Aller au contenu


[Expérience] Une méthode qui a porté ses fruits


  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet
31 réponses à ce sujet

#1 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 19 mai 2006 - 11:19

Ouf ! Incroyable mais vrai !  :lol:  

Je suis très, très heureux d’avoir enfin réussi mon premier voyage astral !  :D  


Bien que ça aura été très bref mais tellement magique quand même ! Je tiens à préciser le contexte, tout d’abord.  :)

Hier matin, j’ai posté mon récit d’un rêve inhabituel : un rêve "kinesthésique" de "conversion", c’est-à-dire que ma conscience onirique pouvait transposer en imageries, les déplacements de mon corps astral incorporant mon corps physique. C’était quelques secondes, juste avant le réveil.

Cette nuit, j’ai dormi et rêvé normalement, comme à mon habitude. Mais ce matin, j’étais tellement dans un état « second », au sens où le corps physique dormait pratiquement tout seul, que j’ai décidé de tenter un vA. Et voici comment je m’y suis pris.  :)


* * * * * * *


J’ai d’abord eu ce désir, ce profond désir : faire un voyage astral.

Il s’est passé alors un phénomène étonnant : mon sang affluait énormément vers mes oreilles, ça pulsait comme si mon cœur battait dedans. Ce fut tellement dérangeant que j’ai changé de position pour « être bien », je me suis tourné sur le côté.

Puis j’ai été particulièrement intrigué par le fait que je ressentais de la lumière dans «ma vision intérieure purement psychique» alors que j’avais les yeux fermés et que mes volets ne laissaient rien filtrer du tout. C’est alors que je me suis dit intérieurement : - Mais si tu laissais venir à toi cette vision psychique de tout ce qui t’entoure ?  ;)

Je dis bien « si tu laissais venir à toi » car auparavant je m’efforçais par l’imagination ou la mémoire, si l’on veut, de me représenter les lieux cibles d’après la méthode de William Buhlman… Mais sans succès.

Donc c’était une vision psychique « passive » en quelque sorte, qui inspecte des lieux connus ou reconnus, certes, mais qui ne tente pas d’imaginer, ne tente pas de créer, ne tente pas de visualiser. Ceci est très important car ayant réussi mon premier voyage astral conscient, je comprends enfin mes erreurs de méthodologie par le passé…

Ainsi, ma vision psychique était finalement comme une « capacité latente » que ma conscience dénigrait ou laissait de côté. Je reviendrai tout à l’heure sur ce point car il est important.

Je reviens un peu en arrière : je m’étonne de réaliser que je ressens de la lumière dans ma vision psychique, et décide de continuer à « explorer mes ressentis ». Et je n’ai eu aucun problème pour « laisser venir » tout mon environnement, y compris derrière mes volets, ma baie vitrée…

Perte de conscience (comme si je sombrais dans un nouveau sommeil)

Réveil total de la conscience…. :10:

Et voici le récit de mon premier VA  :lol:

Je me retrouve exactement comme dans le film « Au-delà de nos rêves », en suspension dans le ciel… Ma conscience était celle de l’état de veille, c’était inouï… N’ayant jamais hélas pu faire de VA conscient auparavant (je m’endormais systématiquement :P ), je redoutais un peu (je dois être franc) que les VA ne soient que des rêves éveillés… J’ai fait de nombreuses fois des rêves éveillés (j’appelle par cette formulation le fait d’avoir conscience de rêver), et je puis vous dire que non, fort heureusement, ça n’a rien à voir du tout…

Pourquoi ? Eh bien lors d’un rêve éveillé, on sait que l’on rêve et nous ne sommes pas si libres que cela… On réagit, ou plutôt on interagit dans « un programme ». De plus, j’ai fréquemment constaté que « ma mémoire diurne » était tronquée, ce qui permettait des rêves fantaisistes bien que toujours « éveillé ». Par exemple, la conscience onirique « gomme » un déménagement… Et elle est persuadée d’habiter dans l’ancienne habitation. C’est un rêve éveillé : on reconnaît les lieux et on peut interagir volontairement sur les personnages, les situations, etc. Mais au réveil, on réalise que la mémoire a été «manipulée » pour rendre possible ce rêve…

Je dis donc que ce n’était pas un rêve éveillé car je ressentais que j’existais réellement de façon aussi intégrale qu’à l’état diurne. C’est difficile à expliquer et à transmettre, mais disons que je bénéficiais d’une qualité de conscience très, très particulière. En effet, il y avait en moi un mélange d’excitation de comprendre que j’étais bien dans un VA, une stupeur de ce que je voyais (que je vais vous décrire dans un instant), et un étonnement face à cette suspension dans les airs. Et je dois ajouter que je sentais en moi, une mobilité totale à l’état latent. Je veux dire par là que sans l’effectuer forcément, je ressentais que je pouvais aller où je voulais. Je peux donc dire, et même affirmer, que ce degré de totale liberté, que cette qualité de conscience, ne ressemblaient en aucun cas à un de mes nombreux « rêves éveillés ».

Je reprends donc le cours de mon récit : ma conscience refait surface… J’émerge dans le ciel avec « le cœur battant » si l’on peut dire, tellement l’émotion est à son comble… Je comprends à présent pourquoi l’on prétend que le corps astral est un «corps émotionnel ». C’est parfaitement exact.

Et je vois donc la côte d’azur où j’habite, mais vue du ciel. Je ressens aussi très nettement 2 présences à mes côtés qui m’aidaient sans nul doute. Comment m’aidaient-ils ? Je ne saurais vraiment le dire, mais « ils me parlaient » (dans ma conscience), je puis vous l’assurer. Et donc, en l’occurrence, c’était des questions comme : - Que vois-tu ? etc. Des questions qui m’obligeaient à faire preuve d’une totale lucidité

Certes, ces questions auraient pu être les miennes (comme un dialogue introspectif)… Mais je ressentais très nettement ces présences derrière moi ou dans les très proches environs… Il ne faut pas oublier que je tente de vous dresser « une phénoménologie » dans les moindres détails d’une expérience extrêmement courte…

Ce que je veux dire, c’est que je n’ai pas eu le temps de me regarder (voir à quoi je ressemblais), de me retourner (voir si je pouvais apercevoir ces 2 présences) car j’étais captivé :

1. Par cette « émergence » dans ce plan de conscience très lucide.
2. Par ce que je voyais…

Je voyais dans une vue aérienne toute la côte d’Azur. C’était extrêmement réel, vivant. Et je répondais aux questions : - Que vois-tu ? – Eh bien, je vois la côte d’Azur, etc.

