08 juin 2006 - 19:23.


#6 Astral_Pirouette

Astral_Pirouette

    Membre silencieux

  • Membre
  • 293 messages
  • Lieu:Le point lumineux... au centre.

Posté 09 juin 2006 - 18:37

La respiration fantôme... C'est donc ainsi que cela s'appelle !  :)

Merci beaucoup khalem pour toutes ces précisions.  ;)
"Tout simplement être et tenter d'atteindre une humanité... Réduire la vie à des formules indécises est bien impossible, elle, tu vois, se nuance à l'infini..." Etty Hillesum.

#7 khalem

khalem

    Membre éthérique

  • Membre
  • 48 messages
  • Sexe:Homme

Posté 09 juin 2006 - 19:17

Avec plaisir ! La respiration fantôme c'est juste un terme que j'ai inventé pour partager ça plus facilement. Comme le souffle naturel et le souffle guérisseur.  :)

#8 Turquoise

Turquoise

    Membre éthérique

  • Membre
  • 37 messages
  • Lieu:30 km de Bruxelles

Posté 13 juin 2006 - 15:44

Merci Khalem  :) pour ces explications fort intéressantes sur les différents souffles qui permettent de se maintenir en bonne santé, voire d’élargir la conscience.

Je voudrais vous faire part de mon expérience, celle de quelqu’un qui a bousillé et dû rééquilibrer son souffle, pour souligner à quel point il est important…

Lorsque j’étais adolescente, ma mère me répétait souvent que je ne devais pas respirer par le ventre, comme le font naturellement tous les enfants, mais par les poumons pour que je n’aie pas un gros ventre plus tard. Elle projetait sa peur sur moi vu qu’elle en avait un qu’elle n’avait pas réussi à aplatir après ses trois accouchements – elle projetait également sa croyance selon laquelle une femme doit avoir un ventre plat (pour être acceptée, pour ne pas être différente, pour être féminine, par souci d’esthétisme ou que sais-je).
J’ai donc forcé mon mécanisme naturel et, comme vous pouvez l’imaginer, je me suis coupée par la même occasion de mes chakras inférieurs. Bref, chaque fois que je ressentais une peur, une colère ou une tristesse, qu’on m’avait bien fait comprendre qu’elles n’avaient pas droit d’expression, je bloquais ma respiration (puisque dorénavant tout se passait là) et une oppression apparaissait au niveau des poumons. C’est ainsi que le mécanisme des apnées s’est enclenché chez moi, apnées le jour dès qu’il y avait menace de danger, de peur éventuelle et apnées la nuit parce que l’inconscient avait bien appris la leçon.

Alors voilà, je me suis retrouvée à 36 ans avec le poids d’une montagne sur la poitrine, qui avait même envahi mon plexus, j’vous dis pas !

La respiration (entre autres) m’a bien aidée à rétablir un souffle plus paisible. Ben oui, quand on force la nature dans un sens qui n’est pas la sienne, il faut une attention, une volonté et une persévérance toute particulières pour lui faire reprendre sa place. C’est comme une vieille et lourde roue qui tourne à plein régime qu’il faut arrêter et faire tourner dans l’autre sens.

Pour traiter mon cas, j’ai pratiqué (et je pratique toujours quand c’est nécessaire) deux sortes de souffle :
- Inspiration normale + expiration avec une poussée à partir de la zone des poumons vers le bas accompagnée du son grave « sssseueueueueueueu ». Plusieurs fois.
- Inspiration en « ouvrant » le plexus solaire le plus largement possible. Plusieurs fois également.
L’oppression disparaît assez rapidement.

Après 7 ans de pratique, il m’arrive encore de temps en temps de me réveiller la nuit avec une oppression sur les poumons ou d’en sentir pendant la journée (elles surviennent de manière tout à fait aléatoire), mais le souffle naturel revient petit à petit ;) .

Turquoise
"Une perspective éternelle aide à voir les choses sous leur vrai jour"
N.D.Walsch - Conversation avec Dieu

#9 aurinko

aurinko

    Fils du soleil

  • Membre
  • 271 messages
  • Sexe:Homme

Posté 13 juin 2006 - 15:57

sur ce theme du souffle je recommande le livre du Dr Lefebure le Pneumophene qui etudie les differentes techniques respiratoires sous un angle que l'on a pas l'habitude de voir.

Il y expose les differentes pratiques, (triangulaire, carrée, circulaire etc...) et les differents rythmes, les effets de ces differentes respirations ; ainsi que les pratiques mentales en terme de pensées rytmées que l'on peut adjoindre aux exercices respiratoires.
C'est un ouvrage essentiellement pratiques et qui permet de choisir en conscience le type de respiration en fonction des effets recherchés.
« To learn, read. To know, write. To master, teach. »


#10 Ginko

Ginko

    Membre astral

  • Membre
  • 187 messages
  • Sexe:Homme

Posté 13 juin 2006 - 16:21

Personnellement, jusqu'a environ l'age de dix ans j'ai toujours cru qu'on respirait en gonflant les poumons et en rentrant le ventre pendant l'inspiration.

J'ai été voir un kinesitherapeute pour des problèmes de dos et c'est la que l'on m'a appris à respirer. Et depuis je respire à peu près correctement. Sauf que j'ai souvent tendance à me mettre en apnée dès que je dois me concentrer ou lorsque je fais face à un problème.

mmm je me demande qu'elles sont les conséquences au niveau energetique de ce type de respiration  , turquoise tu fais allusion à un mauvais developpement des chakras inférieurs ?  

D'autre part je sens également une forte tenssion autour du plexus et dérrière le dos au même niveau. Je crois que c'est dans cette zone que s'accumule le stress.

Je vais essayer ta technique de respiration  ;) .





0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

membre(s), invité(s), utilisateur(s) anonyme(s)