Aller au contenu


Le livre "Sophia Aman raconte..."


  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet
4 réponses à ce sujet

#1 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 16 mars 2006 - 10:19

"Sophie Aman raconte… Récit extraordinaire de 126 jours dans le coma" (Ed. JMG, 2001 / ISBN 2-912507-48-0)

Ou la découverte de différents plans de l’Astral jusqu’aux plans supérieurs (ce n'est pas indiqué sur le livre, c'est mon sous-titre personnel  :D ).

Sophie avait 21 ans au moment de son accident de ski. Il lui a fallu 8 années de travail pour parvenir à surmonter ses séquelles et à écrire son récit sur son état d’EMI (Expérience de Mort Imminente).

Son livre est rédigé comme un journal intime, au temps présent, à la première personne. Elle nous plonge dans son vécu depuis sa descente sur une piste de ski (chapitre 1) ; c’était en février 1992.

Sa douleur suite à sa chute est telle, qu’elle quitte son corps physique et se découvre ayant une forme ovoïde jaune pâle avec une vision à 360° (chapitre 2).

Elle découvre l’Astral et ses propriétés, la perception aiguë de la vitesse, la création des forme-pensées, les effets « zoom », la nécessité de maîtriser ses pensées et ses émotions (chapitre 3).

Un guide lui explique les lois de cet autre monde : « A l’instar de la radio, un être n’accrochera ni les fréquences plus basses, ni celles plus élevées ». Sophia Aman aborde la réincarnation et une perspective philosophique de la vie grâce aux propos de ce guide. Elle aborde le bouddhisme, les freins de la peur et de l’éducation, les lieux de l’Astral pour faire le point sur un cycle de vie, en présence de conseillers. A ce titre, elle apprend que, nombreuses sont les âmes qui veulent évoluer trop rapidement en choisissant des vies difficiles sur terre pour atteindre ce but (chapitre 4).

Au chapitre suivant, Sophia Aman comprend de son guide que l’univers est constitué de couches tel un oignon. Et que la première couche se nomme l’Astral, un plan nécessaire pour certaines périodes de sommeil, se régénérer, faire le point, voyager, dans un sentiment d’éternité ou d’instant immédiat. Voyage « à l’intérieur de soi et à l’extérieur de son niveau habituel ».

Ensuite, elle explique le processus qui précède toute incarnation pour chaque âme avec leurs grandes différences de potentiel. Elle insiste sur le rôle de l’altruisme, de l’importance à donner aux autres pour s’élever spirituellement. Car c’est ainsi que l’on peut achever le cycle des vies terrestres. Elle souligne l’handicap de l’incertitude, cause de désœuvrement pour la plupart. Et de ce fait, de faire attention aux circonstances qui sont comme des mains tendues (chapitre 6).

Le chapitre 7 est consacré aux relations parents-enfants, y compris dans le plan astral. Elle entre dans des perceptions énergétiques propres au bébé.

Le chapitre 8 est un retour à sa situation. Elle se rend dans un « hôpital » de l’astral. Elle comprend qu’elle bénéficie sur terre d’une « personne-relais» (une sorte d’ami medium) qui assure l’interface entre son corps physique (très mal en point) et son enveloppe énergétique que des thérapeutes de l’astral s’efforcent de soigner. Elle décrit les soins qu’on lui donne sur terre, puisqu’elle se voit également dans sa chambre d’hôpital sur le plan physique.

Le chapitre 9 est une vision paradisiaque, « à mi-chemin entre les contes, les légendes et l’imaginaire collectif » : des arbres magnifiques, des fleurs colorées, des animaux dits sauvages « qui n’avaient pas l’air de l’être du tout ». Elle conçoit que « plus on monte haut, plus on approche du Divin ». Elle décrit cet univers « en étages superposés ».

Puis elle effectue un flash-back sur son vécu (chapitre 10). Le fait de penser à son ami Pierre, la conduit à lui, à sa présence physique sur terre, dans sa chambre d’hôpital. Pierre, présent sur les lieux, a des facultés télépathiques telles qu’elle parvient à communiquer avec lui presque tout de ses propres pensées. Elle comprend qu’elle devra rester 4 mois dans cet état.

Voilà, il reste encore une dizaine de chapitres, qui sont les plus intéressants pour en apprendre plus sur l’Astral, les soins énergétiques, la combativité extraordinaire de cette femme car ce fut un vrai combat psychologique et physique.

L’ouvrage est agréable à lire, tellement passionnant qu’il se lit rapidement. Il est atypique et c’est à ce titre que j’ai jugé utile de vous le faire connaître. Surtout, le récit de Sophie Aman coïncide avec les expériences des plus avancés d’entre vous.  :10:

#2 Artis

Artis

    Nada en especial

  • Membre
  • 1 875 messages
  • Sexe:Homme

Posté 16 mars 2006 - 11:11

Effectivement il m'a l'air intéressant, je ne connaissais pas.
Je pense l'acheter pour les vacances d'été, pour le lire sur la plage.  :D

#3 belinor

belinor

    Membre éthérique

  • Membre
  • 65 messages
  • Sexe:Femme

Posté 16 mars 2006 - 11:27

Les petits résumés du livre donne vraiment envie de le lire, ça a l'air très interessant, je pense que je vais l'acheter.
Merci pour cette info :)

#4 Jsf

Jsf

    Membre bouddhique

  • Membre
  • 892 messages

Posté 15 août 2006 - 19:39

Merci Le Scribe pour ce résumé, je vais me procurer le bouquin :)
"Vivre pour autrui : délassement infiniment agréable pour les hommes fortement égoïstes." Nietzsche, V. de puissance II, p.119.

#5 le scribe

le scribe

    Ex-membre

  • Membre
  • 1 480 messages

Posté 15 août 2006 - 19:59

Elle est même passée sur une radio que tu connais fort bien !  :D

Source : ici.

Ce livre est un coup de coeur, il est écrit avec simplicité et authenticité. Il regorge de détails étonnants, aussi bien sur l'astral que sur des aspects très psychologiques. On peut même le relire et découvrir de nouveaux aspects à chaque fois... C'est surtout l'expérience de mort imminente la plus longue, en tout cas, publiée !  :)

Image IPB


Un autre extrait :

"Tout cela était assez curieux, car je vivais la projection comme si le film était en trois dimensions, ce qui lui donnait encore plus de poids. Par ailleurs, il était doté de cette faculté très particulière de mettre en exergue mes actions et mes pensées ainsi que l'effet qu'elles avaient produit par la suite.

C'est ainsi que je vis clairement, illustré pour la première fois, ce qu'on appelle le lien de cause à effet. Aucune action n'est vraiment insignifiante. Une simple pensée malveillante ou déplacée génère une forme d'onde qui peut "indisposer" quelqu'un. Ce peut être un sentiment diffus de gêne ou de tristesse. L'onde peut aussi s'associer à d'autres circonstances déjà malheureuses et devenir la goutte d'eau qui fait déborder le vase". (p. 31)

C'est exactement ce qu'écrit Anne Givaudan dans le tome I des "Formes-Pensées" !  :10:

Modifié par le scribe, 15 août 2006 - 20:24.






0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

membre(s), invité(s), utilisateur(s) anonyme(s)