Et puis le paysage s’est changé, tout en nuances ; j’avais une luminosité très étrange, qui ressemblait à s’y méprendre au film « Au-delà de nos rêves » ! Je ne réalisais pas vraiment ce qui était en train de se passer… ne m’attendant à rien, découvrant les choses telles qu’elles apparaissaient.

C’est alors que j’ai vu une petite île au large de cette côte, sur laquelle était une tour en pierre, bien droite, bien carrée, bien solide. Bien que j’étais dans le ciel, et très loin de ce lieu, j’avais une vision télescopique extrêmement nette. Puis j’ai aperçu des fumées noires provenant de trois directions différentes, que le vent dissipait (ça ressemblait exactement aux encres de seiches qu'elles jettent pour prendre la fuite face à un prédateur) et des bateaux galions ! Il ne faisait aucun doute dans mon esprit que ces guides voulaient me montrer le passé qui se déroulait là… Et je voyais une bataille navale, non pas comme dans les films, dans un déchaînement de violence, mais une bataille navale tout de même.

J’avoue que j’étais un peu perturbé d’assister à une bataille, car je déteste les guerres sous quelque forme que ce soit. C’est alors qu’il y a eu encore une transition « douce », « nuancée », avec une autre qualité de lumière (je n’ai jamais cela dans mes rêves éveillés), et j’ai vu toute une remontée de navires illuminés par des feux. Cela me faisait énormément penser aux célébrations, aux festivités sur le Grand Canal de Venise. C’était dans cet esprit là : des navires se suivant et illuminant leur passage.

Par mes guides, je sentais que j’étais à la fin de ce qu’ils voulaient me montrer, et que je devais prendre une décision… Allais-je pointer dans cette direction pour en apprendre plus ? Allais-je décider de voir ailleurs ? Tout ceci se passait extrêmement vite, c’est difficile à expliquer, ce rapport au temps, mais je ressentais une « condensation temporelle » et à la fois « une élasticité temporelle ». Par exemple, le moment de la bataille près de la tour carrée me semblait être un temps au ralenti… Mais le moment où je devais prendre une décision me semblait être un temps infinitésimal.

N’aimant pas les guerres, d’une part, et surtout ressentant une émotion de très grande tristesse, je n’ai pas eu envie de «pointer » (je ne vois pas d’autre expression possible puisque j’étais en hauteur et très éloigné par rapport à la scène) vers les navires.

Ayant revécu quelques vies antérieures par des programmes audio spécifiques, je sais que même si de l’extérieur, ça semble très excitant à découvrir, de l’intérieur, c’est très éprouvant du fait qu’on émerge presque toujours dans des époques de souffrances, de guerres, de famines, de nostalgies éperdues, enfin bref, je ne suis plus preneur des voyages dans le passé…

Voici donc la raison pour laquelle j’ai refusé d’en apprendre plus car je sentais en moi monter des larmes, une profonde tristesse… Je ne voulais pas m’immerger dans de tels sentiments.

Du fait que j’étais libre, j’ai regardé devant moi, je me suis demandé ce que j’allais faire… <_<

Et du fait que j’étais totalement conscient, très lucide, avec tous mes moyens psychiques, j’ai décidé de tenter la méthode de William Buhlman avec voyages dimensionnels. Aussitôt le désir formulé de passer sur des fréquences supérieures, j’ai senti en moi, vraiment en moi, des mouvements de défilement. C’est très étrange à vivre et à raconter, mais ça donne l’impression d’une superposition d’images :

1. Le corps est présent, il ne bouge pas
2. « Quelque chose » défile à toute allure en soi

Et voyant que le processus marchait bien, j’ai ressenti la nécessité de préciser l’aboutissement de ma demande… J’ai donc demandé d'atteindre des plans divins avec comme maître mot « la paix ». Je me suis concentré sur le mot « paix ». Je voulais éprouver le sentiment inverse de la guerre à laquelle je venais d’assister et qui véhiculait des sentiments de tristesse.

Le sentiment de défilement s’est enfin stoppé et je me suis retrouvé devant un plan d’existence étonnant : tout était blanc, indéfinissable, mais juste face à moi, j’avais la façade d’une petite bâtisse. En fait, ça ne ressemblait à rien de connu ; je suis donc incapable de faire une comparaison voisine… Alors, en faisant une comparaison éloignée, je dirais que si on s’imagine une petite gare de Provence, vraiment très petite, on a vaguement une idée de cette étrange bâtisse. Au sommet de cette bâtisse, il y avait des lettres… mais absolument indéchiffrables, ça ne ressemble, encore une fois, à rien de connu… et ces lettres ne cessaient d’apparaître pour disparaître… un peu comme dans ces aéroports où les indications des panneaux électroniques ne cessent de se remettre à jour. Bien que le processus fut semblable, la méthode différait : les lettres apparaissaient, j’avais juste le temps de les voir, et on passait à d’autres lettres…

Avec le recul, je pense que c’était un message… qui m’était évidemment destiné… et qui surgissait à la vitesse éclair de la pensée, totalement synchrone à ma perception : - Tu as vu ? Tu as lu ? On passe à la phrase suivante. Et ainsi de suite.

Alors j’ignore si une part de ma conscience a compris de quoi il s’agissait, je pense que oui, au fond de moi, mais consciemment, je n’ai pas identifié cette typographie inconnue sur terre…

Ensuite ? Eh bien… voilà, c’est tout… J’avais une double conscience, j’en ai été très surpris d’ailleurs, car j’entendais aussi bien les oiseaux chanter par mes oreilles physiques, que ces plans de conscience… Evidemment la sensation du corps physique allongé dans le lit et les chants d’oiseaux entendus, étaient loin en arrière plan, je dirais que 90 % de ma conscience était présente dans ces plans… Mais j’avais bien 10 % restant, conscient d’être allongé sur le lit…

Tous ces détails attestent bien que ce n’était pas un rêve éveillé… Car lorsque je fais des rêves éveillés, non seulement je n’ai jamais ressenti cette légèreté, cette puissance mobile, mais j’oublie que j’ai un corps physique, qui de plus, entend, perçoit son environnement…

* * * * * * *


Suite à cette expérience fascinante, j’ai un constat à livrer…

Bien qu’ayant fait plusieurs années d’études, bien qu’ayant développé des facultés intellectuelles, bien qu’étant habitué aux interrogations, aux questionnements philosophiques, j’ai enfin compris que jamais, je ne m’étais interrogé « à l’extérieur de moi-même ».

Cette expérience me pousse à utiliser des formulations très étranges. Que peut donc vouloir dire « penser, s’interroger à l’extérieur de soi-même » ?  :blink:

Cette phrase, pour un philosophe (pensez à Jean-Paul Sartre) est absurde, insensée… Et en effet, j’avais le violent préjugé (je ne pense pas être le seul) que toute réflexion part de soi-même. Ce soi-même qui dit « je pense donc je suis ». Ce soi-même concret : la fameuse « chair du monde » (selon une autre expression philosophique). Ce soi-même qui se sait penser, qui se sait être ici, bien tangible, « en chair et en os » (selon l'expression de Merleau-Ponty).

Or l'expérience de ce matin m’a ouvert les yeux : oui, il est possible (bien que cela semble totalement farfelu), de s’interroger «à l’extérieur de soi-même ». Attention : je ne parle pas d’un « ego réflexif » : un sujet qui se pense lui-même, qui se réfléchit, car toute la philosophie occidentale est basée justement sur le recul de soi, l’analyse de soi, le retour sur soi, etc.

Mais hélas, cette possibilité n’est donnée que lors des états modifiés de conscience. Je dis "hélas", car à l’état dit « normal » ou « conscient », c’est-à-dire habituel, cette expression est absurde, elle ne fait pas sens… Au moment même où j’écris ces lignes, je suis incapable de « penser à l’extérieur de moi-même », par exemple :D … Ce fut une prise de conscience lors de ce VA… :10:

Est-ce du fait que j’avais 90 % de conscience hors du corps physique, et 10 % restant, associé à lui, ses perceptions propres ? Oui, très certainement.

Et j’ai également fait une autre découverte sur moi-même :

Un peu plus haut j’écrivais : « ma vision psychique était finalement comme une « capacité latente » que ma conscience dénigrait ou laissait de côté ».

En effet, je réalise que pendant toutes ces années, j’ai laissé « en plan » (jeu de mot :D ) cette conscience de vision psychique pure

Car enfin, il m’est fréquemment arrivé de réaliser que lorsque j’avais les yeux fermés, j’avais une représentation des lieux, une vision… Mais elle était comme délaissée… au profit d’une volonté ferme de se «centrer » sur les yeux physiques, sur la conscience associée aux sens physiques…

Je réalise donc que j’étais frappé de cécité psychique, car je rattachais la réalité aux sens physiques. Ce sont les fameux conditionnements de notre civilisation auxquels je n’échappe pas, même malgré mes études philosophiques qui opèrent tout de même un travail critique bien utile pour ne pas être totalement influencé, conditionné, par les "valeurs", les "dogmes" d'une civilisation.

Ayant fait beaucoup de yoga, j’ai également une expérience des plans spirituels mais je dois avouer que « le centre » de notre méditation reste le corps physique qui fait son "pranayama", ses divers exercices…

La méthode que j’ai utilisée ne repose plus sur des exercices physiques, mais des exercices psychiques (je prends soin de réserver le qualificatif « spirituel » pour tout ce qui est de nature transcendante). Je veux parler de cette vision mentale, les yeux fermés, qui ne cherche pas à visualiser, à imaginer, à concrétiser, mais qui laisse venir ce qui est déjà en elle

Les philosophes parlent beaucoup d'introspections, de jugements introspectifs... Il faudrait inventer un néologisme pour qualifier cette expérience : ce serait une vision "extraspective" : car elle cherche, elle explore, hors de soi... Je parle évidemment du "soi-corps physique" avec l'esprit sur un mode de pensées qui est centré depuis cette référence concrète ("l'ego mondain" étant le terme philosophique approprié : "le sujet qui se sent exister parmi le monde", je précise pour éviter tout malentendu avec les expressions populaires qui n'ont aucun rapport  :lol: )... La vision extraspective serait une autre dimension de l'esprit "en puissance" (au sens d'Aristote, c'est-à-dire pas encore "en acte", pas encore actualisée)...

Il est certain que ce VA est le fruit de mes lectures, de mes synthèses, et de mes efforts répétés pour la provoquer. Pendant de longues années, je ne suis parvenu à rien… ou à pas grand chose, pour être plus juste.  :P

Qu’est-ce qui a changé ? Je suis en mesure de faire déjà un bilan.

* * * * * * *

Ce qui a changé, c’est qu’auparavant, ma volonté était si forte, si obstinée, que je crispais ma conscience pour atteindre ce but…

Récemment, je me suis entraîné depuis quelques semaines (2 ou 3 mois), dans un état d’esprit très, très différent. Je dirais que j’ai plus travaillé « l’impulsion » de vivre un voyage astral, que « la volonté ferme, acharnée » d’y parvenir. J’avais compris qu’il ne fallait pas « forcer les portes » mais travailler en douceur… Et c’est ce que m’a apporté la maturité des années dont je ne bénéficiais pas adolescent, voulant tout, tout de suite.

Bien entendu, je parle pour moi, car je sais que chacun est différent. Chacun est à lui-même sa propre énigme. Pourquoi ça ne marchait pas sur moi ? Il se trouve que la volonté acharnée fonctionne très bien pour certains, mais absolument pas pour d’autres… <_<

En pratique, ça signifie que je suis resté systématiquement très cool, très détendu, à chaque tentative de VA… même avec des résultats très faibles ou inexistants.

Je rassure les plus sceptiques d’entre vous : non, je ne me suis pas monté la tête, non ce n’était pas un rêve éveillé. Comment puis-je l’affirmer ?

A l’émotion très puissante que j’ai ressenti pendant ces quelques secondes, ou petites minutes. Si nous avions affaire à un rêve (éveillé ou pas), il n’aurait certainement pas duré un temps aussi bref, avec une émotion pareille, une lucidité aussi stupéfiante, et une sensation aussi nette de contrôler « le voyage »…

Le réalisme de ce que j’ai vu, la sensation de ces 2 êtres bienveillants près de moi, cette conscience aussi profonde et ce contrôle total de mes mouvements, cette liberté d’action, tout ceci se démarque considérablement de tous mes rêves. Pendant des années, je les ai notés, étudiés, dessinés, analysés, je puis vous assurer qu’un rêve est beaucoup plus une sensation de « torpeur », de lourdeur, en comparaison de ces quelques instants vécus ce matin… :10:

Je pense aussi, sans nul doute, que ce site et ce forum, par les échanges stimulants qu’ils permettent, par la lecture des expériences d’autrui, redonnent énormément de courage… :D

Oui, oui : Astral Sight est une aide considérable et je pèse mes mots  :lol:

Car sans persévérance, de toute façon, on obtient rarement de bons résultats dans tous les domaines de l’existence… ;)

Modifié par Devneil, 27 octobre 2006 - 08:08.


#2 Artis

Artis

    Nada en especial

  • Membre
  • 1 875 messages
  • Sexe:Homme

Posté 19 mai 2006 - 11:40

Sacrée expérience pour une première PA.  :10:
Je pense même que c'est plutôt rare ce genre de sortie au début.

Citation

Récemment, je me suis entraîné depuis quelques semaines (2 ou 3 mois), dans un état d’esprit très, très différent. Je dirais que j’ai plus travaillé « l’impulsion » de vivre une PA, que « la volonté ferme, acharnée » d’y parvenir. J’avais compris qu’il ne fallait pas « forcer les portes » mais travailler en douceur… Et c’est ce que m’a apporté la maturité des années dont je ne bénéficiais pas adolescent, voulant tout, tout de suite.

C'est exactement la même chose pour moi.
Dès que je relâche la tension j'ai droit à une expérience.
C'est ce que j'appelle avoir une volonté passive.  ;)

Encore bravo et merci pour cette analyse détaillée.  :)

#3 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 19 mai 2006 - 13:29

Merci Artis  :D

Comme quoi, il ne faut pas se décourager  :lol:

J'ai omis un détail. Or, dans une phénoménologie digne de ce nom, ils doivent être les plus nombreux et complets possibles. Car ils permettent ensuite une synthèse éclairante...

Le détail est le suivant : cela fait plusieurs jours que je ne mange plus qu'un repas par jour (ce n'est pas par décision mais pour gagner du temps dans mes journées), et je suis végétarien (ça veut dire que je ne mange pas de viande, du tout  :lol: )

#4 Isidore

Isidore

    Glisseur

  • Membre
  • 2 238 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Charleroi

Posté 19 mai 2006 - 15:29

:10: C'est une des plus belles expériences que j'ai lue jusqu'à présent. Très bien narrée et analysée. :)
Voir les portes de l'interdimensionnalité.

#5 Kalonek

Kalonek

    Kamikaze des plans subtiles

  • Administrateur
  • 10 346 messages
  • Sexe:Homme

Posté 19 mai 2006 - 15:35

Voir le messagele scribe, le May 19 2006, 12:19 PM, dit :

Est-ce du fait que j’avais 90 % de conscience hors du corps physique, et 10 % restant, associé à lui, ses perceptions propres ? Oui, très certainement.

Un seul mot à dire : mind split ! :)

Citation

Je réalise donc que j’étais frappé de cécité psychique, car je rattachais la réalité aux sens physiques. Ce sont les fameux conditionnements de notre civilisation auxquels je n’échappe pas, même malgré mes études philosophiques qui opèrent tout de même un travail critique bien utile pour ne pas être totalement influencé, conditionné, par les "valeurs", les "dogmes" d'une civilisation.

Tu comprendras sûrement encore mieux alors à partir de là le pourquoi de ce forum à la base ;) Ce que tu évoques juste là m'a frappé en plein visage il y a quelques années de cela, alors que j'étais justement en plein "effort" intellectuel et mental (prépa littéraire, philo etc.) C'est là que j'ai pris un grand tournant et décidé (je n'avais pas réellement le choix en fait) d'arrêter grandement les lectures dans l'espoir d'y trouver des vérités spirituelles et de repartir sur des bases purement expérimentales, ou disons expériencielles (car expérimental suppose pour moi un objectif précis, alors que l'expérienciel se laisse porter vers des horizons inconnus, comme toi ce matin). Quand on a vécu ce genre d'expérience, on se rend compte qu'un travail d'étude intellectuel est utile pour mieux se situer ici ou pour satisfaire sa curiosité, mais que ça n'apporte vraiment rien en comparaison des expériences directes accessibles dans les plans subtiles.

Une excellente expérience en tout cas ! Bravo :10:
Vivement d'autres ! :P
Nous trouverons un chemin, ou nous le tracerons. - Hannibal

#6 ScanX

ScanX

    Membre astral

  • Membre
  • 199 messages

Posté 19 mai 2006 - 15:57

Tout d'abord, je te félicite chaleureusement, le scribe ;)

Non seulement ton récit m'a permis de répondre à certaines questions que je me posais déjà, mais je pense également qu'il comporte les réponses à des questions futures :)

On a pu ressentir beaucoup d'émotions au travers de ta narration (émotions que tu nous fait plutôt bien parvenir je dois dire) et tu soulèves certains points importants.

Tout d'abord, pour ma part tu m'enlèves des doutes. Non pas bien sur sur la projection en elle-même, mais plutôt sur le fait que "tout le monde peut y arriver en perseverant". Tu as apparement ramé depuis des années, mais ta constante aciduité à finit par payer.

Mais je dois dire que quand tu dis qu'on ne doit pas forcer les portes, et être patient, et bien je pense qu'en pratique ce n'est pas aussi simple. La question, plus que "vouloir tout, tout de suite" est surtout qu'on a tellement hâte de découvrir tout cela. Une impatience juvénile doublée d'une curiosité défiant tout. Alors ce n'est pas évident de ne pas forcer les portes dans un sens.

Je suis par ailleurs tout à fait de ton avis quand tu dis que ce forum est une aide très précieuse. Car mis à part le fait qu'il comporte une énorme source d'informations, il est en lui-même une source d'auto-motivation fournie par les récits, encouragements, et techniques nouvelles offertes par ses membres quotidiennement.

Toutefois, après la lecture de ton récit, il me reste une question à laquelle je suis impatient de connaître ta future réponse. Prenant en compte que ton esprit a fait le chemin consciemment vers les portes de l'astral, et que par de ce fait, il en a mémoriser les sensations, va-t-il réouvrir ces portes systématiquement à chaque fois? Est-ce que le simple fait d'avoir trouvé le chemin une seule fois nous permet de le retrouver encore et encore? J'imagine que tu nous le dira bien assez tôt ;)

En tout cas, merci à toi d'avoir partagé ton expérience, ce fut plutot agréable à lire :)

#7 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 19 mai 2006 - 18:23

Merci beaucoup pour l'accueil chaleureux que vous avez réservé à mon récit, c'est émouvant, merci également pour votre spontanéité  :)

Je précise que je n'aurais fait que 2 pas près de mon lit, hors de mon corps physique, que j'aurais été déjà très, très heureux, très comblé, immensément reconnaissant, face à toutes ces années d'efforts infructueux  :)

Je n'ai pu résister à tenter de nouveau le coup cet après-midi... :P  et là, je réalise à quel point, il s'est bien produit une PA ce matin... Je n'ai plus du tout la même énergie qu'auparavant : je ressens comme des "mollécules énergétiques" moins denses, plus légères. Mon corps énergétique a changé en qualité de sensations. J'en suis persuadé car j'ai l'habitude de le ressentir et c'est vraiment autre chose à présent. Il est très content le scribe !  :lol:  

De plus, j'ai été surpris par le fait que j'ai maintenant tout de suite des sensations au niveau des oreilles, lorsque je tente une PA. Comme si j'avais une pression atmosphérique au niveau du cou jusqu'aux oreilles. Et j'ai des images étonnantes, très nettes, qui se bousculent à toute vitesse... ainsi que des sensations de légèreté du corps astral... Avant, il était comme "plombé" dans le corps physique ou "moulé" avec. Maintenant c'est comme un oiseau en cage, puisque je sens une mobilité énergétique qui répond enfin, aux désirs !

Parmi ces images, une m'a vraiment étonné : elle me renvoyait à l'Egypte Antique. J'ai vu un mur épais avec des pierres, l'encadrement d'une porte, une silhouette féminine avec la fameuse ombre portée d'une chevelure avec "coupe au carré", c'était très détaillé et extrêmement bref en même temps... Inutile de dire que ces micro-images véhiculaient aussi des "micro-sensations" très puissantes !  :10: Je dis "micro" parce que tout allait trop vite (dans l'exercice tenté cet après-midi).

D'ailleurs des détails me reviennent (je me suis finalement endormi :P ), j'ai du mal à me rappeler de tout : j'avais tenté aussi très brièvement la méthode de "la porte pinéale". Voilà comment je faisais :

1. Je visualise la glande pinéale au milieu des deux hémisphères cérébraux.
2. Je visualise "en aller retour", un mur avec une ouverture dedans.
3. Je dis à mon esprit que la glande pinéale = l'ouverture de ce mur

Je fais pendant quelques minutes cet "aller-retour" glande pinéale/ouverture dans le mur.

Je me concentre sur un glyphe "un homme qui marche et passe dans une ouverture", dessiné juste au-dessus de l'ouverture de la porte. Surtout je ne me précipite pas à visualiser que je passe dans l'ouverture... Je cherche plutôt à "faire venir" des sensations par cet exercice de "l'aller-retour".

Enfin, quand les sensations arrivent... je passe dans l'ouverture de la porte... Et... ? Et... ? Et j'ai perdu conscience...  :lol:

* * * * * * *

Maintenant pour répondre à la remarque si profonde de Kalonek  :)

Eh bien je dois faire preuve d'humilité et reconnaître, admettre, que les connaissances intellectuelles ont tendance à flatter l'ego par l'éloquence, le plaisir jouissif du style (entre autre). Mais en étant très honnête avec soi-même, je me voyais mal enseigner à des élèves la plupart des grands penseurs philosophiques dont l'intelligence de "reconstruction du monde" est tout de même peu de chose à côté de la valeur d'une expérience... universellement vécue !

D'un autre côté, on ne peut pas non plus, n'enseigner que Platon (pour faire passer "le plan des idées" et la métaphysique) et Husserl (pour transmettre la nécessité d'une phénoménologie) ! C'est donc la raison pour laquelle, j'ai arrêté la philosophie... pour pouvoir être plus, beaucoup plus fidèle, à la valeur d'une authentique expérience... Car hélas, beaucoup de philosophes ne voient plus la nécessité de penser sur la base d'expériences, et je ne parle même pas de l'accueil qu'ils réservent, pour la plupart, pour tout ce qui ressemble de près ou de loin, à une "mystique"... Expression tellement péjorative dans leur véhémence dialectique, qu'aucun philosophe ne souhaite être qualifié de "mystique"... On en est là !  :(

Je dis bien "pour la plupart" car le village d'Astérix demeure en la matière : il existe encore des rebelles de la philosophie, qui luttent contre le matérialisme ambiant qui gagne toutes les sphères intellectuelles...

Il faut beaucoup de courage en ce bas monde, quand on connaît certaines vérités au sujet de ces plans de conscience...  :(  <_<  :)  ;)

Modifié par le scribe, 19 mai 2006 - 18:25.


#8 Aanaon

Aanaon

    .

  • Membre
  • 1 395 messages

Posté 19 mai 2006 - 18:41

hééé ben......

sacré expérience, et en plus pour la première fois!


Citation

Je dis donc que ce n’était pas un rêve éveillé car je ressentais que j’existais réellement de
façon aussi intégrale qu’à l’état diurne. C’est difficile à expliquer et à transmettre, mais
disons que je bénéficiais d’une qualité de conscience très, très particulière. En effet, il y
avait en moi un mélange d’excitation de comprendre que j’étais bien dans une PA, une stupeur de
ce que je voyais (que je vais vous décrire dans un instant), et un étonnement face à cette
suspension dans les airs. Et je dois ajouter que je sentais en moi, une mobilité totale à l’état
latent. Je veux dire par là que sans l’effectuer forcément, je ressentais que je pouvais aller où
je voulais. Je peux donc dire, et même affirmer, que ce degré de totale liberté, que cette
qualité de conscience, ne ressemblaient en aucun cas à un de mes nombreux « rêves éveillés ».

Oui, c'est exactement ce que j'ai ressenti lors de ma première. Une autre réalité, bien tangible, mais d'une qualité différente....

Citation

La méthode que j’ai utilisée ne repose plus sur des exercices physiques, mais des exercices
psychiques (je prends soin de réserver le qualificatif « spirituel » pour tout ce qui est de
nature transcendante). Je veux parler de cette vision mentale, les yeux fermés, qui ne cherche
pas à visualiser, à imaginer, à concrétiser, mais qui laisse venir ce qui est déjà en elle…


C'est marrant, c'est la même chose aussi, quand je projetais mom imagination avec une facilité dont je n'avais même pas conscience, étant enfant. Ca revient. Et c'est bien comme toi que je l'ai ressenti. Ca vient tout seul, si on ne force pas, si on laisse venir........on modèle après, sans forcer, en douceur......

Citation

Oui, oui : Astral Sight est une aide considérable et je pèse mes mots laugh.gif


Oui, à mon avis, un des très rares forum dans le domaine à "élever" véritablement..........................

d'ailleurs, j'ai pas de mots.

Citation

1. Je visualise la glande pinéale au milieu des deux hémisphères cérébraux.

marrant.....c'est ce que je faisait en méditation, pour me  "connecter" avec mon inconscient. Et ça marche!

on a l'impression de synchroniser les deux hémisphères....



Citation

1. Je visualise la glande pinéale au milieu des deux hémisphères cérébraux.
2. Je visualise "en aller retour", un mur avec une ouverture dedans.
3. Je dis à mon esprit que la glande pinéale = l'ouverture de ce mur

Je fais pendant quelques minutes cet "aller-retour" glande pinéale/ouverture dans le mur.

Je me concentre sur un glyphe "un homme qui marche et passe dans une ouverture", dessiné juste au-dessus de l'ouverture de la porte. Surtout je ne me précipite pas à visualiser que je passe dans l'ouverture... Je cherche plutôt à "faire venir" des sensations par cet exercice de "l'aller-retour".

Enfin, quand les sensations arrivent... je passe dans l'ouverture de la porte... Et... ? Et... ? Et j'ai perdu conscience... laugh.gif

Ha, ça, c'est très intéressant.............tellement intéressant que j'éssaierais.

d'ailleurs, je crois que ça correspond au troisième oeil, ou au coronnal........en tout cas, les deux centres sont déjà des portes, à mon avis, comme les autres centres, d'ailleurs.

C'est comme si tu rentrais en toi-même. Comme buhlman, quand il passe d'un plan à un autre. En fait, tu passe du plan physique au plan astral......


Citation

Or l'expérience de ce matin m’a ouvert les yeux : oui, il est possible (bien que cela semble totalement farfelu), de s’interroger «à l’extérieur de soi-même ». Attention : je ne parle pas d’un « ego réflexif » : un sujet qui se pense lui-même, qui se réfléchit, car toute la philosophie occidentale est basée justement sur le recul de soi, l’analyse de soi, le retour sur soi, etc.

Mais hélas, cette possibilité n’est donnée que lors des états modifiés de conscience. Je dis "hélas", car à l’état dit « normal » ou « conscient », c’est-à-dire habituel, cette expression est absurde, elle ne fait pas sens… Au moment même où j’écris ces lignes, je suis incapable de « penser à l’extérieur de moi-même », par exemple biggrin.gif … Ce fut une prise de conscience lors de cette PA… 10.gif

Et ben ça alors...............Oui, je comprends parfaitement ce que tu ressens. Ca ressemble au fait de se retourner,  de se regarder, se parler calmement, réfléchir au pourquoi du comment de la réaction et le trouver, alors qu'on est soi-même au niveau du corps et du moi, en proie à la tempête des émotions..............

on est a l'extérieur, hors du flux. Et pourtant c'est bien nous......

se penser à l'extérieur.......





franchement, chapeau.......

#9 khalem

khalem

    Membre éthérique

  • Membre
  • 48 messages
  • Sexe:Homme

Posté 19 mai 2006 - 18:42

Excellente expérience le scribe, et superbe analyse ! J'ai particulièrement été intéressé par ces deux passages :

Citation

Et je vois donc la côte d’azur où j’habite, mais vue du ciel. Je ressens aussi très nettement 2 présences à mes côtés qui m’aidaient sans nul doute. Comment m’aidaient-ils ? Je ne saurais vraiment le dire, mais « ils me parlaient » (dans ma conscience), je puis vous l’assurer. Et donc, en l’occurrence, c’était des questions comme : - Que vois-tu ? etc. Des questions qui m’obligeaient à faire preuve d’une totale lucidité…

Ces deux présences ont fait que ta PA a été facilitée et aiguillée par des guides qui t'ont amené à des "endroits" importants pour ton évolution actuelle : cette expérience est loin d'être une simple projection où la personnalité explore l'astral en étant livrée à elle-même.
J'ai aimé la façon dont tu décris ces présences, ça m'a rappelé une expérience vécue il y a quelques années quand je cherchais régulièrement à provoquer des PA : j'avais "repris conscience" au cours d'un VA, sans transition, sans m'être projeté consciemment ; je me retrouvais tout d'un coup en train de voler avec une présence "à côté" de moi qui me soufflait des indications pour manier le vol : elle m'expliquait comment donner des impulsions à partir du hara afin d'incliner mon corps astral et de contrôler le vol. C'était une présence paisible qui parlait à l'intérieur de ma conscience et qui avait "planifié" cette expérience. En cours de vol je m'étais dit avec une grande bouffée d'émotions " Wouah ! Trop fort je suis en plein VA ! ", et j'avais alors regagné mon appartement quasi-immédiatement dans un fort tourbillon, retrouvant mon corps et les vibrations intenses qui l'accompagnaient.  :D

Citation

Aussitôt le désir formulé de passer sur des fréquences supérieures, j’ai senti en moi, vraiment en moi, des mouvements de défilement. C’est très étrange à vivre et à raconter, mais ça donne l’impression d’une superposition d’images :

1. Le corps est présent, il ne bouge pas
2. « Quelque chose » défile à toute allure en soi

Ca aussi ça m'a rappelé une expérience lors d'une transe, ce défilement très rapide dont tu parles est vraiment très caractéristique, je ne l'ai vécu qu'une fois mais c'était marquant. C'était durant une période de ma vie assez lourde où beaucoup de choses devaient "sortir" de moi. Quand j'ai vécu cette expérience j'étais déjà assez habitué aux transes et aux états de conscience modifiée mais j'ai pourtant été vraiment très surpris par ce qui se passait : j'avais la sensation qu'un nombre incalculable d'images associées à des émotions défilaient en moi à une vitesse incroyable, ma conscience ne pouvant apparemment "capter" au passage qu'un très petit nombre d'entre elles : ça faisait un peu l'impression donnée par un jeu de cartes que l'on prend en main en le tordant et en faisant ainsi défiler toutes les cartes très rapidement. J'ai vécu ça comme une sorte de "nettoyage intensif" me permettant d'expurger toutes sortes de choses en un temps record et de me retrouver ainsi comme neuf : j'ai réouvert les yeux juste après, j'ai réalisé avec étonnement qu'il ne s'était écoulé que 2 minutes environ alors que j'avais le sentiment étrange d'avoir vécu un processus qui, bien qu'infiniment rapide dans son mouvement, me semblait avoir duré assez longtemps tant ma conscience avait changé. J'ai regardé alors ma chambre que je connaissais pourtant bien comme jamais je ne l'avais vue auparavant : tout me paraissait beaucoup plus "proche", chaque objet brillait d'une lumière nouvelle, il y avait une atmosphère de  paix et d'amour très palpable... je redécouvrais entièrement ma chambre en sachant qu'en fait je ne l'avais jamais réellement "vue".


Merci pour ce partage très intéressant et bonne continuation à toi sur ton chemin d'évolution le scribe !

#10 rom1

rom1

    Membre éthérique

  • Membre
  • 47 messages
  • Sexe:Homme
  • Lieu:Cannes

Posté 19 mai 2006 - 21:20

Je vois que beaucoup de choses ont déjà été dites et je ne me concentrerai donc que sur l'essentiel (et le peu) de ce que j'ai à en dire :

Cher scribe, toutes mes félicitations les plus sincères   :10:

Merci pour ce luxe de détails, cette précision dans la description, bref, ce véritable travail de phénoménologue (qui doit d'autant plus encourager en direction d'une phénoménologie méta-physique) que tu nous fais partager.

Elle a d'autant plus de mérite qu'elle encourage à la persévérance dans l'effort (et on ne peut pas dire que je m'y sois encore très sérieusement mis  :angry:  ) et ouvre des perspectives aux jeunes esprits philosophes (qui ont bien compris le champ circonscris de leur domaine) en direction de l'expérenciel (pour reprendre ce très joli concept de Kalonek). Je ne m'attacherai pas ici à analyser et t'interroger sur le détail, je voulais juste te remercier pour ce moment de lecture où transparaissent un véritable souci d'honnêteté intellectuelle et de générosité spirituelle qui contribuent - s'il était encore la peine de le faire - à donner du crédit à ce forum et de l'espoir à ceux qui en ont besoin.

On espère tous une suite !   :)

#11 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 20 mai 2006 - 08:19

Cette nuit j’ai dormi et rêvé normalement : je vois la différence !

Ce que je vais dire va peut-être en faire sourire certains, mais c’est vraiment ce que je ressens : eh bien c’est comme ma toute première expérience sexuelle !  :10: Je me sens, comment dire ?, plus mûr, plus sûr de moi, plus en paix, plus en joie, je vois déjà les choses différemment… J’ai même retrouvé du courage pour dépasser certaines de mes limites, prendre de bonnes résolutions dans certains domaines. Il y a eu véritablement une espèce de déblocage intérieur et quel bienfait !  :D

Je sens même que j’aime encore plus la vie, car c’était une expérience fantastique.  :)

Toutefois, elle était à la fois belle dans un dépassement de mes limites personnelles, mais… elle me montrait aussi clairement des limites d’une autre nature…  :(

Car enfin, on me présente quelque chose, on m’invite librement à en savoir plus… et je refuse (par la tristesse profonde que je ressentais à cet endroit).

Avec ce recul conscient, je me demande même s’il s’agissait véritablement d’une bataille navale ? Après tout, pour certaines fêtes, ne tire-t-on pas aussi des coups de canon ? Ce qui expliquerait tous ces bateaux avec ces flambeaux qui illuminent leur remontée…

Mais alors pourquoi ressentais-je autant de tristesse, étant « au bord des larmes » ? N’avais-je pas un pressentiment intérieur… d’une douleur, d’une compréhension latente, très latente, que j’ai laissée intacte : je n’y ai pas touché… <_<

Belle leçon d’humilité, quand même : je dépasse certaines limites pour en affronter d’autres.  :P

Je puis vous assurer qu’à présent, je comprends pourquoi William Buhlman insiste tant sur le fait qu’une projection astrale est également une façon d’évoluer spirituellement, de dépasser ses propres peurs, ses propres limites… Car on est confronté à des prises de conscience très fortes, en soi-même

Même dans un rêve éveillé, je n’ai pratiquement jamais vécu cette prise de conscience « en direct » de mes limites. Si l’on s’accorde avec les théories freudiennes : « le rêve est l’accomplissement d’un désir refoulé ». Il est évident que ce vécu est «hors catégorie» puisque je n’aurais pas pu me présenter « une scène » pour la refuser… Ce serait absurde vis-à-vis de la théorie de l’inconscient… :P

Cette remarque pour interroger les plus sceptiques de nos visiteurs… ;)

Et puis surtout l’intégralité de ma conscience dans cet état là… Puisque je me souvenais de tout : mes lectures, notamment celles de William Buhlman, sur ce qui serait « chouette » de tenter puisque, enfin, la PA devenait accessible, expérimentable… Comment aurais-je pu ne pas tenter le voyage dimensionnel en changeant les fréquences comme il l’enseigne ?

Enfin, il faut se rendre compte que je suis encore « sous l’effet de choc » suite à cette expérience. Je vis «avec» à chaque instant… Or, un rêve éveillé ne m’a jamais fait cet effet là, il faut quand même bien l’admettre… même si certains rêves marquent la conscience fort longtemps, ils ne vous embellissent pas le sentiment « de vie » à ce point…

Pour finir, je voulais vous remercier, car non seulement vous savez, par vos propres expériences que nous n’hésitez pas à confier (il faut un certain courage pour le faire), stimuler chacun d’entre nous, mais vous savez aussi très bien accueillir l’expérience d’autrui… Ce qui donne en effet une grande valeur à ce site et ce forum… Il ne faut pas oublier que lorsque l’écoute est nulle, nous dissimulons, voire refoulons ce genre d’expériences… et nous mettons un frein à notre évolution par la pression sociale ambiante…  :(

Je pars du principe que « le monde » est le reflet de ce que nous en faisons… Si nous n’avons plus de tabous sur ce type d’expériences… oui, le monde peut changer… L’effet boule de neige, vous connaissez sûrement… :)

Modifié par le scribe, 20 mai 2006 - 08:24.


#12 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 20 mai 2006 - 08:53

Au sujet du glyphe (au-dessus de l’ouverture du mur) : c’est la carte n°47 du tarot égyptien de Kier (Egipcios Kier Tarot) avec le livret de Stuart R. Kaplan.

Oui, parce qu’il est évident que le scribe préfère le tarot égyptien aux autres  :D

Cette carte, image, dépeint, le hiéroglyphe « pa » = voler. C’est un égyptien en train de traverser l'ouverture d’un mur. Il lève le bras gauche. Il est en train de marcher, la tête droite, le regard fixé devant lui.

Et la signification de cette carte ? « Courage face à l’inconnu ».

C’est bien entendu la méthode de Hugh G. Calloway Fox. ;)

Un détail qui me revient encore et que je sens également nécessaire de confier…

Avant de faire ma PA… J’ai fait une promesse, je l’ai formulée distinctement en moi en y adhérant totalement… J’ai dit que… si jamais je parvenais à faire une PA, eh bien… je tenterai d’aider les autres, je partagerai cette expérience, j’en ferai quelque chose… J’étais vraiment dans un état d’esprit très résolu… tout en comprenant que je devais explorer mon environnement avec ma vue psychique (ce que j’appelle « la vision extraspective »). Et c’est alors que j’ai perdu conscience un bref instant…

#13 khalem

khalem

    Membre éthérique

  • Membre
  • 48 messages
  • Sexe:Homme

Posté 20 mai 2006 - 09:21

Salut le scribe !

Citation

Je sens même que j’aime encore plus la vie, car c’était une expérience fantastique. smile.gif

Toutefois, elle était à la fois belle dans un dépassement de mes limites personnelles, mais… elle me montrait aussi clairement des limites d’une autre nature… sad.gif

Car enfin, on me présente quelque chose, on m’invite librement à en savoir plus… et je refuse (par la tristesse profonde que je ressentais à cet endroit).

Avec ce recul conscient, je me demande même s’il s’agissait véritablement d’une bataille navale ? Après tout, pour certaines fêtes, ne tire-t-on pas aussi des coups de canon ? Ce qui expliquerait tous ces bateaux avec ces flambeaux qui illuminent leur remontée…

Mais alors pourquoi ressentais-je autant de tristesse, étant « au bord des larmes » ? N’avais-je pas un pressentiment intérieur… d’une douleur, d’une compréhension latente, très latente, que j’ai laissée intacte : je n’y ai pas touché… dry.gif

Belle leçon d’humilité, quand même : je dépasse certaines limites pour en affronter d’autres. tongue.gif


Je trouve ta lucidité remarquable.


Citation

Avant de faire ma PA… J’ai fait une promesse, je l’ai formulée distinctement en moi en y adhérant totalement… J’ai dit que… si jamais je parvenais à faire une PA, eh bien… je tenterai d’aider les autres, je partagerai cette expérience, j’en ferai quelque chose…

:10:   Un état d'esprit très porteur, on n'a plus de pression et on est en phase avec la vie, on est tourné vers un but universel qui dépasse la personnalité et booste un maximum !

#14 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 20 mai 2006 - 14:38

Merci Khalem  :)

#15 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 21 mai 2006 - 19:59

M'interrogeant encore sur cette expérience qui ne me quitte plus :D , je suis en train de relire le livre de William Buhlman, Voyage au-delà du corps. Et à présent, je suis particulièrement frappé par cette petite phrase, page 48 :

"Chaque personne qui vit une expérience de sortie hors du corps ou de mort apparente a un guide présent durant l'expérience"...

Il est évident que ma première PA, a bien été guidé, du moins au début.

Etonnant ? Non ?  <_<  :)

Je trouve que c'est important de le souligner pour bien nous rappeler que nous ne faisons jamais rien tout seul, qu'il faut demeurer humble puisque tout se fait en coopération, en harmonie...

Lors de ma prochaine tentative de PA, je ne manquerai pas de remercier ces guides qui veillent sur nos expériences :lol:

La suite de ce passage est importante aussi : "L'aide est toujours disponible mais elle doit être demandée"

Ce qui voudrait dire qu'ils peuvent être assez discrets pour qu'on ne les remarque même pas... surtout si on ne fait pas appel à eux...

Je trouve que ça ouvre des "portes" intéressantes pour bénéficier d'un petit coup de pouce... :D  ;)

Modifié par le scribe, 21 mai 2006 - 20:17.






0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

membre(s), invité(s), utilisateur(s) anonyme(s)